Superbactéries résistante aux antibiotiques : 700 000 morts par an

0
117
Analyse des superbactéries

Pour la première fois, les dirigeants du monde lors de l’assemblée générale de l’ONU qui se tient à New York vont se pencher sur le problème des superbactéries résistantes aux antimicrobiens qui causent 700 000 morts par an selon l’OMS.

Une réunion en marge de cette manifestation se tiendra en présence des dirigeants du monde entier et sous l’égide de l’OMS, afin d’évoquer les questions de santé et surtout sur le phénomène des superbactéries résistantes aux antibiotiques, causant jusqu’ici de nombreuses morts.

Les maladies comme les maladies sexuellement transmissibles ou encore la tuberculose sont devenue extrêmement difficile à soigner à cause de ces superbactéries. La maladie persiste et le risque de décès augmente, car les médicaments habituels ne peuvent plus traités efficacement les infections causées par des micro-organismes résistants.

Cette réunion vise non seulement à encourager les autres traitements, mais aussi à proposer un texte qui permet de renforcer l’encadrement des antibiotiques. Cette résistance ne touche que les maladies causées par une bactérie et donc les antibiotiques, mais également les infections causées par un parasite ou un virus. Raison pour laquelle cette résistance est, pour les patients atteints de tuberculose et de MST, particulièrement dangereuse.

L’Organisation mondiale de la santé, en évoquant un risque sanitaire réel, a tiré la sonnette d’alarme sur ce sujet qui est déjà au cœur de nombreuses communications. Comme Keiji Fukuda, le Représentant spécial du Directeur général de l’OMS pour la résistance aux antimicrobiens, a rappelé en 2015 que la résistance aux antimicrobiens est devenue pour la santé mondiale, l’une des plus graves menaces des temps modernes.

Lire aussi :  Cinéma : "La planète des singes : suprématie"

D’après une récente étude britannique, le développement croissant de ces superbactéries résistantes d’ici 2050, pourrait tuer 10 millions de personnes.

Afin de comprendre ce phénomène, le directeur de l’unité d’écologie et l’évolution de la résistance aux antibiotiques à l’Institut Pasteur, Philippe Glaser qui, après avoir été interrogé a évoqué qu’au sein d’une population de bactéries, ces capacités de résistance peuvent être accentuées à cause de l’usage excessif d’antibiotiques.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here