Suisse : les pompes funèbres selon Ursule Péclart

1
151
(capture RTS)

Bien connu en Suisse pour ses satires, ses faux reportages et sa vision décalée de l’actualité écoulée, le magazine télévisé 26 minutes (sur la RTS) relayait à sa façon samedi 27 février l’annonce par l’Office fédéral de la statistique de la plus forte mortalité locale en 2015 depuis 1918. Sur le plateau, un bien curieux croque-mort venu parler de sa pratique.

Cet Ursule Péclart, sous sa fausse perruque, est présenté comme dirigeant une société de pompes funèbres. Evidemment pour cet homme hilare, l’année écoulée a été bonne. « Plus 12% de chiffre d’affaires », se félicite-t-il avant de glisser à plusieurs reprises son numéro de téléphone.

Evidemment, dans cette farce, le comédien va camper le pire et la caricature. Toute ressemblance… « On a super bien bossé cette année », se frotte t-il les mains. « Une vilaine grippe en début d’année, puis la canicule de juillet, les vieux ils sont tombés comme des mouches ! Du reste, j’ai du annuler mes vacances».

On passe sur les talents de bricoleur parfois nécessaires dans la profession, l’interview se prolonge sur la compassion forcée. « On doit cacher la joie d’avoir un nouveau client, sinon on n’arriverait jamais à refourguer à la famille le cercueil e plus cher, la pierre tombale la plus belle, le corbillard dernier cri. On prend un air triste. On dit que le défunt était merveilleux, qu’il mérite ce qui se fait de mieux. Et la facture monte. C’est un métier ! » La performance de « l’entrepreneur de pompes funèbres » est à retrouver ici.

Lire aussi :  FÉDÉRATION FRANÇAISE DE CRÉMATION, communiqué Toussaint 2018

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.