Accueil Tags Pôle emploi

Tag: Pôle emploi

Funéraire : vite, une formation pour Pôle emploi

1

Pôle emploi démontre une fois encore l’étendue de ses compétences. A moins que le service public n’ait définitivement démissionné. Vous êtes assistant funéraire ? Soyez donc baby-sitter, propose-t-elle. En attendant de vendre des hot-dog ?

L’offre 2036091 (en ligne encore ce mardi matin sur son site internet) répond –selon Pôle emploi- aux qualifications d’assistant funéraire. Elle propose un CDI au sein d’une société d’aide à domicile basée près de Paris, spécialisée dans la garde des enfants, « reconnu pour la qualité de ses prestations », et disposant d’un réseau de 25 agences en France. Il s’agit spécifiquement de s’occuper d’un bambin de 4 ans, de 17h à 17h en semaine dans les Hauts-de-Seine. Débutant accepté, précise l’annonce. Ce qui n’est pas plus rassurant.

Ce sont sans doute les qualités requises (« être sérieux, responsable, vigilant, respectueux ») qui ont mené -soyons généreux- à ce malentendu : confondre assistant funéraire et assistant maternel.

Pareille boulette a fait réagir sur le compte Facebook de « Funéraire Info », entre consternation et ironie. Nadia ajoute à l’histoire, racontant qu’on a été jusqu’à lui proposer une place pour le vestiaire d’une boîte de nuit et une place en boucherie. « La polyvalence, c‘est l’avenir », en rigole Nicolas. « C’est pour les parents qui en ont marre de leur gamin » (Yves) ou  « C’est peut-être pour garder les enfants de la famille Addams » (Katia) peut-on encore lire.

En avril dernier déjà, nous relations (lire ici) comment Pôle emploi proposait aux thanatopracteurs sans travail un job  de spécialiste vente et marketing en ferments lactiques (à Nîmes). Gare au goût du yaourt. L’agence proposait aussi, par ailleurs, d’aller s’occuper d’enfants, « à domicile et en crèche » pour le compte d’un autre réseau d’aide à la personne. Il s’agissait notamment de prodiguer des soins d’hygiène aux bébés.

Etonnant : Pôle emploi confond thanato et baby-sitter

3
(capture site Pôle emploi)

Prendre soin des clients, leur apporter toute l’hygiène et l’attention nécessaire, avec calme et compétence. Des qualités essentielles à tout thanatopracteur. Mais quitte à bien s’occuper des morts, pourquoi ne pas aussi faire baby-sitter ? C’est ce que propose Pôle Emploi.

Sur son site internet officiel, le très sérieux service public propose actuellement douze offres répondant « exactement » (sic) au critère demandé : thanatopracteur. Neuf, mises en ligne entre le 23 et le 31 mars, renvoient à des entreprises funéraires situées à Nîmes, dans l’Orne, en Dordogne, en région parisienne et en Bretagne (Côte d’Armor, Morbihan, Finistère). Le profil de poste est clair, le diplôme est requis, le travail expliqué : «votre mission principale sera d’effectuer des soins d’hygiène et de conservation, d’embaumement et toilettes mortuaires. » Du classique, garanti Pôle Emploi.

Et puis, tout dérape et on imagine le pire scénario du pire feuilleton télévisé. La dixième annonce pour thanatopracteur propose un poste (à Nîmes) de spécialiste vente et marketing en ferments lactiques et autres procédés de conservation alimentaire. Les soins corporels auraient-ils récemment évolué à ce point sans qu’on le sache ? Doit-on alerter les autorités sanitaires ? Faut-il voir les prémices d’un film d’horreur où le défunt reviendrait hanter ses proches à coup de jets de pots de yaourt ? On l’ignore.

Mais il y a pire. Direction Paris (XXe arr.) Car Pôle emploi, qui n’a manifestement pas bien rangé ses fiches, propose aux thanatopracteurs candidats d’aller offrir leurs services experts à Kangourou Kids, « réseau spécialisé dans la garde d’enfants à domicile et en crèche ».

Le travail à faire ? « Donner le bain, le goûter, proposer des activités, voilà les tâches que l’on vous demandera d’effectuer. » Qualités requises : « Vous êtes pédagogue, calme, dynamique ». Et Kangourou Kids de promettre : « Nous sommes là pour trouver la famille qui correspondra à vos attentes. » Pas sûr que la famille en question ait la même façon de voir les choses en voyant arriver le professionnel et son équipement.