Accueil Tags Éric

Tag: Éric

Ça s’est passé à la fin de l’année : La review des fêtes sur Funéraire Info

0
review des fêtes

Maintenant que les fêtes de fin d’année sont passées, vous êtes probablement cloués à votre bureau dû à l’évidente surcharge pondérale durement acquise entre Noel et Nouvel An et que nous ne manquerons pas d’alimenter avec la galette des Rois ce week-end. Chouette c’est l’occasion d’envoyer votre collègue vous chercher un café et de vous caler dans votre siège pour lire la Review des Fêtes.

La fin d’année 2016 a fini de la même manière qu’elle avait commencé, avec son lot de décès de personnalité. Georges Michael, Claude Gensac, William Salice, Jean Christophe Victor, Carrie Fisher et sa mère Debbie Reynolds, une succession triste qui clos une année où les talents qui ont fait des générations entières ne sont plus.

Les Vœux des pros

Pour Funéplus, c’est une vidéo Youtube qui présente les Vœux du réseau national.

Pour la société Bernier Probis, les Vœux sont professionnels et familiaux.Famille-Bernier- Ça s'est passé à la fin de l'année : La review des fêtes sur Funéraire Info

Les entreprises Chapelets vous souhaitent leurs meilleurs Vœux.

Chapelet- Ça s'est passé à la fin de l'année : La review des fêtes sur Funéraire InfoLa start-up Elicci conduite par Aliette vous souhaite une belle année.

Elicci Ça s'est passé à la fin de l'année : La review des fêtes sur Funéraire InfoLa Sarl Senegats vous souhaite une très belle année.

Sarl-Senegats Ça s'est passé à la fin de l'année : La review des fêtes sur Funéraire InfoN’hésitez pas à mettre votre carte de Vœux entreprise en commentaires.

A Funéraire Info :

Je vous ai fait le bilan de 2016 en espérant que ces quelques mots résonnent en vous.

Mélanie vous présente ses coups de cœur de l’année 2016, des entreprises pleines de promesses.

Article hommage à Carrie Fisher qui incarnait la Princesse Leia dans la saga Star Wars.

Guillaume nous présente le bilan de l’année.

2016 a eu son lot de décès de personnalités, j’ai essayé de vous livrer une liste non exhaustive de ces morts qui vous ont marqués.

Éric vous a souhaité les Voeux de la rédaction par ici. Il n’est pas aisé de vous souhaiter le bonheur dans vos entreprises sachant que vous êtes pour la plupart dans le Funéraire ou dans le milieu hospitalier et que donc votre travail est en corrélation avec la souffrance de quelqu’un d’autre, donc je vous souhaite de la pérenité dans votre travail grâce à la force de vos efforts, grâce à vos collègues, grâce à vos principes et vos valeurs.

Je vous dis à la fin de chaque review « merci de m’avoir laissé rentrer chez vous » et bien merci aussi de m’avoir laissé rentrer dans vos vies à l’occasion de ces fêtes de fin d’année. J’ai reçu plus de Voeux cette année que dans toutes les années avant cumulées. Grâce à vous, cela ne peut être qu’une bonne année.

On repart ensemble pour une année pleine de promesses ou à Funéraire Info nous vous accompagnons au quotidien.

Funéraire Info, résolument pour vous et par vous, pour une nouvelle année.

Funéraire-Astro : Une année riche en terre

0
horoscope funéraire

Am Stram Gram. Les horoscopes c’est toujours à double tranchant et si vous y croyez c’est encore pire. Combien sommes-nous à ne pas croire à l’horoscope mais à le lire quand même ? C’est un peu la même chose avec les programmes politiques.

Bélier : Ça bouge en 2017, c’est le moment d’investir, nouveau corbi ? nouvelle agence ? Tout est possible.

Taureau : Si vous êtes taureau comme notre chef adoré Éric, vous êtes sans doute têtu et obstiné, le taureau devra faire face à de gros coups de pompes après de gros coups de tête.

Gémeaux : Vous voyez tout en double cette année, double agence, caveaux deux places, espérons que votre chiffre d’affaire double aussi. Après tout cela ressemble bien à Guillaume, qui a lui aussi une double activité entre rédacteur pour funéraire info et écrivain.

Cancer : Le rêveur du signe devra faire attention où il met les pieds sinon il risque de partir les pieds devant. Olivier Defrancq devra faire attention où il gare sa jaguar.

Lion : Une année à rugir de plaisir, attention à ne pas tout réduire en cendres sous un coup de passion. Chouette ! moi qui ai décidé d’arrêter de fumer, exit la cendre.

Vierge : Cette année vous feriez bien de suivre le conseil de Daniel Desbiens « « Qui s’attarde trop aux cérémonies oublie de valser avec la Vie. »

Balance : Prenez soin de vous, attention à ne pas trop tirer sur le trocart.

Scorpion : Si rien de transcendant ne se passe dans votre ciel, cela n’est pas une raison pour exhumer de vieux dossiers.

Sagittaire : Année à marquer d’une pierre – tombale- blanche, un suicide ou un divorce – ou les deux- en provenance.

Capricorne : Ils font d’excellents pompes funèbres. Indépendants, secrets, froids casaniers et conservateurs on vous trouvera près d’une cellule réfrigérée.

Verseau : C’est votre année, n’oubliez pas de cultiver votre jardin et laissez les souvenirs au passé.

Poisson : Si vous êtes un signe d’eau comme Olivier Bernier, pas question de buller cette année. Et oubliez l’aquamation, sinon votre entreprise de cercueil risque de prendre l’eau.

J’espère que vous êtes rassurés ? Mouahaha dans tous les cas, je vous accompagne toute l’année.

Review : Ça s’est passé cette semaine sur Funéraire-info

0

Bonjour à toutes et à tous, vous avez les yeux ouverts ? Allez je vous emmène dans cette review de la semaine un peu spéciale puisqu’il s’agit de la semaine de la Toussaint. Nous nous sommes déplacés, nous avons rendu hommage, nous nous recueillis. Retour sur cette semaine particulière faites de mémoire et de silence.

Polémique

Retour un instant sur le point polémique de la semaine. Chose promise, chose due, je vous avais dit que l’article en réponse à RTL/Familles Rurales serait à la review de la semaine, le voici. En cause, des clients mystères qui ont effectué des devis auprès de plusieurs pompes funèbres dans le Doubs et dont le résultat tendrait à révéler que les pompes funèbres proposent des prestations optionnelles abusives aux familles.

La Toussaint

Pour commencer, si vous souhaitez jeter un œil à l’ensemble des articles sélectionnés pour vous dans les médias français, Guillaume a préparé un sommaire des différentes revues de presse.

Positif ! C’est le mot qui revient dans nos différentes impressions à la rédaction. Chacun y va de son point de vue, de son angle. On a lu et revu pour vous cette Toussaint 2016.

Côté pro

Interviews exclusives pour Funéraire-Info

Jean-Ruellan Review : Ça s'est passé cette semaine sur Funéraire-info

OGF : Jean Ruellan, directeur marketing et communication pour OGF revient sur l’actualité du groupe et l’avenir du leader en France.

photo-Thierry-Gisserot Review : Ça s'est passé cette semaine sur Funéraire-info
Thierry Gisserot

FUNECAP : Thierry Gisserot co-président exécutif du groupe, revient sur les ambitions du groupe et ses perceptives d’avenir.

Cette semaine on vous a parlé aussi

De l’actu : Jeudi était la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, nous revenons dessus.

Des pompes funèbres : Du service, du service, du service.

De l’information : Suite à l’incendie qui a touché l’usine SAPI, le fabriquant est déjà au travail.

De culture : Je vous ai fait voyager cette semaine, ma chronique vous emmène au quatre coins du monde afin de voir comment se fête les morts dans les autres cultures.

De mystère : Guillaume est perplexe, des disparus qui publient sur Facebook ? Il suit cette enquête qui à l’air de vous passionner, et qui n’est pas finie…

La semaine prochaine, je vous emmène au cœur de la cérémonie du souvenir à Metz. On parlera aussi de vous, pompes funèbres et des problèmes que vous rencontrez avec les factures impayées. On vous parlera aussi du transport d’une urne funéraire, interdit ? Possible ? Le point sur la loi. L’ubérisation ça vous parle ? Guillaume vous donnera son point de vue.

Vous avez des idées ? Des réclamations ? Des revendications ? Partagez-les moi. Bon dimanche à vous, merci de m’avoir laissé rentrer chez vous. On repart ensemble dès demain.

Funéraire-Info, pour vous, par vous.

Cachez-moi ces hommes que je ne saurais voir

0

 

Vous le savez, parce que j’adore parler de moi, je me suis faite une entorse à la cheville. Ce que vous savez moins c’est le pourquoi du comment de la catastrophe. Parce que je travaillais pour de vrai ? Que je suis allée à la rencontre des professionnels sur leurs stands ? Pfff que nenni ! En fait j’ai couru derrière les hommes. Après tout, c’est ce que l’on va dire, alors autant devancer les paroles. Prem’s sur mes propres ragots.

Éric va vous faire sa petite liste des « canons », j’espère être en bonne place, quand même un peu de chauvinisme. À mon tour de vous présenter mon top.

Premier point, si vous voulez un beau garçon, je vous le dis sans ménagement appelez le Olivier. Peu importe la génération, vous verrez les filles se retourner sur leurs passages à coup sur. Olivier Defrancq par exemple, est-ce à cause des Jaguar que je m’arrêtais systématiquement faire un coucou ? Non voyons c’est grâce à son sourire lumineux, ça n’était pas –que- la cote de ses véhicules que l’on venait estimer, c’était la sienne.  Olivier Lemaire de FunéMarket est venu durant deux jours saluer les exposants. Ce charmeur d’Olivier n’a pas manqué de faire tourner les têtes des exposantes sur son passage. En ce qui concerne Olivier Bernier, la relève est assurée est pas seulement côté entreprise mais côté charme également.

Au SPTIS d’ordinaire nous avons Cédric Ivanes, classe, élégance, sourire distingué, le syndicat est présidé par le top niveau en matière de distinction. Il était représenté cette fois par son vice président Frédéric Nicolas. Des yeux bleus que l’on voyait à l’autre bout du salon tellement ils étaient clairs et perçants, impossible de passer à côté sans s’arrêter. En d’autres termes au SPTIS, ils ont le sens du raffinement.

Sur le stand de Nova-Amégapub, il n’y a que des jolies filles. Elles sont belles, et intelligentes, et même si nous sommes au XXIème siècle, précisons-le, on ne sait jamais. Elles risqueraient de se retrouver en couple avec la moitié du salon –tout du moins dans la tête de certains-. Mais au milieu d’elles, nous retrouvons Guilhem Assié, le charme du commercial exercé, peu de visiteuses et exposantes ne pouvaient repartir bredouille et bégayante du stand d’Amégapub. Im-po-ssible.

Le salon était un bon cru, si Éric nous parle des coups à boire, je dirais qu’on était plutôt sur un millésime. Emilien, et Éric de Funeral Concept avec leur nœud papillon bleu ont fait arrêter plus d’une personne.

Idem du côté de Fimo, s’arrêtait-on boire un verre ? Travailler ? pas sur…

Chez les personnalités, discrètes – même pour un commercial – à ne pas manquer je vous présente Damien Comandon. Toujours le sourire ravageur aux lèvres, allez je vous l’avoue…c’est mon chouchou !

Si vous avez aperçu un pimpant et lumineux monsieur, arrêtez-vous ! il s’agit de Cyril Ladet, l’organisateur préféré de ces dames, a qui il n’a pas manqué d’offrir le café chaque matin.

Si je repense à Cimtéa avec Jérémie Levy et à En sa mémoire avec Yann Lepage et Flavien Jourdain, respectivement à l’autre bout du salon chacun, cela m’a donné envie de faire des allers-retours…Grave erreur ! Je les soupçonne d’être responsable de ma blessure.

Philippe Gentil a séduit également, son joli teint hâlé nous a toutes subjuguées, cela va sans dire.

A FunérArts, nous retrouvions le beau David et ses lunettes de tombeur. Par chance, notre stand était juste en face.

Et justement sur notre stand, Guillaume et Éric ont fait des ravages. Mais ce sont les miens, nananère.

Petite dédicace également au jeune homme qui a du me badger probablement douze millle fois quand je suis allée aux toilettes. Costume impeccable, sourire à tomber, il a failli en faire tomber plus d’une sur le tapis derrière lui, à force qu’elles se retournent sur lui. 

J’en oublie certains, qu’ils ne se sentent pas vexés. De toute façon, si vous êtes une jeune femme et que vous êtes dans le funéraire, essayez de ne pas sourire, de ne pas regarder, vous risqueriez tout à coup de perdre votre intégrité, votre objectivité et les nuits blanches à travailler disparaitront dans un claquement de doigt face aux sourires ravageurs. Alors on regarde ? Oui mais à peine, on remet les œillères et on rentre chez soi. Mais promis la prochaine fois je m’échauffe avant de venir, je courrais plus vite comme ça. En attendant, cachez-moi ces hommes que je ne saurais voir…

Dans la liste – ou pas – j’ai certainement un préféré – ou pas- mais chut, pas de bruit pas d’image, je risquerais de perdre la moitité de mes lectrices de jalousie et la moitié de mes lecteurs pour la même raison. Et ça ! Or de question, je vous aime trop pour ça.

Chronique FUNEXPO : Le salon dans tous ses états

0

Les souvenirs c’est intéressant, c’est ce qui nous fait recommencer quelque chose. On les tord, les détériore, les sublime et puis on finit par s’en éloigner. Mes souvenirs de salon sont bien plus sentimentaux que ceux d’Éric et Guillaume.

Les veilles de salon me font penser à mon enfance, et de la manière dont mon père – fleuriste –  abordait chaque fête importante de l’année. Il ne fallait pas lui parler pendant plusieurs jours tant l’enjeu était important. Le souci du travail bien fait. Et puis le jour même tout fonctionnait, c’était intense, mais c’était familial.

C’est ça qui me plaît dans les salons, une ambiance un rien familiale. Bien sur il y a de la concurrence pour chaque profession, les inconnus, les gens de passage et pourtant il y a cette impression d’appartenir à quelque chose. Ça nous ferait presque oublier qu’on a mal aux pieds.

Si j’en veux plein les yeux, je file au stand Hygeco, rien que de voir leurs urnes impeccablement mises en valeur par un joli dégradé, je suis conquise.

Et puis je m’extasie devant les limousines me rendant compte que la pompe funèbre gravée dessus, elle vient de chez moi. Un tout petit vent de fierté se lève alors. Eh oui, un peu chauvine.

Si je veux philosopher tout en ayant l’assurance de passer un agréablement moment je vais directement au SPTIS et j’y retrouve non seulement tout mon sérieux, mais aussi mon ami.

Quand je suis fatiguée de m’être perdue quinze fois de suite, je vais voir FunéMarket leur éternel sourire me redonne assez d’énergie pour repartir dans les allées.

On se rend compte que derrière les stands, on n’a pas vu des personnes depuis des années, que les choses ne changent pas tellement, elles évoluent c’est tout.

On retrouve aussi ceux qui n’exposent pas, qui sont de passage, qui viennent de chez nous ou de très loin. Ceux qu’on ne voit qu’au salon rendant le moment encore plus intimiste dans cet endroit si vaste.

On change d’univers à chaque stand et puis on met aussi des visages sur des personnes avec lesquelles on communique régulièrement.

Et puis avant je courrais derrière Funéraire-Info, parce que courir derrière Éric c’est sportif, jamais à sa place, toujours en vadrouille. Les pieds ici mais la tête sur la toile et c’est tant mieux c’est comme ça qu’il travaille efficacement.

Travailler avec Éric c’est avoir la chance d’avoir un mentor, c’est savoir qu’il voit le meilleur en nous et qu’il fera tout pour que nous le voyons nous aussi. Il nous donne envie de produire le meilleur, tout simplement parce qu’il est le meilleur. Et avoir Guillaume comme collègue, c’est avoir la chance d’avoir tout l’inverse de soi. Géographiquement éloigné, politiquement opposé on s’en fiche pas mal parce qu’on se retrouve sur la chose essentielle pour nous, écrire. Et pour ça on parle le même langage. On fait du sérieux sans se prendre au sérieux.

Cette année c’est derrière le stand de Funéraire-Info que vous me retrouverez. Je pourrais échanger tout un tas de choses dans ma vie, mais une chose est certaine, je n’échangerai jamais ni Guillaume, ni Éric.