Accueil Tags Plastination

Tag: plastination

Pif Paf Plouf, promession, aquamation, sublimation , résomation

0

Promession, aquamation, résomation, sublimation. Des mots que vous voyez passer régulièrement sur les pages de Funéraire Info notamment lorsque l’on traite de sujets internationaux. Certains procédés, je le sais, vous séduisent, pourtant en France seules la crémation et l’inhumation sont autorisées. On refait un petit tour d’horizons de ces techniques réelles ou fantasmées.

Oh mon beau miroir

10 % c’est la promesse d’énergie nécessaire aquamation par rapport à l’énergie d’une crémation. Aucune particule dans l’atmosphère contrairement aux 200 kilos de CO2 émis par le four crématoire. L’idée c’est de plonger le corps du défunt dans un bassin prévu à cet effet dans une eau chaude à 93°C ++ de carbonates et ++ d’hydroxydes.

Vous mélangez tout ça, secouez un peu. Entre la température de l’eau et l’alcalinité vous obtenez une accélération de la décomposition des tissus.

4 heures, ça c’est encore une promesse, celle du temps nécessaire à votre recette. L’eau restante est riche en matière organique et fait un formidable engrais, Monsanto n’a qu’à bien se tenir.

À l’issue de cette transformation il reste des os, que l’on broie et que nous mettons dans une urne, à partir de la nous reprenons le même processus que la crémation « classique ».

Pourquoi nous adorons ?

Dès qu’il y a le mot « écologie » fatalement il y a un peu d’étoiles dans les yeux. Si on peut faire quelque chose d’utile pour la planète en plus avec notre corps, pourquoi pas ? Et curieusement l’eau fait moins peur que le feu dans l’esprit collectif. Note à Guillaume : Il va falloir trouver une autre chanson qu’allumez le feu de Johnny pour la cérémonie.

Oui ! …Mais…Non

Le problème avec les promesses, c’est que c’est un peu comme pour les élections, nous avons une fâcheuse tendance à ne pas les croire et même à ne plus les entendre. Planète paranoïa oblige, on va fouiller un peu, l’aquamation existe au Canada par exemple et en réalité on passe de 4 heures pour mamie qui fait 45 kilos tout mouillé à près du double pour papi qui fait lui même le double du poids. Lorsqu’on voit qu’une crémation qui dure entre une ou deux heures et que parfois il y a une liste d’attente dans certains créma il faudrait de nombreux et nombreux et nombreux centres d’aquamation pour pallier à ce problème.

L’eau c’est bien ça fait de l’engrais, n’empêche il faut en remettre ensuite, écolo pas écolo ?

Et surtout … Vous qui souhaitez voir apparaître ce procédé, sachez pour ceux qui l’ignorent et n’oubliez pas pour ceux qui le savent déjà que l’aquamation nécessite de plonger le corps du défunt seulement, c’est-à-dire sans cercueil. Alors soit on divise, multiplie et monte en coefficient 6 le prix de l’aquamation pour rentrer dans ses frais – ce qui voudrait dire que chaque agence et son propre centre d’aquamation-, soit on fait une croix sur sa marge sur le cercueil. Eh oui…on ne peut pas tout avoir.

Promesse de promession

Ça, ça vient de Suède, donc ça, ça m’intéresse. Ici il s’agit de plonger le tout dans de l’azote liquide et de le refroidir à -196°C. Ensuite, nous posons tout ça sur une table vibrante, le corps devient friable et POUF tombe en fines particules. Par un procédé de lyophilisation, l’eau est éliminée, il reste de la poudre. Là on recommence, on met ça dans une urne, et l’idée c’est de l’enfouir et de planter un arbre dessus.

Pourquoi nous adorons ?

Qui n’aime pas les noisettes ? Donc qui n’aime pas les écureuils ? Donc qui n’aime pas les arbres ? CQFD, le message écologique passe et on aime ça. En plus, cette fois c’est 0% – comme dans les yaourts- d’émission de CO2 et de mercure.

Parce que l’idée de finir comme une glace solero – vous vous souvenez de ces petites boules vertes délicieuses ? – est plutôt amusant.

Avantage : Là nous gardons le cercueil.

Oui ! … Mais … non ! 

Les petites boules vertes sont un mythe, on finit plutôt en sachet lyophilisé pour astronautes. Planter des arbres c’est bien mais homologuer tout ça risque d’être compliqué. Combien coûte l’équipement donc à combien cela va être répercuté sur la famille ? Là encore, nous savons que tout ce qui est écologique coûte cher.

Et puis arrêtez-moi si je me trompe, mais l’azote liquide ça n’est pas hyper archi écologique si ?

Abracadabra

La sublimation est le fait de passer un corps de l’état solide à l’état gazeux donc sans passer par une fusion – état solide à liquide – ni de vaporisation – liquide en gaz – ni de condensation ni l’inverse, ‘fin bref, suivez un peu. Quelques minutes suffisent pour cette transformation contrairement à une heure ou deux heures pour une crémation. L’énergie utilisée est de l’hydrogène.

Pourquoi nous adorons ?

Parce que c’est possible enfin hypothétiquement tout est possible et je n’ai pas grand chose d’autre à dire côté positif.

Oui ! …. Mais… Non !

À voir, honnêtement je ne vais pas vous dire de bêtises… à voir.

Disparition

Là encore procédé sommes toutes semblables aux autres déjà en place dans quelques état d’Amérique notamment en Floride. La Résomation consiste à plonger et dissoudre les dépouilles des corps dans de l’eau à 180°C –tout de même ! – avec de l’hydroxyde de potassium.

Pourquoi nous adorons

Là encore c’est nouveau, c’est tout beau, c’est tout chaud – et c’est le cas de le dire – parce que tout ce qui vient des Etats-Unis a fatalement une onde de résonance un jour ou l’autre par ici.

Oui !… Mais… non

Niveau énergie ça ressemble à quoi ? Parce que pour faire chauffer de l’eau à 180°C il faut y aller quand même et puis là encore l’hydroxyde de potassium…pas joli joli tout ça.

Il y a aussi l’humusation par ici, et la plastination par . Éric et Cassandra vous présentent ces choses là bien mieux que moi.

Alors oui des nouvelles techniques existent, maintenant le temps qu’elles passent par notre système ubuesque de complexifications administratives et d’homologations on aura le temps de mourir trois fois. Alors quoi ? on ne s’intéresse à rien parce que ça ne nous concerne pas ? Si, le mérite derrière tout ça c’est de proposer et surtout de mettre réellement en place de nouvelles techniques qui sont à la fois dans une vraie démarche d’écologie mais qui apportent également une nouvelle ritualité dans un monde funéraire sans cesse en évolution.

La Plastination par Cassandra

1
plastination

« De l’Antiquité au Moyen Age les dissections étaient interdites en raison de croyances religieuses. Il faudra attendre la Renaissance pour que les dissections de corps humains soient autorisées. A partir de cette époque, celles-ci ont permis une progression considérable dans le domaine de l’anatomie. »

Définition : La plastination est une technique qui sert à préserver les tissus biologiques et naturels du corps en remplaçant ses liquides organiques par de la silicone.

La plastination a été inventé en 1979 en Allemagne par le Dr Gunther Von Hagens (le docteur « La mort ») qui s’inspira des techniques de préparation des blocs de résines des anatomo-pathologistes (études des anomalies microscopiques, des tissus biologiques et cellules pathologiques des êtres vivants et morts). Il crée par la suite « Die Körperwelten », une exposition permanente de corps humains installés dans des postures de vie quotidienne ou insolites.

La plastination est une procédure d’environ 6 mois qui comporte 4 principales étapes de préparation :

La Fixation : Elle consiste à plonger la matière organique (ici le corps humain) dans une solution de Formol (10%).

-La déshydratation et dégraissage : On plonge la matière organique dans plusieurs bains successifs d’acétone à -25 degrés pendant 15 jours minimum afin de dissoudre les graisses. L’acétone va remplacer l’eau et les lipides dans le corps par substitution à froid.

-L’imprégnation forcée : La matière organique est immergée dans de la silicone. On utilise pour cela une pompe à vide afin de forcer la pénétration de la silicone et l’évaporation de l’acétone.

-La polymérisation : La matière organique est définitivement durcie par la polymérisation (réaction chimique).

Enfin, pour « fixer » le corps dans la position souhaitée on utilise des câbles, des pinces, des blocs de mousse, etc. Le temps total de préparation pour un corps humain entier est d’environ 1500h soit environ 2 jours.

L’un des avantages la plastination est la longévité qu’elle apporte à la matière organique qui est de 500 à 600 ans ! Elle a aussi un intérêt pédagogique qui permet en effet de mieux observer et analyser les différentes parties du corps humain.

Pourquoi cette technique n’est-elle pas plus rependue en France ?

Même s’il existe quelques laboratoires qui pratiquent la plastination, cette technique reste tout de même très mal perçue. «En France, la Cour de cassation, plus haute juridiction judiciaire, avait confirmé en septembre 2010 l’interdiction d’une exposition de corps « plastinés » selon la méthode Von Hagens. Elle avait estimé que « l’exposition de cadavres à des fins commerciales » ne traitait pas avec « respect, dignité et décence » les restes des personnes décédées. ».

Je souhaite à présent soulever un élément qui me pose question : Que devrait-on penser de l’exposition de corps d’animaux empaillés ? Pourquoi dans ce cas, n’y a t’il pas de problématique ? Cela ne choque personne. Parce que ce sont des animaux ? Mais où est la différence ? Beaucoup confondent pédagogie et voyeurisme et mettent en avant le fait que l’Homme est supérieur à toute autre forme de vie et, de fait, que les animaux peuvent être considérés comme de simples meubles d’exposition.

En revanche, les détracteurs de cette technique ne prennent pas en compte le fait que le don du corps est un choix personnel et que les donateurs qui connaissent cette procédure, prennent leur décision en leur âme et conscience.

La plastination, la mort de la mort ?

On pourrait penser que la Plastination, qui engendre l’arrêt total de la décomposition des matières organiques du corps, stopperait en quelque sorte le cycle de la mort, du moins son cycle physique. Mais la mort n’étant pas uniquement basée sur notre enveloppe corporelle, le processus de plastination ne conserve évidemment pas l’esprit humain. Et même si de multiples demandes se succèdent, l’Occident reste tout de même très traditionnel et conservateur dans ses choix de sépulture qui se résument à l’inhumation, la crémation ou le don pour la recherche médicale.

Le musée de la Plastination

Le Dr Gunther Von Hagens, suite à de nombreuses critiques et polémiques et après l’interdiction de son exposition française « Our Body/ A corps ouvert » en 2010,  prend du recul et donne naissance à l’exposition permanente « Die Körperwelten » le 18 Février 2015 au Menschen Museum (Musée de l’Homme) à Berlin.

La polémique

Même si le Dr Gunther Von Hagens connaît un succès mondial grâce à son exposition sur la plastination, il doit tout de même faire face à de multiples rumeurs sur la provenance de certains corps. Le docteur « La mort » est alors soupçonné de trafic et d’achat de corps provenant de Chine ; corps qui seraient ceux d’anciens condamnés à mort. En outre, il aurait aussi été accusé de vendre certaines parties des corps à des collectionneurs !  En effet, on peut s’offrir un cadavre entier pour 70 000 euros ou encore une tête humaine pour 22.000 euros. La législation précise que  seuls les scientifiques et experts médicaux peuvent se porter acquéreurs en remplissant une attestation sur l’honneur. Mais cette réglementation est-elle toujours respectée ?

On peut conclure que la Plastination est une procédure très enrichissante pour la pédagogie du corps humain, qu’elle est, pour beaucoup une manière moins brutal et plus « vivante » de voir la mort, elle permet de rendre « utile » son enveloppe corporelle qui, de part sa nature, est normalement vouée à disparaître.

Alors, POUR ou CONTRE la Plastination ?

Cassandra
Les-visions-sombres-de-Cassandra-300x300 La Plastination par CassandraJe m’appelle Cassandra, j’ai 21 ans , j’ai fait une formation de conseillère funéraire . J’écris depuis toujours, je suis une cartésienne qui écrit des textes purement nihiliste , mes théories sont basées sur certaines études, je suis une femme qui à soif de connaissance. Je m’intéresse plus particulière au cerveau humain ,à son mode de fonctionnement, au monde du funéraire . Ma grande source d’inspiration est basée sur la philosophie épicurienne. Je suis également très porter sur la criminologie. J’ai créé »la parole des faignants » dans le but de vous faire partager mes théories , mes pensées , et que vous aussi puissiez vous exprimez librement sur votre philosophie.

Berlin : les jeux anatomiques du « docteur la mort »

0

La presse allemande l’a surnommé le « Docteur la mort ». Gunther von Hagens, 70 ans, refait parler de lui, en inaugurant ce mercredi à Berlin sur l’Alexanderplatz un « Musée de l’Homme » un peu particulier : vingt cadavres et 200 organes morts et recouverts d’une couche plastifiée, conservés prenant des poses.

Est-on là dans l’art, le scientifique ou le plus bas sensationnel ? L’homme déclenche la polémique depuis bien longtemps. Les autorités berlinoises ont ainsi vainement saisi ce mois-ci la justice pour tenter d’interdire cette exposition contraire, disent-elles, aux lois régionales sur l’inhumation.

Depuis vingt ans, Gunther von Hagens expose ses « plastinations » dans le monde entier. Une fois évacués les fluides et les graisses, il a plongé ces corps dans de la silicone ou de la résine époxy. Ce qui l’intéresse : les mettre en situation (en skateur, en danseuse classique, en gymnaste en équerre…) pour montrer la complexité des muscles, des nerfs, des tissus qui composent le corps humain. Il n’avait pas hésité en 2009, à Berlin déjà, à montrer deux couples morts copulant.

Faisant visiter l’exposition hier mardi, son épouse a expliqué que depuis le début de ce projet, « 40 millions » de personnes ont vu l’une des manifestations de l’anatomiste controversé. Curiosité morbide ? Plus encore : près de 15.000 volontaires du monde entier seraient prêts, selon elle, à offrir leur corps après leur mort à « L’Institut de la plastination », créé en Allemagne par l’anatomiste.

L’origine des cadavres justement a longtemps posé question –un soupçon de trafic international a même émergé. En 2004, un tribunal allemand a donné raison à Gunther von Hagens.

En France, ce dernier ne peut exposer ses « œuvres », a décidé la justice en 2010. Motif : les personnes décédées ne sont pas traitées avec « respect, dignité et décence ».

 

Quelques techniques de conservation des défunts

1

Parmi les techniques de préservations des corps lors de la présentation aux familles, il en est que l’assistant funéraire proposera et devra connaître par cœur… et d’autres qu’il ne vendra probablement jamais, mais qui peuvent l’intéresser.

Les techniques répandues

Le Froid

La technique la plus répandue pour conserver un corps lors de présentation en maison funéraire est le froid, et ce, sous deux aspects : la case réfrigérée et les tables réfrigérées. Oubliez le carboglace : obsession chez certains, il n’est plus utilisé depuis les années 80.

Deux solutions sont envisageables : soit laisser le défunt dans une cellule réfrigérée à température positive, et le présenter « à la demande » lors de rendez-vous. Soit le présenter sur une table réfrigérée, qui, comme son nom l’indique, est équipée d’une cellule de refroidissement qui, par répartition thermique sur sa surface, fait baisser la température du corps.

Les inconvénients de la première solution sont évidents : la famille est obligée de se plier à certaines contraintes horaires, et les pompes funèbres doivent avoir une logistique à même de faire face aux manipulations de corps que cela implique.

La table réfrigérée permet une présentation permanente, mais a ses limites. Le froid ralentis le processus de décomposition, mais ne le stoppe pas (en température positive) et des signes plus ou moins prononcés peuvent apparaître : noircissement des doigts, lividité excessive. De plus, un point froid dans une pièce à température ambiante forme de la condensation : le contact avec la peu du défunt devient désagréable pour al famille, les plaques de glace se forment parfois tout autour…

Et la table réfrigérée a du mal à lutter contre les fortes chaleurs, l’été, ainsi que contre les facteurs aggravants de décomposition, comme une forte médication.

Les techniques de présentation par le froid peuvent donc se proposer dans le cadre d’un budget serré, sur du court terme, et en dehors des épisodes météorologiques très chauds, à moins que la pièce n’en soit elle-même bien préservée.

La thanatopraxie

la thanatopraxie est une technique qui permet de ralentir très fortement, voire cesser provisoirement, le processus de décomposition, en remplaçant les fluides corporels du défunt par un agent généralement à base de formaldéhyde.

Une fois le soin de conservation effectué, et à condition de respecter certaines règles (pas de température trop forte, éviter les expositions aux ultraviolets) le défunt peut être présenté à sa famille sans usage du froid et de tous ses inconvénients. Les soins s’avèrent particulièrement utiles se le défunt était fortement médicamenté ( les médicaments accélèrent la décomposition) et si les obsèques se déroulent à plus ou moins long terme.

Le corps a un aspect reposé et détendu propice au recueillement pour la famille, sans les inconvénients du froid.

Les trois problèmes de la thanatopraxie sont son coût, généralement plus élevé que la location d’une table réfrigérée, le fait qu’il faille, pour la famille, attendre qu’un thanatopracteurs soit disponible et fasse les soins pour pouvoir se recueillir et le fait qu’il arrive que les soins échouent. Dans ce cas, il est beaucoup plus compliqué pour l’assistant d’expliquer à la famille que sa méthode miracle a échoué.

Le soin de thanatopraxie est donc à considérer comme un outil très utile, parfois indispensable, mais à ne pas systématiser.

Les techniques que l’on ne proposera jamais

Pour l’anecdote

La plastination

La plastination, aussi appelée imprégnation polymérique est une technique visant à préserver des tissus biologiques en remplaçant les différents liquides organiques par du silicone. C’est la technique qui est utilisée aujourd’hui pour présenter des écorchés, par exemple.

Très longue et très coûteuse, cette technique est plus l’équivalent d’une momification, à la différence majeure que la décomposition s’arrête totalement, que les couleurs d’origine sont conservées, mais, gros inconvénient, que le défunt, de près, a un aspect « plastique » assez prononcé.

C’est une technique qui conviendrait particulièrement à une famille milliardaire souhaitant exposer le corps du défunt dans un mausolée-vitrine en violation de beaucoup de lois. En d’autres termes, l’agent des pompes funèbres n’en proposera sans doute jamais (et ne saurait vraisemblablement pas à qui s’adresser).

En revanche, les facultés de médecine en raffolent.

La cryogénisation

La cryonie ou cryogénisation, est un procédé de cryoconservation (conservation à très basse température) de tout ou parties d’êtres vivants, dans l’espoir de pouvoir les ressusciter ultérieurement. Dans l’état actuel du savoir-faire médical, le procédé n’est pas réversible. Aux États-Unis, il ne peut être pratiqué que sur des humains pour lesquels un certificat de décès a été signé, et si le stade de mort clinique n’est pas encore trop avancé. En France, il n’est pas reconnu.

Guillaume Bailly