Accueil Tags Guy Lux

Tag: Guy Lux

Décès un 13 juin, éphéméride

0
Aujourd’hui :

Pas de journée internationale répertoriée pour cette date

Défunts du jour :

guy-lux-150x150 Décès un 13 juin, éphéméride2003 : Guy Lux, producteur et un animateur de jeux et de divertissements télévisés français. En 1960, Guy Lux présente sa première émission Contact devenant ensuite La roue tourne. Ensuite, Guy conçoit ou anime plusieurs émissions de jeux et de variétés qui ont marqué l’histoire de la télévision française. En 1962, il crée avec Pierre Brive Intervilles (qu’il anime avec Simone Garnier et Léon Zitrone) puis Jeux sans frontières en 1965. Il est renvoyé du service public en 1981, après l’arrivée de la gauche au pouvoir, mais revient en 1983 sur France 3. Il quitte l’antenne en 1991 mais poursuit ses activités de producteur. Sa dernière émission est l’Or à l’Appel, présentée par Lagaf.

image.php_-300x300 Décès un 13 juin, éphéméride1998 : Eric Tabarly, navigateur français. Officier marinier pilote de l’aéronautique navale, puis officier de marine jusqu’au grade de capitaine de vaisseau, il se passionne très tôt pour la course au large et remporte plusieurs courses océaniques telles l’Ostar en 1964 et 1976, mettant fin à la domination anglaise dans cette spécialité. Il forme toute une génération de coureurs océaniques et contribue par ses victoires au développement des activités nautiques en Bretagne et en France. Bien que très attaché à son vieux Pen Duick de 1898, il joue également un rôle de pionnier dans le développement du multicoques en concevant son trimaran Pen Duick IV (1968), un des tout premiers multicoques de course au large, confirmant la suprématie de ce type de bateau sur les monocoques.

Jim Morrison, Joe Dassin, Coluche : c’est l’été à la télé

0

Les vacances se poursuivent. L’occasion de prendre le temps. Celui  notamment de retrouver les vedettes populaires aujourd’hui disparues, au gré des films et des documentaires que les chaines de télévision vont (re)diffuser pendant l’été. Petit guide, au fil des jours (du 19 au 21 août).

Mercredi 19 août. Il faudra se lever tôt (5h15) pour voir sur Arte « The Doors, feast of friends », le documentaire tourné par le groupe mythique de Jim Morrison sur lui-même. Autre genre : la chaîne Numéro 23 propose à 20h45 dans son magazine Dossiers surnaturels d’écouter le témoignage de ces gens « revenus de la mort » après un accident de la route, une opération chirurgicale ou un infarctus… Yasser Arafat, lui, est bien décédé, mais le mystère de cette mort sera peut-être éclairci. C’est ce que raconte un documentaire de France 3 (23h20).

Jeudi 20 août. Ancien présentateur du 20h sur la Deux, Bernard Rapp a aussi réalisé quelques films. NRJ12 diffuse ce soir (20h50) l’un d’eux, « Un petit jeu sans conséquence » (2004), avec Sandrine Kiberlain et Yvan Attal.  Sur HD1 tard (0h35), l’unique film réalisé en 1977 par le roi des jeux télé Guy Lux s’appelle  « Drôles de zèbres ». On y parle beaucoup de courses hippiques et on y revoit nombre d’acteurs français de comédies aujourd’hui disparus : Sim, Alice Sapritch, Corinne Le Poulain, Jacques Legras, Patrick Topaloff, mais aussi Léon Zitrone, Coluche et Guy Lux lui-même. Une époque.

Vendredi 21 août. Sa vie n’a été qu’été indien, rêve américain et pains au chocolat : France 3 fait revivre la carrière de Joe Dassin (20h50) dans un documentaire sans surprises. HD1 préfère à partir de 20h50 le monde merveilleux de Tintin et Milou, joyeux personnages du dessinateur Hergé. A la suite, donc, une soirée de dessins animés (« Coke en stock », « L’affaire Tournesol »… Les nostalgiques du comédien Daniel Rialet (Navarro, Les Monos, Mademoiselle Joubert) auront plaisir à le revoir dans la série « Père et maire » à 20h55 sur D8.

Populaire animatrice, Anne-Marie Peysson est morte

0

Ancienne présentatrice à la télévision, grande voix radio sur RTL, la populaire Anne-Marie Peysson est morte mardi dernier, âgée de 79 ans. La station l’a annoncé ce samedi.

Arrivant toute jeune de sa Provence, elle avait commencé en 1960 à l’ORTF comme speakerine, aux côtés de Catherine Langeais et Jacqueline Huet. Elle a ensuite accompagné à l’écran Guy Lux dans son émission « Le palmarès des chansons ». C’est en 1969 qu’elle franchit le seuil de RTL, d’abord comme présentatrice auprès de Philippe Bouvard, puis comme animatrice.

Elle a ensuite lancé l’émission musicale « Stop ou encore », le week-end dans les années 70, puis devient l’une des « grandes voix » des matinées de RTL avec son émission «  Parlez-moi d’amour ». Dans les années 80, on lui avait confié le soin de créer avec Alain Krauss l’émission « Les auditeurs ont la parole ».

Ce samedi, le patron de la station Christopher Baldelli, et les animateurs Laurent Ruquier et Marc-Olivier Fogiel lui ont rendu hommage.

Anniversaire : Pierre Dac, mort de rire

0

Il y a quarante ans mourait à Paris Pierre Dac (1893-1975). Le roi du loufoque, dont les cendres reposent au cimetière du Père-Lachaise,  voit pour l’occasion son œuvre rééditée, et son humour honoré. Ce lundi midi, un rassemblement était organisé à Châlons-en-Champagne, sa ville natale, pour rappeler sa mémoire.

Homme de presse, homme de radio, homme de spectacles : Pierre Dac était un peu de tout cela à la fois. La France l’a découvert dans les années 30 dans le journal qu’il a fondé, « L’Os à moelle ». Il y mêle des conseils farfelus, des petites annonces décalées, des reportages absurdes. Autant dire que c’est en humoriste, aux côtés des Français libres, qu’il met son talent de Radio-Londres en 1943, lui qui a connu l’horreur de la guerre en soldat en 14-18. Il devient correspondant de guerre après le Débarquement, suivant les troupes jusqu’en Allemagne.

L’après-guerre le voit remonter sur scène, et notamment livrer d’hilarants sketchs avec son compère Francis Blanche. Il est l’inventeur du « Schmilblick », repris plus tard par Guy Lux et détourné par Coluche. Et comme ce dernier, Pierre Dac prend d’assaut les micros radiophoniques. Il en fait son terrain de jeu pour ses feuilletons « Malheur aux barbus » (1951-1952), puis « Signé Furax » (1956-1960) et « Bon baisers de partout » (1965-1974).

Pour rire, en 1965, il se déclare candidat à l’élection présidentielle au nom du MOU (le Mouvement ondulatoire unifié). Il prévient : il nommera comme ministres Jacques Martin, Jean Yanne et René Goscinny. Son slogan : « Les temps sont durs, votez MOU ! ».

Lui qui aimait à dire « Mourir en bonne santé, c’est le vœu de tout bon vivant bien portant », ou encore « La mort n’est, en définitive, que le résultat d’un défaut d’éducation puisqu’elle est la conséquence d’un manque de savoir vivre », a disparu discrètement. Non sans cette dernière pirouette : « Les cimetières sont éclairés au néant ». Un des derniers livres du dessinateur Cabu (au Cherche-Midi) a été pour illustrer quelques pensées et maximes de Pierre Dac.