Accueil Tags Pollution

Tag: pollution

Lupanar, thanatopracteurs…au menu du réveil funéraire du vendredi 20 octobre 2017

0
réveil funéraire du vendredi 20 octobre 2017

Lupanar, thanatopracteurs…au menu du réveil funéraire du vendredi 20 octobre 2017. Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs dans le réveil funéraire du vendredi 20 octobre 2017. Revivez l’actualité dans le réveil funéraire sur Funéraire-Info.

Pollution

Des chiffres hors normes. Un décès sur six survenu en 2015 dans le monde était lié à la pollution, essentiellement à la contamination de l’air, mais aussi de l’eau et des lieux de travail, estime un rapport publié vendredi dans la revue The Lancet soit « 9 millions de morts prématurées en 2015. »

Danielle Darieux

Actrice légendaire du cinéma, Danielle Darrieux, inoubliable « Madame de… » et à la carrière d’une longévité exceptionnelle, est décédée mardi à son domicile de Bois-le-Roi (Eure), à plus de 100 ans.

Hervé Prudon

Figure majeure du néopolar en France, dans les années 1970, aux côtés de Jean-Patrick Manchette et Frédéric Fajardie, l’écrivain Hervé Prudon est mort dimanche 15 octobre, à l’âge de 66 ans, à Paris.

Lupanar

Quand les toilettes du cimetière se transforment en « lupanar ». Il s’en passe de belles, dans les toilettes du cimetière d’Aix-Noulette, à en croire les déclarations du maire, Alain Lefebvre. Et dire qu’au départ, tout ça est parti d’une décision modificative du budget lors du conseil municipal…

Conscience de la mort

Personne n’aime penser à ce qui nous attend après la mort, mais maintenant une étude a révélé que nous pourrions en fait «vivre» un peu plus longtemps que nous le croyions.La recherche démontre que même si un cœur humain arrête de battre, cela ne signifie pas que notre conscience cesse nécessairement d’exister tout de suite après.

Pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait, nous vous fournissons deux modèles de lettre type pour faciliter votre échange, l’un est un modèle à personnaliser, l’autre est une notice d’information à imprimer. ( à la fin de l’article)
La revue de presse vous est offerte par Pompes Funèbres de France
Nous voulons tous être assurés d’obtenir les meilleurs services aux prix les plus justes. Mais d’autres facteurs importants comme les valeurs et l’implication de la marque sont aussi décisifs dans nos choix. Pompes Funèbres de France est née de cette envie de qualité et de respect.
Professionnels chevronnés et dynamiques du funéraire, désireux de faire évoluer nos pratiques au rythme de la société française, nous développons un réseau d’agences innovant, au plus près des attentes des Français. Portés par des valeurs de partage, de respect et d’excellence, nous nous engageons à fournir des prestations de grande qualité aux justes prix.

 

Angèle, Van Gogh, Pollution…au menu du réveil funéraire du jeudi 12 octobre 2017

0
réveil funéraire jeudi 12

Angèle, Van Gogh, Pollution…Dans la presse et sur le web, la revue de presse du funéraire, des pompes funèbres, des crématoriums et des thanatopracteurs du jeudi 12 octobre 2017. Revivez l’actualité dans le réveil funéraire sur Funéraire-Info.

Pollution

Dans son rapport 2017 sur la qualité de l’air, publié mercredi 11 octobre, l’Agence européenne de l’environnement revient sur le nombre de décès prématurés en raison de la pollution sur l’année 2014. Le rapport 2016 comptabilisait 550 000 morts prématurées en 2013, dont 520 000 dans l’UE.

Assurance vie et fiscalité

Selon la date d’ouverture du contrat, celle à laquelle vous avez versé des primes, et selon votre âge lors du versement de ces primes, la fiscalité de l’assurance-vie qui sera appliquée à vos bénéficiaires change.

Questions

Jonathan Vantillard, 18 ans, handicapé, sourd, car né sans oreilles, greffé d’un rein et atteint d’une maladie orpheline a été laissé pour mort en 2007 dans une arrière cour d’un immeuble de la rue de la Paix à Auxonne (Côte-d’Or). Depuis 10 ans maintenant, des questions demeurent.

Insoutenable

La petite Angèle, battue et gravement brûlée, a agonisé pendant « quelques jours » jusqu’à son décès en 2014, a estimé mardi un médecin légiste au deuxième jour du procès de la mère et du beau-père de la fillette, devant les assises de la Vendée.

Van Gogh

Ce mercredi 11 octobre, « La passion Van Gogh » sort en salle. L’intrigue débute à Paris, à l’été 1891, juste après le suicide du peintre. Arnaud Roulin, interroge alors tous ceux qui ont connu l’artiste pour essayer de comprendre son geste désespéré et comment cet homme étonnant a trouvé la mort.

Polémique

L’interview de Bertrand Cantat par les Inrocks fait beaucoup réagir. Notamment Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes.

Le carrefour de la mort

Deux personnes ont trouvé la mort, fin septembre, dans des accidents sur la N 330. Les élus se disent prêts à participer au financement d’un rond-point. 

Philippines

Aux Philippines, dans le plus grand cimetière de la capitale, Mae Ann Reginaldo et Reymond De Jesus, tous deux bénévoles chez ATD Quart Monde, apprennent aux enfants à lire, écrire et compter.

Appel à témoins

Dans la nuit du mardi 10 octobre au mercredi 11 octobre, un cambriolage a eu lieu rue Louis Desrichard, dans un magasin de pompes funèbres parodien.

La revue de presse vous est offerte par Nova Formation
Nova Formation intervient sur toute la France, en centre de formation ou en Pompes Funèbres. Nos formateurs issus du terrain apportent au programme complet de la formation l’éclairage nécéssaire pour que les stagiaires d’aujourd’hui soient les professionnels de demain.

Vignette anti-pollution, les pompes funèbres étouffées ?

3
crit air vignette anti pollution Paris

Instaurer des vignettes anti-pollution à Paris : pourquoi pas ? Après tout, la pollution est, et sera encore plus demain, un problème majeur. Néanmoins… Oui, vous nous connaissez, à Funéraire Info, nous sommes chafouins, et nous avons une question, une seule, très simple : d’accord… On fait comment ?

La vignette anti pollution

L’idée de la vignette anti-pollution est assez simple : de la voiture électrique au camion, il existe six niveaux de vignettes « Crit’Air ». Tous les véhicules électriques et ou à hydrogène devront coller une vignette verte qui leur donneront droit à un stationnement gratuit. Les cinq niveaux de vignettes suivants sont répartis selon la date de première immatriculation du véhicule, ainsi que le type de carburant utilisé. A partir du 16 janvier 2017, ces vignettes seront obligatoires dans Paris intra-muros. Jusqu’ici, c’est facile.

A partir du 16 janvier 2017, des vignettes anti-pollution seront obligatoires pour circuler dans la capitale. L’objectif : adapter le trafic en cas de pic de pollution à Paris. Avec ce système, la circulation ne sera autorisée qu’à certaines catégories de vignettes et de véhicules en fonction de l’ampleur du pic. Le prix est le même pour toutes les vignettes, 4,18 euros. les conducteurs en infraction, qui roulent dans un véhicule concerné par une interdiction de circulation, risqueront une amende de 68 euros pour les automobiles et de 135 pour les poids lourds.

Bien entendu, certains véhicules pourront être autorisés à circuler tout le temps. On imagine mal Anne Hidalgo expliquer : « Un incendie s’est déclenché à l’Elysée pendant le conseil des ministres, malheureusement, les camions de pompiers ne pouvaient pas circuler parce qu’ils avaient des diesels très polluants. Il n’y a aucun survivant. Tragique. Pour honorer la mémoire de mes amis et par devoir, je suis candidate à l’élection présidentielle. » bon, ce n’est peut être pas un très très bon exemple.

La vignette pour tous

Mais, parce qu’il y a un mais, d’ailleurs, on songe à rebaptiser notre journal « Funéraire Info mais… » pour coller à notre ligne éditoriale, il y aura certainement des oubliés. Voyons voir, qui c’est que l’on pourrait omettre par distraction parce qu’on ne songe jamais à eux ? Les pompes funèbres, pardi ! Grands oubliés devant l’Éternel, comme l’atteste le récent discours de François Hollande.

Le corbillard étant, par nature, un véhicule qu’on renouvelle relativement peu, dont les modèles électriques sont peu répandus (voire inexistants), on imagine le cauchemar du gestionnaire de flottes des grandes entreprises ou du comptable des petites.

Et quand bien même tout Paris serait équipé de corbillards écolos, comment ferait la pompe funèbre de Province, voire de banlieue, pour venir chercher un défunt à Paris intra-muros ? Elle demande à un véhicule électrique de le prendre en charge et le transfert d’un véhicule à l’autre se fait sur la bande d’arrêt du périph‘ ? De quoi faire oublier au parisien morose la fermeture des voies sur berge l’espace d’un instant…

Rassurons nous

Néanmoins, cela ne devrait pas se produire. Florence Fresse, de la FFPF, nous confirmait ce matin que la fédération était attentive et ne manquerait pas de rappeler au préfet de police, le cas échéant, l’existence des services funéraires et leur nécessité de pouvoir circuler à toute heure.

Restent les grands oubliés : les familles. Imaginez le corbillard se stationner devant l’église, le Maître de Cérémonie en sortir, s’avancer vers le prêtre, et lui expliquer benoîtement « Mon père, on peut retarder la cérémonie d’une petite heure ? La famille a des véhicules diesel, et il y a une alerte à la bombe dans le métro… »

Bref, encore une riche idée plus inspirée par une idéologie abstraite que par un souci concret de rendre meilleure la vie de ses concitoyens.

Mort de 100 000 personnes suite à l’incendie de forêts indonésiennes

0
Incendies de forêts indonésiennes

D’après une nouvelle étude publiée lundi qui suscite des appels à agir d’urgence, les fumées toxiques de l’an passé provenant des gigantesques feux de forêt en Indonésie ont provoqué la mort prématurée d’environ 100 000 personnes.

 Les gigantesques incendies qui ont ravagé l’an dernier l’Indonésie, selon une étude qui a été publiée dans la revue scientifique Environmental Research Letters, n’ont pas eu que des conséquences écologiques désastreuses, mais ont également provoqué la mort des milliers de personnes.

Tandis que des scientifiques estiment que les fumées toxiques provenant des feux de forêt en Indonésie l’an dernier auraient tué plus de 90 000 personnes, le gouvernement indonésien de leur côté, annonce qu’elles auraient fait 19 morts.

2,6 millions d’hectares de forêt tropicale, une surface énorme équivalente de celle d’un pays comme le Rwanda partait en fumée en Indonésie, l’an dernier. Ces incendies ont été principalement provoqués en toute illégalité par la main de l’homme, car elles ont pour but de fertiliser et défricher les terres pour la production de l’huile de palme.

Le nombre de décès prématurés après cette catastrophe écologique, principalement dans les régions où les fumées d’incendies ont envahies, est estimé par les chercheurs des universités Harvard et Columbia aux États-Unis, à 91 600 en Indonésie dont 2 200 à Singapour et 6 500 en Malaisie, les deux régions les plus touchées.

C’est l’étude de la combinaison des taux de pollution mesurés dans les pays concernés et des données satellites avec une modélisation des impacts de l’exposition à la fumée que les chercheurs ont publiée dans la revue Environmental Research Letters. Yugun Indradi de Greenpeace Indonésie a mis en garde que la fumée mortelle continuera d’avoir de terribles répercussions année après année, si rien ne change.

Vu que l’étude n’a considéré que l’impact des particules fines, en ne prenant pas en compte les autres émanations toxiques, ce bilan par ailleurs pourrait être une basse estimation.

La pollution : responsable de 10 % de décès dans le monde

0
La pollution atmosphérique

Selon un rapport paru, ce jeudi de la Banque mondiale, la pollution atmosphérique qui entraine un manque à gagner de centaines de milliards de dollars, est devenu le quatrième facteur de décès prématurés dans le monde.

La pollution atmosphérique serait responsable en France de 48 000 décès par an, car l’air peu respirable est devenu de plus en plus meurtrier.

D’après les derniers chiffres que l’institution de développement a publiés dans un rapport, 2,9 millions de personnes ont été tuées par la pollution de l’air ambiant en 2013. Le nombre de morts qui s’élève à 5,5 millions si l’on y ajoute les effets de la pollution dans les foyers, particulièrement ceux de l’utilisation de combustibles solides pour cuisiner et se chauffer.

Les responsables d’un décès sur dix dans le monde sont donc les maladies causées par la pollution de l’air, comme les cancers des poumons, infections respiratoires, maladies cardiovasculaires et maladies pulmonaires chroniques, et qui sont six fois plus que le paludisme. Cette pollution a touché plus ou moins quelque 87 % de la population sur la planète, et entre 1990 et 2013, la vulnérabilité fatale à la pollution est haussée de 30 %.

La pollution intérieure et la pollution extérieure ont entrainé 2,2 millions de décès en Asie de l’Est, qui sont suivis par l’Asie du Sud avec 1,8 million de morts. Quant à l’Afrique sub-saharienne, elle tient la troisième place avec 650 000 décès.

D’après les calculs de la Banque mondiale, ces pertes en vies humaines sont également synonymes d’entraves au développement économique et de manques à gagner en termes de revenus. Les pertes de revenus du travail imputables à ces décès sont, d’après l’évaluation de l’étude, chiffrées en 2013 à environ 225 milliards de dollars. La Banque mondiale a affirmé que cette pollution provoque plus largement des pertes en termes de bien-être qui totalisent à 5 110 milliards de dollars.

Près 23 000 morts par an à cause de charbon en Europe

0
Illustration d'une mine de charbon

D’après le rapport réalisé par quatre ONG, Heal (Alliance pour la santé et l’environnement), Climate Action Network, le WWF et Sandbag, la pollution causée par les centrales à charbon en Europe entraine près de 23 000 morts prématurés, qui induit un coût sanitaire de dizaines de milliards d’euros.

D’après les quatre ONG, à part les dizaines de milliers de cas de bronchites, maladies cardiaques, cancers, 22 900 morts prématurées ont été provoquées, par les émissions des centrales, dans l’Union européenne en 2013.

Ce n’est pas seulement la pollution causée par le trafic routier qui tue, mais il y a également le charbon, et nombreux en sont victimes. Cela mérite une fermeture le plus rapidement possible.

Selon une étude publiée ce mardi, les centrales à charbon de nos voisins européens touchent actuellement notre pays. 1 200 décès prématurés ont été causés en France, selon le rapport du WWF Europe et du Réseau Action Climat, par la pollution britannique, espagnole, polonaise, tchèque et allemande.

Ne possédant plus que trois centrales à charbon, la France reçoit de ses voisins, énormément de poussières qui vont se loger dans notre cœur, dans nos poumons et nos artères.

Le rapport a souligné que plus de la moitié des morts prématurées dues au charbon dans l’UE peuvent être attribuées à 30 centrales. Le Royaume-Uni, avec 1 350 morts prématurées à l’étranger, la Bulgarie avec 1 390, la Roumanie avec 1 660, l’Allemagne avec 2 490, et la Pologne avec 4 690, sont les cinq pays dont leurs centrales ont causé le plus de décès au-delà de leurs frontières.

Le rapport a souligné qu’un coût global de 32,4 à 62,3 milliards d’euros a été engendré par les impacts sanitaires du charbon en 2013. De son côté, la directrice adjointe de Heal, Anne Stauffer a contredit le mythe qui annonce que le charbon est une source d’énergie bon marché.

Le représentant de l’OMS auprès de l’UE, Roberto Bertollini a souligné que la responsable dans le monde entier, de millions de morts, est la pollution de l’air, et le réchauffement climatique va redoubler le problème.

La pollution de l’air, ce tueur invisible partout en France

0
Pollution de l'air au dessus de Paris

Presqu’autant de victimes que l’alcoolisme. Au moins 48.000 Français meurent par an des suites de la pollution de l’air, soit 9% de la mortalité nationale. C’est ce qui ressort d’une étude de l’agence Santé publique France (ASPF) publiée ce mardi.

Pour situer clairement les choses, vivre dans ces particules invisibles contribue à réduire de neuf mois à deux ans (en banlieue parisienne) l’espérance de vie d’un trentenaire. Ces polluants peuvent atteindre tous les organes du corps via les poumons puis la circulation sanguine. L’inflammation chronique installée, le festival des cancers et des maladies cardiovasculaires peut commencer.

Une constante des pays industrialisés. Une étude américaine toute neuve, issue de dix années d’observations dans une douzaine d’universités, a scruté 7.000 personnes dans les six premières villes des Etats-Unis. Mêmes conclusions : l’exposition sur le long terme rigidifie les artères jusqu’autour du cœur, menant à des accidents cardiaques.

Les chercheurs à l’origine de l’étude française de l’ASPF ont établi une carte du pays de l’impact sanitaire de ces particules fines, à deux kilomètres près. L’activité humaine (chauffage, transports, industrie, agriculture) entraine un constat sans appel : même les campagnes sont touchées. Evidemment, les zones les plus denses en population sont les plus touchées. C’est ainsi que l’on perd 15 mois d’espérance de vie dans une agglomération de plus de 100.000 habitants contre 9 mois en zones rurales.

Pour les scientifiques, ces particules fines ne sont qu’un révélateur de la pollution ambiante, qui comprend bien d’autres substances nuisibles agissant en interaction. Il faut donc prendre ces résultats comme un minimum. Ce qui fait plutôt froid dans le dos. Les pics de pollution annoncés régulièrement dans les médias ne sont que des épisodes plus visibles que d’autres. Ce poison atmosphérique est donc quotidien. Pour autant, ce n’est pas une fatalité. Réduire notre dépendance aux énergies fossiles améliorerait les conséquences, tout comme (par exemple) moins emprunter sa voiture ou mieux filtrer les émissions industrielles.

Des millions de décès à cause de l’environnement insalubre

1
Pollution de l'air - capture vidéo

Selon le rapport de l’OMS, un quart des décès dans le monde dont les deux tiers sont dus à la pollution de l’air seraient causés par un environnement insalubre.

Un environnement dégradé n’est pas bon pour vivre. Le rapport publié par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) ce mardi annonce que l’origine en 2012 de plus de 12,6 millions de personnes décédées chaque année, soit près d’un décès sur quatre dans le monde, sont causées par les 100 maladies ou traumatismes inhérents au milieu très dégradé, un environnement insalubre dans lequel ils ont travaillé ou vécu. Dans un communiqué, la directrice générale de l’OMS a souligné que faute de prendre des mesures pour assainir les lieux de travail et de vie des populations, des millions de personnes continueront à mourir prématurément et à tomber malades. Des pathologies secrétées par la pollution de l’eau, de l’air ou l’exposition aux substances chimiques, telles que les affections respiratoires chroniques, et les cancers rayent donc l’équivalent d’un pays comme le Mali tous les ans de la carte du globe, avec 12,7 millions d’habitants environ. Le rapport que l’OMS a publié mardi matin annonce qu’à eux seuls, les deux tiers de ces morts environnementales, soit 8,2 millions de décès, sont liés à la pollution de l’air.

Près de deux tiers de ces décès sont causés par les cardiopathies, AVC, traumatismes, affections respiratoires chroniques et cancers, mais l’OMS estime que plus de traumatismes ou 100 maladies sont provoqués ou favorisés par des facteurs de risques environnementaux, à savoir la pollution de l’air, des sols, de l’eau, du changement climatique, l’exposition aux substances chimiques ou rayonnement UV. Ses auteurs notent cependant que les maladies infectieuses comme le paludisme ou les maladies diarrhéiques ont fait moins de victimes qu’auparavant. Baisse qui est due à un meilleur accès à la vaccination, aux moyens d’assainissement et ainsi à l’amélioration de l’accès à l’eau potable.

Dix ans après la première édition du rapport « Preventing disease through healthy environments », une place de choix est occupée par la pollution de l’air dans ce titre de palmarès. Les moins de 5 ans et les 50 à 75 ans sont les plus exposés, qui par une meilleure gestion de l’environnement, 1,7 million ont pu être sauvés chaque année chez les enfants tandis que 4,9 millions de morts ont pu être évité pour les adultes.

30 millions de décès étaient évitables en 2013

0

Voici une étude édifiante, publiée en début du week-end dernier dans la revue britannique The Lancet : 30 millions  de décès auraient pu être évités en 2013 dans le monde, dus à des facteurs de risques tels que l’alcool, le tabac, la mauvaise alimentation, l’hypertension non traitée, l’environnement.

Disons-le : l’étude des 79 facteurs à risques pris en compte dans 188 pays montre que nos comportements sont laxistes, suicidaires, coûteux à la fois en vies et en répercussions financières. Pire : Ces agissements évitables ont augmenté de 30% entre 1990 et 2013.

Bien sûr, à chaque pays, chaque continent et chaque sexe ses mauvaises habitudes. Ainsi, on meurt plus d’obésité au Moyen-Orient et de pollution environnementale en Asie. Globalement, l’hypertension artérielle arrive en tête des risques évitables, source de 10 millions de morts via des maladies cardiovasculaires, devant le tabac (4,4 millions de décès chez les hommes, 1,4 chez les femmes).

Clairement pointée du doigt, également, la malbouffe. Un serial killer coupable dans 21% des décès. Trop de sel, trop de sucres, trop de viandes, pas assez de fruits et de légumes. Les messages de prévention existent pourtant, manifestement insuffisamment suivis. En cause, la restauration rapide, les plats industriels, faute de recuisiner simplement « à l’ancienne ».

A l’opposé, la malnutrition a tué en 2013 1,3 million d’enfants de moins de cinq ans, principalement en Afrique. Un continent qui cumule, associant aussi les ravages des MST, de l’alcool, de l’eau polluée.

Pollution de l’air en France, elle causerait 16.500 décès par an

0

Une étude estime que chaque année, la pollution atmosphérique est responsable de la mort de 16.500 personnes rien qu’en France. En cause principalement : les particules fines et l’ozone qui dépassent les taux fixés par l’OMS et qui induisent des troubles respiratoires parfois très graves.

1785e4fe4c Pollution de l’air en France, elle causerait 16.500 décès par an

Plus de 3.000 décès prématurés et 1.000 hospitalisations pourraient être évités chaque année dans seulement neuf grandes villes françaises, si elles respectaient les valeurs recommandées par l’OMS en matière de pollution. C’est ce qui ressort des résultats du volet français de l’étude européenne Aphekom, dont les premières données ont été dévoilées en mars dernier. Et l’économie réalisée s’élèverait à six milliards d’euros par an…

Lancée en 2008, Aphekom est l’une des plus vastes études centrées sur l’impact sanitaire de la pollution urbaine. Elle a été réalisée dans 12 pays d’Europe (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Royaume-Uni, Slovénie, Suède). Au total, neuf villes françaises (Bordeaux, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Paris, Rouen, Strasbourg et Toulouse) y ont été intégrées. Elles représentent 12 millions d’habitants, dont 6,5 millions pour la seule zone de Paris.

Lire la suite sur: Actualité > Pollution de l’air : en France, elle causerait 16.500 décès par an.