Accueil Tags Pétition

Tag: pétition

Atteinte à l’intégrité du cadavre après un soin de conservation ?

0
valise thanatopracteurs

Aïe aïe aïe, ça c’est le genre d’article sur lequel personne n’aime tomber. Et surtout pas vous, les entrepreneurs de pompes funèbres… et les thanatopracteurs. »Atteinte à l’intégrité du cadavre après un soin de conservation « ? Comment cela est-il possible?

Vous vous savez ce qu’est un acte de thanatopraxie, mais les familles, elles, l’ignorent la plupart du temps. Et parfois, cela a des conséquences désastreuses.

Myriam Vibien a perdu son fils de 23 ans dans un accident de voiture en juillet dernier à Peipin, dans le Sisteronais. Affaiblie et choquée, elle dénonce aujourd’hui un abus de faiblesse de la part des pompes funèbres en charge des obsèques de son fils. Pourquoi ? Un acte de thanatopraxie a été réalisé, et selon elle, sans son consentement, et surtout sans l’en avoir informée. Les mots utilisés sont criants et durs, dans l’article en référence que vous trouverez, l’on parle même « d’effraction du corps ». Elle lance aujourd’hui une pétition afin d’alerter les pouvoirs publics. Une demande prise au sérieux par le gouvernement.

De l’importance de l’information et des formations

On ne le répétera jamais assez, mais n’importe quel organisme de formation vous le dira : vendre un soin, cela s’apprend. Des modules consacrés à la thanatopraxie font partie de la formation de conseiller funéraire, comment cela a-t-il pu se produire ? Pour Cédric Ivanès, président du Syndicat professionnel des Thanatopracteurs Indépendants et Salariés, vendre un soin de conservation est très compliqué, car il est difficile d’expliquer clairement les choses aux familles sans avoir à rentrer dans des détails techniques.

La thanatopraxie : atteinte à l’intégrité du cadavre ?

Il existe trois techniques de soins mortuaires : la glace carbonique, les équipements réfrigérants et la thanatopraxie, explique l’article. Bon pour la glace carbonique, on repassera, je serai curieuse de voir où cela est encore pratiqué, et pour quelles raisons…

Le problème c’est que le décès d’un jeune personne est d’une brutalité sans nom, l’acte de thanatopraxie vient s’apposer à cette brutalité. Tout semble échapper à cette maman a qui il aurait fallu, avec beaucoup de tact expliquer ce qui allait se passer. Une mauvaise publicité pour le funéraire, pour la thanatopraxie et un travail de deuil qui va être difficile d’entamer.

 

Soins de conservation, la thanatopraxie au cœur de la polémique

0
Gantes de boxe soins de conservation thanatopracteurs séropositifs

La levée d’interdiction de soin funéraire sur les défunts séropositifs ou atteints d’hépatites se retrouve sur le devant de la scène. La levée de boucliers des associations contre la pétition du SPTIS a médiatisé cette querelle, donnant au funéraire un éclairage particulier. Revue de presse spéciale.

La pétition du SPTIS est ici : www.change.org/p/ministère-de-la-santé-contre-la-levee-de-l-interdiction-des-soins-pour-les-defunts-porteurs-du-vih-d-hepatites

La lettre ouverte de AIDES et des associations : www.aides.org/communique/lettre-ouverte-29-aout-2017

Dans Funéraire Info

AIDES envisage des testing dans les pompes funèbres, interview d’Enzo Poultreniez

Une lettre ouverte a été adressée à Cedric Ivanes, président du SPTIS, par 20 associations et collectifs de lutte contre le VIH/sida et les hépatites virales, contestant point par point les arguments avancés. Enzo Poultreniez, responsable Plaidoyers et Revendications de l’association AIDES, répond à nos questions. C’est à lire ici

Levée de l’interdiction des soins, pétition… Jean-Luc Romero répond à nos questions

Jean-Luc Romero, président d’Elus Locaux Contre le SIDA, a répondu à nos questions, sur la levée de l’interdiction des soins, et sur la pétition du SPTIS s’y oppose, soulignant qu’il existe d’autres problèmes bien plus préoccupants… C’est à lire ici.

Dans Seronet.Info

Soins funéraires : Un syndicat entretient la polémique

La parution, cet été, d’un arrêté mettant fin à l’interdiction des soins pour les personnes défuntes porteuses du VIH et d’hépatites virales semblait mettre un point final à cette discrimination dénoncée depuis des années par les associations de lutte contre le sida et les hépatites virales et à la polémique entretenue par un syndicat de professionnels du soin funéraire. Il n’en est rien, celui-ci vient de lancer une pétition demandant au gouvernement d’annuler cet arrêté qui entrera en vigueur au 1er janvier 2018. Une vingtaine d’associations et de collectifs qui défendent la fin de cette interdiction viennent d’interpeller le président de ce syndicat dans une lettre ouverte qui dénonce une « série de mensonges, contre-vérités et de stigmatisations » dans le texte de la pétition. Un article à lire ici.

Dans Le Figaro

Querelle sur les soins des défunts séropositifs

Le syndicat des thanatopracteurs a lancé une pétition pour s’opposer à l’arrêté autorisant les soins de conservation pour les défunts porteurs du VIH. En cause, les risques de contamination. Un article à lire ici (payant).

Dans Le Point

Soins funéraires : les virus de la discorde

Un syndicat de thanatopracteurs s’oppose à la levée de l’interdiction des soins aux porteurs du VIH ou d’une hépatite virale. Riposte des associations. C’est à lire ici.

Sur France Info

Soins funéraires pour les séropositifs : des associations dénoncent les « stigmatisations » des thanatopracteurs

Pour les thanatopracteurs, réaliser des soins sur des séropositifs malades peut-être dangereux. Les associations de lutte contre le sida dénoncent une atteinte au droit des séropositifs. Un article à lire ici.

Sur RTL

Pourquoi les soins funéraires aux personnes séropositives font-ils polémique ?

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a levé l’interdiction des soins funéraires qui visait les personnes atteintes du VIH, une décision dénoncée par le principal syndicat des thanatopracteurs. Un article à lire ici.

Sur BFMTV

La colère d’Act Up contre des thanatopracteurs qui refusent de prendre en charge des séropositifs

Certains spécialistes de la conservation des corps – les thanatopracteurs – ne veulent plus s’occuper des cadavres de personnes séropositives, par crainte de contamination. Mikaël Zenouda, le président de l’association Act-Up Paris, dénonce une position archaïque qui n’a pas de sens, selon lui. Un article à lire ici.

Dans 20 Minutes

Virus du sida: Des thanatopracteurs s’opposent aux soins funéraires pour les défunts séropositifs

Les thanatopracteurs se mobilisent contre un arrêté du ministère de la Santé, publié au Journal Officiel le 20 juillet, qui lève l’interdiction des soins funéraires sur les personnes mortes porteuses du VIH. La mesure, qui doit prendre effet le 1er janvier 2018, vient annuler des textes de 1986 et 1988 qui défendaient de prodiguer des soins de conservation aux personnes décédées séropositives et atteintes d’hépatites, par crainte de contamination. Un article à lire ici.

Dans Top Santé

Des thanatopracteurs contre l’autorisation des soins funéraires sur les séropositifs

Une pétition réclamant le retrait de l’arrêté ministériel levant l’interdiction des soins funéraires sur les personnes mortes porteuses du VIH a été lancée par un syndicat de thanatopracteurs. Un article à lire ici.

Sur Pourquoi Docteur

VIH : les thanatopracteurs opposés à la levée de l’interdiction de soins funéraires

Le syndicat des thanatopracteurs conteste le bien-fondé de la levée des soins de conservation pour les personnes atteintes du sida. Un article à lire ici.

Dans La Charente Libre

COLÈRE D’ACT UP ET AIDES CONTRE DES THANATOPRACTEURS QUI REFUSENT DE PRENDRE EN CHARGE DES SÉROPOSITIFS

Certains spécialistes de la conservation des corps – les thanatopracteurs – ne veulent plus s’occuper des cadavres de personnes séropositives, par crainte de contamination. Un article à lire ici.

Dans France Soir

LES THANATOPRACTEURS S’OPPOSENT À LA LEVÉE D’INTERDICTION DE SOINS FUNÉRAIRES DES MORTS DU SIDA

Le ministère de la Santé a pris un arrêté en juillet dernier pour autoriser les malades du VIH à bénéficier de soins funéraires à leur mort. Arrêté accueilli avec joie par différentes associations, mais vigoureusement combattu par les thanatopracteurs, qui pratiquent ces soins funéraires. Une pétition a été mise en ligne. Un article à lire ici.

Sur Jim.fr

Soins funéraires et VIH: la polémique renaît de ses cendres

Le 20 juillet est paru au Journal officiel un arrêté attendu de longues date par les associations de lutte contre le Sida : il procède au retrait du VIH de la liste des affections empêchant l’accès à des soins funéraires de conservation. Cependant, dès la publication du décret, les syndicats de thanatopracteur avaient fait part de leur désapprobation. Le président du Syndicat professionnel des thanatopracteurs indépendants et salariés (SPTIS) ne cachait ainsi pas sa volonté d’étudier les voies de recours contre cet arrêté.  Un article à lire ici.

Affaire Jacqueline Sauvage : Hollande en juge de paix

0
(capture Youtube)

Que décidera François Hollande face à la mobilisation croissante réclamant une grâce présidentielle pour Jacqueline Sauvage ? Le président de la République reçoit ce vendredi après-midi à l’Elysée les filles et les avocates de la sexagénaire.

Début décembre dernier, la cour d’assises du Loir-et-Cher a confirmé en appel la condamnation de Jacqueline Sauvage (66 ans) à dix ans de réclusion. Motif : en 2012, après 47 ans d’enfer familial, elle a tué son mari Norbert de trois coups de fusil dans le dos. Selon son comité de soutien (400.000 personnes ont déjà signé la pétition en ligne), elle a été « victime ainsi que ses enfants de viols répétés et d’extrêmes violences conjugales ». Pour eux, la société n’a pas su protéger ces femmes et ses enfants. Les victimes, ce sont eux.

Et c’est cette défaillance qui rend inadaptée la condamnation. Samedi dernier, une manifestation de soutien a été organisée à Paris. Des Femen ont manifesté devant sa prison, dans le Loiret. Une partie de la classe politique s’en mêle aussi, désormais, tant à gauche qu’à droite. La maire de Paris Anne Hidalgo, Jean-Luc Mélenchon, Daniel Cohn-Bendit, Nathalie Kosciusko-Morizet, Valérie Pécresse, Jean-Christophe Lagarde…

Jusque même l’ancienne ministre de François Hollande Marie-Arlette Carlotti. Dans une lettre ouverte, parlant d’un « geste désespéré », cette dernière écrit : « Une femme qui lutte contre la violence subite jours après jours, dans le silence de son foyer, pourrait être considérée en légitime défense. En 2015, 600000 femmes sont battues quotidiennement, 134 d’entre elles sont mortes sous les coups de leur conjoint. Rouée de coups, Jacqueline Sauvage aurait pu mourir 100 fois. » Quant à la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, sans se prononcer, elle se déclare « bouleversée ».

Par principe, le chef de l’Etat n’est pas trop favorable au principe de la grâce présidentielle. Celle-ci ne signifierait en tous cas pas amnistie. Les « circonstances exceptionnelles » de ce dossier, dont il a lui-même convenu, pourraient peut-être changer les choses.