Accueil Tags Patrick Topaloff

Tag: Patrick Topaloff

Décès un 7 mars, éphéméride

0
Pierre Tornade

Aujourd’hui

Pas de journée internationale recensée.

Défunts du jour

2012. Pierre Tornade, mort à 82 ans. Le comédien a débuté sa carrière en 1955 au théâtre., jouant ensuite dans la comédie musicale « Irma la douce« . Très demandé à partir des années 1960, il apparaît à la télévision dans de nombreux feuilletons tels que Thierry la Fronde (1963), Le Chevalier d’Harmental (1966), Les Sept de l’escalier quinze B (1967) ou encore Les Dossiers de l’agence O (1968). De par sa stature imposante, il se voit fréquemment confier des rôles de militaires ou de policier. Ses rôles les plus marquants sont le père de la victime dans Dupont Lajoie, le capitaine Dumont dans la série de films La 7e compagnie et le commissaire Florimond Faroux dans la série télévisée Nestor Burma. Grande figure du monde du doublage, il a prêté notamment sa voix aux personnages d’Averell Dalton et d’Obélix dans plusieurs dessins animés adaptés des bandes dessinées Lucky Luke et Astérix. Il est aussi le créateur de nombreuses voix dans le Muppet Show.

Patrick-Topaloff-300x193 Décès un 7 mars, éphéméride2010 : Patrick Topaloff, animateur et chanteur Français. Animateur d’émissions d’humour sur Europe 1, entre autres, dans les années 60 – 70, il connaît un succès fulgurant avec sa chanson « J’ai bien mangé, j’ai bien bu ».

Stanley-Kubrik-231x300 Décès un 7 mars, éphéméride1999 : Stanley Kubrik, cinéaste britannique, auteur de 13 longs métrages. Il suffit de les citer : « 2001, odyssée de l’espace », « Docteur Folamour », « Barry Lyndon », « Orange Mécanique », « Shining », « Lolita »

Paul-Emile-Victor-300x208 Décès un 7 mars, éphéméride1995 : Paul Emile Victor, explorateur polaire, scientifique, ethnologue, écrivain français, fondateur et patron des expéditions polaires françaises durant 29 ans.

Saint-Thomas-DAquin-225x300 Décès un 7 mars, éphéméride1274 : Saint Thomas d’Aquin, considéré comme l’un des plus grands philosophes scolastique et théologien. C’est un des saints patrons des libraires.

Jim Morrison, Joe Dassin, Coluche : c’est l’été à la télé

0

Les vacances se poursuivent. L’occasion de prendre le temps. Celui  notamment de retrouver les vedettes populaires aujourd’hui disparues, au gré des films et des documentaires que les chaines de télévision vont (re)diffuser pendant l’été. Petit guide, au fil des jours (du 19 au 21 août).

Mercredi 19 août. Il faudra se lever tôt (5h15) pour voir sur Arte « The Doors, feast of friends », le documentaire tourné par le groupe mythique de Jim Morrison sur lui-même. Autre genre : la chaîne Numéro 23 propose à 20h45 dans son magazine Dossiers surnaturels d’écouter le témoignage de ces gens « revenus de la mort » après un accident de la route, une opération chirurgicale ou un infarctus… Yasser Arafat, lui, est bien décédé, mais le mystère de cette mort sera peut-être éclairci. C’est ce que raconte un documentaire de France 3 (23h20).

Jeudi 20 août. Ancien présentateur du 20h sur la Deux, Bernard Rapp a aussi réalisé quelques films. NRJ12 diffuse ce soir (20h50) l’un d’eux, « Un petit jeu sans conséquence » (2004), avec Sandrine Kiberlain et Yvan Attal.  Sur HD1 tard (0h35), l’unique film réalisé en 1977 par le roi des jeux télé Guy Lux s’appelle  « Drôles de zèbres ». On y parle beaucoup de courses hippiques et on y revoit nombre d’acteurs français de comédies aujourd’hui disparus : Sim, Alice Sapritch, Corinne Le Poulain, Jacques Legras, Patrick Topaloff, mais aussi Léon Zitrone, Coluche et Guy Lux lui-même. Une époque.

Vendredi 21 août. Sa vie n’a été qu’été indien, rêve américain et pains au chocolat : France 3 fait revivre la carrière de Joe Dassin (20h50) dans un documentaire sans surprises. HD1 préfère à partir de 20h50 le monde merveilleux de Tintin et Milou, joyeux personnages du dessinateur Hergé. A la suite, donc, une soirée de dessins animés (« Coke en stock », « L’affaire Tournesol »… Les nostalgiques du comédien Daniel Rialet (Navarro, Les Monos, Mademoiselle Joubert) auront plaisir à le revoir dans la série « Père et maire » à 20h55 sur D8.

Cimetière : un coin de Russie en France

0
Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois. La tombe de Rudolf Noureev

C’est un petit coin de Russie au cœur de l’Ile-de-France. Une nécropole orthodoxe près d’une église au bulbe bleu, dans la tradition des monuments novgorodiens. Le cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), au sud de Paris, et ses 5.200 tombes est le reflet de l’émigration, entre pins, cyprès et bouleaux. Près de 15.000 personnes y reposent.

russe1-300x206 Cimetière : un coin de Russie en FranceMonument historique, cet endroit est quasi hors-du-temps. Un lieu de pèlerinage souvent, comme Vladimir Poutine venu jusqu’ici lors d’une visite officielle en 2000 pour y fleurir les tombes de la princesse Obolensky (héroïne de la résistance) et du prix Nobel de littérature 1933 Ivan Bounine.

Ici sont inhumés nombre d’artistes, des militaires, des membres de cette noblesse russe qui a fui l’URSS, une partie de la famille impériale, mais aussi des cosaques du Don, des chauffeurs de taxi des années 20… Le cinéaste Andreï Tarkovski (Le Sacrifice) y côtoie l’amuseur Patrick Topaloff, le danseur Serge Lifar y voisine avec le peintre abstrait Serge Poliakoff et les sœurs actrice de Marina Vlady (Odile Versois et Hélène Vallier). Au détour des allées, on y croise Félix Youssoupov (instigateur de l’assassinat de Raspoutine), un amiral, un Premier ministre, un violoniste, un médecin, un comte Tolstoï…

Tombeau emblématique, celui de Rudolf Noureev. Mort en 1993, le chorégraphe repose sous un tapis de mosaïque, bariolé, plissé. Entre les fleurs, on y dépose des chaussons de danse.

L’histoire du cimetière est intimement liée à celle de la Maison russe, aujourd’hui maison de retraite adjacente. Un château-refuge acheté par une héritière anglaise pour ceux qui fuyaient la Russie et sa révolution bolchévique de 1917. En 1927, la première pensionnaire est enterrée à côté, dans le cimetière communal. Bien d’autres suivront. L’église blanche et bleu est bâtie en 1938 dans le plus pur style russe. Quant à la nécropole, ses croix orthodoxes de bois sculpté, icones, bougies, elle est aujourd’hui devenue la plus importante de l’émigration russe au monde.

8, rue Léo-Lagrange. 91700 Sainte-Geneviève-des-Bois. Ouvert l’été de 7h à 19h. Accès libre.