Accueil Tags 11 septembre

Tag: 11 septembre

Éphéméride du 11 septembre

0
11 septembre 2001
Aujourd’hui :

C’est la journée mondiale de lutte contre le terrorisme.

Défunts du jour :

Albert-Jacquard-2-150x150 Éphéméride du 11 septembre2013. Albert Jacquard (87 ans) était un chercheur et essayistefrançais. Spécialiste de génétique des populations, il a été directeur de recherches à l’Institut national d’études démographiques et membre du Comité consultatif national d’éthique. Conférencier et auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation scientifique, il a tenu un discours humaniste destiné à favoriser l’évolution de la conscience collective. Il est également connu pour ses engagements citoyens, parmi lesquels la défense du concept de la décroissance soutenable, le droit au logement, le soutien aux mouvements du logiciel libre, à la langue internationale espéranto, aux laissés-pour-compte et à l’environnement.

kim-hunter-01 Éphéméride du 11 septembreEn 2002 disparaissait Kim Hunter. L’actrice était connue pour ses rôles dans « un tramway nommé désir » et « la planète des singes ». Issue de l’actor’s studio, elle est soupçonnée de sympathies communistes, ce qui lui vaut de se trouver reléguée au théâtre. C’est sur les planche qu’elle jouera avec Marlon Brando un « Tramway… » avant de reprendre le rôle au cinéma. Sa dernière apparition était dans « minuit dans le jardin du bien et du mal » de Clint Eastwood.

En 1987 mourait Peter Tosh, chanteur, guitariste, organiste et auteur compositeur de ska, de rocksteady, de reggae et de soul. Il est assez connu des amateurs de reggae.

Et bien sûr…

Le 11 septembre 2001, les attentats aux Etats-unis font 2.977 victimes.

attentat-du-11-septembre-2001 Éphéméride du 11 septembre

Revue de presse du funéraire du lundi 11 septembre 2017

0
revue de presse pompes funèbres

Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs du vendredi 8 septembre 2017. Revivez l’actualité sur Funéraire-info.

Ouragan Irma – RTL

Le bilan n’est toujours pas définitif. Quatre jours après le passage de l’ouragan Irma, Saint-Barthélémy et Saint-Martin pansent leurs plaies alors que les deux îles ont été fortement détruites. Des dégâts que pourront constater Emmanuel Macron dès mardi 12 septembre. À l’heure actuelle, « nous sommes à 11 ou 12 décès, mais on va être prudent« .

Classée sans suite – 20 minutes 

Le parquet de Paris a classé sans suite l’enquête qui avait été ouverte en novembre dernier, après le décès de trois patients, traités en chimiothérapie au CHU de Nantes…

Nancy Hatch Dupree – RFI

A la Une de la presse afghane, la mort de l’historienne et archéologue américaine Nancy Hatch Dupree, spécialiste de l’Afghanistan, auteur de nombreux ouvrages sur le pays. Elle s’est éteinte à l’âge de 90 ans dans la nuit de samedi à dimanche 10 septembre à Kaboul, la capitale afghane, où les autorités saluent la mémoire de celle qui était surnommée la «grand-mère» de l’Afghanistan

Accident agricole – La Voix du Nord 

À 69 ans, Len Wein a rendu son dernier souffle dimanche 10 septembre. Très influent dans le milieu de la bande-dessinée, c’est à lui notamment que l’on doit le personnage de Wolverine, devenu emblématique de l’univers X-Men.

Sans parole – Le Dauphiné

Il est mort à cause d’un hamburger : le 30 août à Lyon, un SDF de 52 ans serait mort après avoir reçu un coup dans l’abdomen, suite au vol d’un hamburger sur la terrasse d’un fast-food de la ville.

Noyade – LCI

Le corps sans vie d’un octogénaire a été retrouvé samedi dans le cimetière de Saint-Ferréol-Trente-Pas (Drôme). La victime a semble-t-il fait un malaise et est tombé la tête dans un bac à eau. L’autopsie pratiquée dimanche a confirmé la mort par noyade.

11 septembre – CNewsmatin

Seize ans plus tard, la peur d’un nouveau 11 septembre 2001 demeure, l’attentat le plus sanglant jamais commis aux Etats9Unis avec près de 3.000 personnes disparues dans l’éffondrement des tours du World Trade Center.

Funéraire Info – Hadès  

Qui dit rentrée, dit apprentissage en tout genre. Loin des cours de maths, je vous invite aujourd’hui à réviser vos classiques en mythologie. Halloween et la Toussaint approchent, nous voilà tout frétillant. Replongez avec moi au cœur du monde des morts, c’est moi, Hadès le Dieu des morts lui-même qui vous fait visiter.

La revue de presse vous est offerte par Orthometals
Nous recyclons les implants orthopédiques et tous les résidus métalliques selon les lois en vigueur. Nous les collectons périodiquement puis nous les transportons dans nos locaux pour les recycler. Nous fournissons gratuitement la logistique pour la collecte et le transport des résidus métalliques et des implants orthopédiques. Les métaux collectés par nos soins dans les crématoriums sont recyclés, et les bénéfices réutilisés pour soutenir des actions humanitaires choisies par nos partenaires.

Mon 11 septembre, le jour qui a changé la face du monde

0
11-septembre-attentat-wtc

Vous avez été nombreux à commenter notre question de ce matin, à savoir, « Ou étiez-vous le 11septembre ? ». Je m’en souviens comme vous, comme si c’était hier…  Fin des vacances, la rentrée scolaire, un temps radieux sur Paris. Matinée au boulot, j’étais alors le responsable informatique de France-Soir. La rédaction ronronnait doucement, conférence de rédaction le matin, répartition des papiers, des angles dans les différents services, la torpeur estivale semblait encore régner !

Le 9 septembre 2001, Ahmad Shah Massoud, le chef charismatique de la résistance afghane aux Russes puis aux talibans, meurt dans un attentat-suicide après l’explosion de la caméra de deux journalistes venus faire une interview. Prémonitoire ?

Comme d’habitude, pause déjeuner un peu tardive, pour éviter la cohue habituelle dans les boutiques proposant un service de restauration rapide à Aubervilliers et retour vers la rédaction pour tranquillement dévorer une salade ou un sandwich.

A l’accueil vers 14h55, un groupe de 5 ou 6 journalistes et  une rumeur, un avion se serait écrasé dans un building à New York…

Dans la rédaction, un silence de mort, les journalistes agglutinés devant les télévisions sur des chaines américaines, la rédaction en chef cherchant à confirmer l’information en chef avec des confrères, l’AFP silencieuse puis laconique, “Un avion s’est écrasé sur le World Trade Center”.

Nous regardons les flammes s’échappant de la tour nord, aucune parole, c’est de la sidération, les images tournent en boucle, dans toute les têtes une question « comment un avion est arrivé dans une tour du WTC ? Accident ? 15 H 03, la tour Sud du WTC est à son tour percutée par un avion de ligne, la thèse de l’accident n’est plus possible, il s’agit d’un attentat. Chacun téléphone a ses proches, à sa famille, « allume la télévision », la vie rapidement s’arrête, chacun regarde les images qui défilent, le regard aimanté sur le petit écran…

15 H 37,  Le vol 77 d’American Airlines Flight percute le Pentagone.

15 H 58, la tour Sud du WTC s’effondre, un immense nuage de poussière recouvre la ville.

16 H 03, un autre avion le vol 93 d’United Airlines disparaît en Pennsylvanie.

16 H 28, la tour Nord du WTC vient à son tour de s’effondrer devant les yeux du monde entier.

Face à l’actualité la rédaction rapidement mobilisée a cassé le chemin de fer du journal et préparée un numéro spécial.

Je n’ai jamais terminé mon repas …

PS : L’illustration est une plaque d’imprimerie du numéro spécial de la rédaction de France soir, l’image des pompiers amenant un drapeau américain retrouvé dans les décombres me semble particulièrement émouvante.

 

Du 11-Septembre au 7-Janvier : quand la vie s’arrête

0

Aujourd’hui  jeudi,  jour d’après. L’attentat perpétré mercredi contre « Charlie hebdo » a été le plus sanglant en France depuis cinquante ans. Un traumatisme. Une sidération. Comme un 11-septembre à la française, a-t-on même entendu. « Un acte de guerre », a glissé l’ancien directeur du journal  satirique Philippe Val.

Bien sûr, c’était le but recherché, à n’en point douter. Effrayer. Punir. « Venger » comme les deux ninjas l’ont clamé, fusil-mitrailleur en main. « Quand on n’a pas d’arguments, on tire », a écrit ce matin Laurent Joffrin dans « Libération ». Et, parce que cela dépasse l’entendement, on en demeure cloué net à entendre la nouvelle qui tombe, hier matin. Qui enfle et se précise dans l’horreur. La ronde des victimes qui s’allonge. Cabu ? Est-ce possible ? Et Wolinski aussi ? Et Charb, Tignous, Honoré ? Là, tous ces talents, ces symboles dont on commente en riant les dessins depuis si longtemps. Douze assassinats d’un coup en plein Paris ?

Alors, bien qu’informés (surinformés ?) en quelques instants, on reste hébété longtemps devant la télévision, zappant au fil des images, toujours les mêmes, mais qu’on peine à admettre. Des heures. Pour quoi faire ? On ne sait pas trop. Les radios n’en savent pas plus. Les sites des journaux ne sont même plus accessibles, saturés. Plus de dix millions de requêtes « Charlie Hebdo » hier sur Google. 16 millions de Français regarderont à vingt heures les journaux de TF1 et de France 2, leurs témoignages  et leurs récits déjà connus.  Après midi, Facebook, Twitter tournent à plein, en boucle. On s’envoie des SMS, on se téléphone. C’est toute une France qui s’arrête, qui partage la même stupeur, chez soi, au travail. Comment est-ce arrivé ? On se donne parfois rendez-vous  pour le soir, milliers de « Charlie » à dire « non » dans des rassemblements qui rassurent.

Sidération. On se souvient du 11-Septembre new-yorkais. De cet incroyable temps suspendu à l’avenir des tours jumelles en feu. Des images en boucle, et pas plus d’informations disponibles non plus. On se souvient des attentats parisiens de 1995-1996. Mêmes signes d’impuissance. Même attirance, un peu sonnée, devant la télévision. Mêmes reportages de gens errants, de sirènes de police, d’ambulanciers affairés.

Pourquoi rester là ? En vingt ans, les chaînes d’info sont nées, internet a poussé les murs, la téléphonie a ouvert les vannes. C’est le sens du progrès. Le terrorisme nous rend toujours aussi incrédule, mais devant plus d’écrans.

(Extrait d’un dessin du Néerlandais Ruben L. Oppenheimer)

Le 11 septembre 2001 : journée d’hommage

4

11-septembre-2001-300x239 Le 11 septembre 2001 : journée d'hommagePersonne n’oubliera jamais ce funeste 11 septembre 2001 : ce jour là, le terrorisme atteint un point jamais égalé depuis, celui d’une guerre totale contre une nation. Les attentats du 11 septembre feront près de 3000 morts en 106 minutes, durant quatre attaques simultanées.

A travers cette brève chronologie, nous avons développé quelques questions que l’on peut se poser, sous forme de liens qui amènent à des articles indépendants. Chacun est donc libre d’approfondir comme il lui plaira la mémoire de cette journée.

New York

8 h 46 : le Boeing 767 d’American Airlines, parti de Boston à destination de Los Angeles avec 92 personnes à son bord, signalé détourné à 8 h 19, s’écrase contre la tour nord du World Trade Center de Manhattan. A son bord : quatre terroristes, dont Mohamed Atta, l’un des cerveaux de l’attaque, Egyptien, né en 1968, et quatre autres Saoudiens.

9 h 03 : 17 minutes plus tard, un deuxième avion frappe à son tour la tour sud du World Trade Center. Signalé détourné à 8 h 52, le Boeing 767 d’United Airlines, parti également de Boston à destination de Los Angeles, transporte 65 personnes. A son bord : Marwan Al-Shehhi, Emirati, né en 1978, leader du groupe de terroristes et pilote formé au pilotage en Floride, avec quatre autres pirates de l’air, dont un Emirati et trois Saoudiens.

9 h 59 : la tour sud s’effondre.

Comment des tours peuvent ainsi s’effondrer aussi facilement ?

10 h 28 : la tour nord s’effondre à son tour.

Le bilan est terrible. Manhattan est dévasté : dans le quartier du Word Trade Center et dans les blocks voisins, sept bâtiments sont détruits, dont cinq totalement, et plus d’une dizaine de secteurs regroupant plusieurs buildings sont endommagés. La double attaque a fait 2 763 morts : 2 165 employés ou visiteurs dans les tours, 441 pompiers et policiers, et 157 personnes à bord des avions.

Les pompiers et policiers : qui étaient ils ?

Les mémoriaux et avis de recherche sur les murs du WTC : Pourquoi un si grand nombre de victimes supposées ou portées disparues ?

Le Pentagone

9 h 37 : le Boeing 757 d’American Airlines, parti de Washington à destination de Los Angeles, s’écrase sur l’aile sud-ouest du Pentagone : bilan 189 morts, dont 125 civils et militaires et les 64 personnes transportés par l’avion. A son bord : Hani Hanjour, Saoudien, né en 1972, pilote entraîné en Afghanistan et quatre autres Saoudiens.

Pennsylvanie

10 h 03 : le Boeing 757 d’United Airlines, parti de Newark à destination de San Francisco, signalé détourné à 9 h 36, s’écrase à Shanksville (Pennsylvanie), en plein champ. A son bord : 44 personnes, dont  trois terroristes saoudiens et Ziad Samir Jarrah, Libanais, né en 1975. Leader du groupe, il a étudié en Allemagne à Hambourg et s’est entraîné en Afghanistan.

Que s’est il passé dans le vol 93 ?

Spécial 11 septembre : effondrement

1

1effondrement3-300x226 Spécial 11 septembre : effondrementLe complexe World Trade center était constitué de sept bâtiments, les tours jumelles portant les numéro un et deux. La première tour à s’effondrer fut la numéro deux, suivie de la tour un, et l’immeuble numéro sept, un buildings de bureaux.

53 autres bâtiments alentours furent endommagés, dont 5 durent être démolis entièrement par la suite.

Les tours jumelles du World Trade Center avaient été conçues pour résister à un crash aérien. Mais les tours avaient subies plusieurs contraintes qui avaient fragilisé leur structure. L’attentat à l’explosif commis en 1998 dans le sous-sol des tours avait fragilisé les soutènements. Cette fragilité, combinée à l’impact de l’avion et à l’incendie atypique (1), a entraîné l’effondrement de la première tour, les vibrations achevant de saper les fondations de la seconde tour, et le tremblement de terre ainsi constitué faisant s’ébouler la troisième tour.

  1. incendie atypique dû aux spécificités de la combustion du kérosène.

1effondrement2-150x150 Spécial 11 septembre : effondrement

Retour à la chronologie.

1effondrement1 Spécial 11 septembre : effondrement

Spécial 11 septembre : ou sont les disparus ?

1

1dis^paru2-300x200 Spécial 11 septembre : ou sont les disparus ?Les tours jumelles, effondrées, ne se sont pas métamorphosées en tas de gravats poussiéreux. En réalité, un incendie a fait rage à la base du building durant plusieurs semaines. L’air était apporté par les canalisations rompues, les matières chimiques se consumaient lentement et les gravats servaient de briques réfractaires.

Une sonde des pompiers a révélé qu’au bout de six semaines, la température au cœur du brasier s’élevait encore à huit cent degrés. L’incendie, d’après la déformation de l’acier de la structure, a pu s’élever jusqu’à 3000 degrés, soit l’équivalent de la chaleur à cinq cent mètres d’une explosion nucléaire.

Les corps ou fragments de corps emprisonnés dans les gravats ont donc subi une lente crémation durant plusieurs semaines, les réduisant complètement en cendres. L’ADN a été totalement détruit. De nombreuses personnes portées disparues et censées se retrouver là sont donc supposées mortes, mais aucun fragment de corps n’a permis de leur donner une sépulture autre que le sol du WTC.

 1disparu1-150x150 Spécial 11 septembre : ou sont les disparus ?

Retourner à la chronologie

1disparu3 Spécial 11 septembre : ou sont les disparus ?