Accueil Tags Post-Mortem

Tag: Post-Mortem

2018, une année qui démarre fort pour HYGECO

0

Après avoir eu le plaisir de célébrer le 130ème anniversaire d’HYGECO l’année dernière, le groupe doit désormais se tourner vers l’avenir et adopter une stratégie marketing audacieuse pour relever de nouveaux challenges. Etant le one-stop-shop mondial des solutions post-mortem sur mesure, HYGECO se devait donc d’avoir des outils de communication non seulement à son image, mais aussi en phase avec cette stratégie.

Hygeco 2018, une année qui démarre fort pour HYGECO

NOUVEAU LOGO, NOUVELLE IDENTITE VISUELLE, NOUVEAU SITE INTERNET !

Coup de neuf sur la communication du groupe HYGECO ! En ce début d’année 2018, le leader français du secteur post-mortem lance son nouveau site internet, l’occasion de donner une nouvelle jeunesse à son logo et son identité visuelle.

Fruit d’un processus stratégique d’élaboration partagée en interne sous la conduite de son équipe de Direction, Carmen de Oliveira et Damien Comandon, et de l’agence SWiTCH, la nouvelle identité visuelle du groupe HYGECO est une « remise aux goûts du jour » de la précédente charte
graphique qui a vécu son temps. Elle porte haut et fort nos valeurs de performance, d’agilité, de solidité et d’empathie, ainsi que l’esprit pionnier des collaborateurs de l’entreprise.

Cette nouvelle identité visuelle est une évolution nécessaire de l’image du groupe, afin de mieux correspondre à sa dynamique actuelle. Sans tirer un trait sur le passé, mais en prenant appui sur l’expérience de l’existant, ce nouveau graphisme réunit sérieux et sobriété, tout en étant résolument inscrit dans la modernité. Un nouveau logo efficace, qui témoigne de l’engagement et de l’action, deux caractéristiques fondamentales d’HYGECO. Cette identité visuelle contemporaine affiche à la fois une vision plus large, mais aussi la
diversification des activités du groupe, notamment son renforcement sur le secteur médical, ainsi que la variété des solutions personnalisables proposées par HYGECO.

Cette nouvelle identité visuelle s’applique d’ores et déjà à l’ensemble des outils de communication du groupe, en premier lieu son site internet. Plus sobre et plus fonctionnel, le site vitrine http://www.hygeco.com/, qui sera très prochainement complété par une boutique en ligne performante, est au service des clients et prospects. Décliné en français, anglais et espagnol, il regroupe à la fois toutes les informations nécessaires à la bonne présentation des activités du groupe, ses plus belles réalisations en France comme à
l’étranger et sa philosophie.

HYGECO, GROUPE LEADER EN FRANCE ET 6ÈME MONDIAL SUR SUR LE MARCHÉ POST-MORTEM VISE A ENTRER DANS LE TOP 3 MONDIAL D’ICI A 5 ANS !

Partenaire mondial de référence des activités post-mortem depuis
1887, est plus qu’un simple fournisseur de produits et de services pour la conservation des
défunts. Le groupe accompagne les professionnels des activités médicales post-mortem et
funéraires dans le déroulement de leurs activités : du simple projet d’étude à la mise en œuvre au quotidien, à l’échelle locale comme à l’international. Ce travail est souvent mené dans l’urgence, dans des situations critiques et nécessite un très haut niveau d’expertise, de savoir-faire et de savoir-être.

L’objectif du groupe pour les prochaines années est clairement d’accroître sa position de leader dans la fourniture de produits et services post-mortem partout dans le monde.


HYGECO EN CHIFFRES :

  • C.A. : 33 millions € en 2016 ;
  • Croissance à l’international : 25%Logo-base 2018, une année qui démarre fort pour HYGECO
    du C.A réalisé à l’international en
    2016, 40% à fin septembre 2017
  • Filiales en Angleterre, en Espagne,
    en Allemagne et en Pologne
  • 340 salariés en Europe ;
  • +130 000 soins/an et +16 000
    transports de corps/an ;
  • 8000 produits en catalogue ;
  • 2 marques commerciales :
    HYGECO & FUNERALIA ;
  • 130 ans d’expérience
    professionnelle et de qualité de
    service.

Source : Communiqué de Presse HYECO, Carmen De Oliveira 

Bionettoyage Grand Est, le nettoyeur post décès

0
bionettoyage grand est 1

Jonathan Durand lance, avec Bionettoyage Grand Est, une société spécialisée dans le nettoyage post-décès. Une mise à son compte logique au vu de son expérience. Il nous explique les spécificités de son métier.

Une expérience de spécialiste

Après une expérience de plusieurs mois avec une entreprise de nettoyage post mortem, Jonathan Durand a souhaité voler de ses propres ailes. Sa motivation principale pour faire ce métier si particulier ? « Le sens du service. J’ai pu constater à quel point les familles, les proches de victimes, étaient soulagées après notre passage puisque nous intervenions sur des scènes de crime. »

C’est un métier de spécialiste « J’ai, auparavant, occupé un poste d’aide de bloc opératoire. D’où ma maîtrise des différentes techniques d’asepsie et de nettoyage, dans ce milieu difficile qui ne laisse aucun droit à l’erreur. »

bionettoyage-grand-est-2 Bionettoyage Grand Est, le nettoyeur post décèsUne société pluri-disciplinaire

Loin de se limiter aux scènes de crime, Bionettoyage Grand Est intervient dans plusieurs milieux. « En zones hostiles, pour utiliser notre terme, c’est à dire particulièrement exposées aux bactéries. Pour vous donner des exemples : scènes de crimes, après suicide, désinfection et nettoyage des lieux de squat, zones insalubres, véhicules médicalisés, milieu funéraire , éradication et traitement anti-gale… »

Jonathan Durand propose aussi ses servies aux milieux funéraires « J’effectue des nettoyages et décontaminations de box réfrigérés, laboratoires de thanatopraxie, salles d’autopsie… »

bionettoyage-grand-est-3-1024x574 Bionettoyage Grand Est, le nettoyeur post décèsUn protocole précis

Pour obtenir une désinfection véritablement efficace, il y a deux critères à respecter : avoir les bons produits, et savoir s’en servir. « J’utilise des produits tous répondant aux normes européennes, qui sont strictes, et qui ont subi des testes de conformité. D’ailleurs, je fournis aux clients qui le souhaitent les protocoles des biocides. Pour leur utilisation le protocole à respecter est très précis. C’est mon métier. » souligne Jonathan.

Le sens du service jusqu’au bout « Je répond le plus rapidement possible aux demandes d’intervention, nous sommes disponibles 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Par souci de discrétion et de respect du secret, nous nous déplaçons dans un véhicule discret. Et puis, parfois, les clients sont simplement besoin d’un conseil technique, je le leur donne par téléphone. »

Une entreprise à suivre, et, très certainement, un partenaire de confiance pour les professionnels de l’Est.

Le site internet : www.bionettoyagegrandest.com

Obsèques et fiançailles, une ambiance mortelle

0
noces-funebres-mariage-fantome

Des obsèques en Chine ont tourné au tragique fait divers début décembre. En cause, une tradition, dite des « épouses fantômes », interdite en 1949 par Mao mais toujours pratiquées. Il faut dire que, comme l’héroine de cette histoire, les traditions ont la vie dure.

L’amour à mort

C’est une histoire qui commence bien mal : par un décès. Plus précisément, dans cette province chinoise, le trépas d’un homme encore jeune, et célibataire. Comme toutes les mamans du monde, la mère conçoit une grande frustration : voilà que son fils chéri n’a pas trouvé le moyen, dans cette vie, de lui donner des petits-enfants, au diable l’avarice, il lui en donnera dans l’autre.

Voilà donc la famille qui décide d’arranger un mariage fantôme. Sur un principe tout simple, à savoir inhumer dans un cercueil double le célibataire et un corps d’un autre défunt de sexe opposé, âge en rapport, afin que les deux tourtereaux soient réunis dans l’autre vie pour l’éternité.

Il faut dire que l’étroitesse de la couche, la pénombre, le manque de distractions et l’éternité devant eux, tout est propice à un rapprochement entre les futurs tourtereaux. D’autant plus qu’au vu de lé fréquentation habituelle dans son cercueil, le choix est restreint.

La fiancée rétive

Voilà donc la famille qui, après avoir fait passer le mot, reçoit plusieurs offres. Parmi celles-ci, une jeune femme très bien, âge en rapport, célibataire sans enfants, et jolie selon les canons locaux, ce qui ne gâte rien. La famille accepte bien volontiers, et la marâtre avec autant d’empressement que, sa bru putative étant décédée, elle ne risquait pas de la contrarier. L’agent matrimonial macabre se voit donc gratifier de l’équivalent de 3500 euros, le prix pour un cadavre de jeune fille bonne à marier.

La jeune défunte, convenablement vêtue, est donc installée dans le cercueil, près de son fiancé, très raide, et le couvercle de la double boîte est fermé, puis cloué. La famille se recueille auprès de son défunt fils et de sa défunte et récente belle-fille, puis, tout ce petit monde s’achemine vers le cimetière.

Las ! Bien que censément décédée, la belle-fille ne renonce pas à l’idée de contrarier sa belle-mère, puisqu’un barouf épouvantable s’élève du cercueil. Une lune de miel très agitée ? Une scène de ménage ? Point du tout. Il s’avérera, après ouverture du cercueil, que la nouvelle du trépas de la jeune femme a été un tantinet exagérée.

Prévenue, la police chinoise a mené une enquête révélant que la supposée fiancée fantôme défunte était en réalité une jeune attardée mentale enlevée par des voyous, vendue à une réseau mafieux qui l’a prostituée, avant de lui injecter une dose massive de drogue et de la vendre pour morte à la famille.

Les fiancées fantômes

Quoique Mao en ait interdit la pratique en 1949, la tradition pluriséculaire des fiancées fantômes persiste encore aujourd’hui en Chine. Et les faits divers relatifs à ces histoire sordides sont fréquents.

En mai 2011, Wang Hairong, avec deux complices, avait persuadé une jeune femme de monter dans leur voiture avant de l’étrangler, a indiqué le Legal Daily (Fazhi Ribao), précisant que la victime était alors enceinte. Ils ont ensuite vendu le corps dans une ville voisine pour 22.000 yuans (2.700 euros) à cette famille. Wang Hairong a été condamné à mort et exécuté en 2013.

En mars 2013, les médias chinois avait rapporté que quatre personnes avaient été emprisonnées pour avoir déterré des cadavres en vue de les revendre comme « épouses fantômes ».

Les corps sont généralement fournis par des intermédiaires et le prix des dépouilles fraîches a grimpé d’au moins 25 % au cours des cinq dernières années. Il atteint aujourd’hui 50 000 yuans. L’année dernière, un journal chinois a accusé de riches patrons de mines de charbon d’avoir fait monter le prix des défuntes épouses jusqu’à 130 000 yuans. En 2010, un réseau de pilleurs de tombes avait déjà été démantelé dans la province du Hebei. Ses membres avaient profané des dizaines de sépultures dans la région et engrangé des centaines de milliers de yuans de profit.

Allez, la petite page de culture générale : en chinois, mariage fantôme se dit « Minghun ».

Et pour finir cette histoire, sachez que la jeune femme supposée morte va bien, elle est actuellement toujours soignée à l’hôpital. Quand au jeune homme, il a été enterré et finira vieux garçon.

Socio-Anthropologie : Les soins post-mortem au service du contrôle du corps

0
reflets société

On se pensait depuis les années soixante-dix libérés des carcans moraux, sexuels et surtout corporels, la mode se développe, les vêtements se raccourcissent, les piercings et tatouages sont mis en évidence, on assume son style, son appartenance à un groupe.

Pourquoi alors une fois le dernier souffle émis, c’est toute une société qui retient le sien jusqu’à disparition totale du corps ?

Que dit le corps de la société ? Comment le corps trahit-il la société dans lequel il a vécu ?

Toute notre vie, nous adoptons des postures, des attitudes pour gérer au mieux nos différents milieux de vie (travail, école, famille, etc.) Certains nous sont dictés (instituions), d’autres sont choisis (mode, piercings etc.).

Suivant si l’on se place d’un point de vue holiste ou non, on varie entre la contrainte (par la société) ou l’obligation (par l’individu) de se plier aux caprices du corps et à nos propres caprices.

Certains moments dans la vie relèvent totalement de ce contrôle du corps, tel que le mariage, une opération ou  encore un entretien d’embauche.

Mais s’il y a bien deux passages obligatoires dans la vie d’un individu, c’est celui de sa naissance et celui de son décès, et si l’on y regarde de près ce sont bien les deux moments de la vie où le corps de l’individu est soumis à un contrôle extérieur (nécessaire car dépendant)

Je m’attarderai peu sur la naissance de l’individu ; je dirai seulement que dès sa naissance, le nouveau né est tout de suite pris en charge, et chacun des gestes qui va être opéré sur lui montre ce marquage corporel mais aussi son marquage culturel : lavage-habillage-mis dans les bras de la mère etc.

Je me pencherai alors sur le sujet même de mon propos c’est-à-dire le décès de l’individu. Si le contrôle du corps pèse toute notre vie qu’en est-il à notre mort ?

Un nouveau procédé de conservation, ce n’est pas seulement la promesse d’un rendu d’une dignité au défunt et à sa famille, mais c’est aussi et surtout de nouvelles mœurs qu’il va falloir apprendre à maitriser.

Aujourd’hui encore peu de personne connaisse ce procédé de conservation des corps, et pour ceux qui la connaissent, tout le monde n’en fait pas appel. Pourquoi ?

Tant de questions qui montrent bien que l’acte de thanatopraxie bouscule tout ce que l’on savait déjà sur le corps :

Le décès

Tout est contrôlé dès notre décès, le corps est pris en charge par la morgue puis par les thanatopracteurs (suivant si un soin a été décidé ou non) puis les pompes funèbres pour retourner à la famille lorsqu’il y en a une.

A qui appartient le corps qui n’est plus en vie ? Se pose alors la question du contrôle du corps :

Le contrôle

Le corps du défunt devient le lieu de toutes les vulnérabilités et ainsi de tous les rapports de pouvoir.

  • Le thanatopracteur sur le corps: Il exerce sur lui un pouvoir physique, d’une part par sa position, c’est-à-dire debout autour du corps mais d’autre part par le fait qu’il a devant lui un corps totalement vulnérable incapable de se défendre.
  • Le thanatopracteur et les Pompes funèbres pour la présentation du corps: Une fois que le corps est prêt il est mis sur une table de présentation afin que la famille puisse lui dire un dernier au revoir. Ce moment peut être totalement ritualisé par des bougies, lumières et musique appropriés.
  • Par extension il y a aussi un contrôle de toute une étape de Deuil, car le corps présenté de façon allongé sur une table oblige les proches à adopter une posture circulaire autour du défunt et de se pencher au dessus du corps. Hormis le côté physique il y a un contrôle de l’attitude corporelle : Si le corps a bénéficié d’un soin, la famille va souvent s’en sentir soulagé, elle a retrouvé la personne qu’elle connaissait et va pouvoir effectuer son travail de deuil.
  • De même on sait qu’une cérémonie funéraire est le lieu d’un rituel très codé, le corps du défunt, du personnel funéraire, des religieux (s’il y en a) et de la famille répond à toute une série d’enchainement qui va permettre le bon déroulement des funérailles. Ainsi on évite les vêtements ostentatoires, les rires aux éclats. Tout cela répond à une série de contrôle particulièrement ancrée dans nos sociétés occidentales (ex : les pleureuses)

Le corps devient donc le lieu d’un terminal, d’une fin avec une limite qui devient floue. Il est manipulable et corrigeable.

L’acte de thanatopraxie répond parfaitement à ce contrôle du corps, non pas dans une sens de surveillance comme dans les termes de Foucault ou Céteau mais un contrôle artistique et éthique qui donne une nouvelle perspective au corps, et une nouvelle signature.

Nouvelle dimensions, nouvelle éthique, nouvelle morale.

Le corps et l’éthique

Le corps prend le pas sur l’âme :

C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.

Genèse, 3, 19

On a plus besoin de sauver son âme (confession, extrême onction) car quelqu’un s’occupe de sauver son corps. (Délégation de soi vers autrui)

Le corps persiste au delà de tout. Il s‘écarte des carcans religieux et philosophiques.

Le corps, notre éternel

Peut-on considérer ça comme un nouveau désir d’éternité ?

En effet, les soins de conservations peinent à être connus mais sont de plus en plus demandés. Auparavant c’est la famille qui faisait les démarches pour le proche défunt, et était souvent mise au courant de ce procédé lors de leurs déplacements aux pompes funèbres.

Aujourd’hui bon nombre de vivants se pose la question d’un soin de conversation à leur décès, (au même titre que de se demander si l’on préfère être inhumé ou crématisé)

On peut se demander alors si ces nouvelles questions ne relèvent pas d’un désir de prolonger un corps qui nous échappe après notre décès.

Si l’on pousse un peu plus loin la réflexion, on est en droit de se dire qu’un soin de conservation permet de garder notre corps un peu plus longtemps que cela est possible.

Le corps persiste au delà de la mort, non plus comme une matière périssable mais comme un objet qui marque notre passage dans le temps et vient contrer celui-ci.

Nouveaux procédés, nouvelles limites

Le thanatopracteur n’est pas, comme il peut être parfois présenté, un magicien. Le corps est parfois irrécupérable (stade avancé de décomposition, accident, gonflement etc.)

Bien évidemment la science n’est valable que dans l’état actuel des connaissances, et en quelques années les procédés et techniques ont beaucoup progressé et ont permis de conserver des corps qui auparavant n’auraient pu bénéficier de soins.

Le contrôle peut donc être ici synonyme de limites.

    Contrôler son corps est une véritable obsession dans nos sociétés contemporaines ; régime, chirurgie esthétique, agrandissement des rayons d’hygiène et de beauté, tatouages, yoga etc. Contrôler son corps c’est aussi contrôler ses douleurs, ses émotions.

Contrôler son corps c’est le rendre beau, et la beauté n’est pas celle dont parlait Kant mais une beauté physique qui prend le pas sur toute conception morale. Paradoxalement pour le rendre beau et accorder son corps et son esprit, les individus sont prêts à tous les sacrifices moraux et physiques (parfois jusqu’à la douleur) pour arriver à cette beauté et cette plénitude.

Contrôler son corps c’est le rendre beau mais c’est aussi, et surtout, exercer un pouvoir sur lui, et par extension sur la société dans laquelle on évolue.

Si parfois l’on échoue dans ce contrôle, la thanatopraxie semble être une alternative dans le sens où l’on passe d’un contrôle de soi sur soi à un contrôle de soi par l’autre. Le pouvoir n’est pas ici physique, ni même profitable, mais totalement irréel et persistant dans un temps qui s’arrête pour notre corps mais qui continue pour l’image que l’on laisse derrière soi. Seule la dernière image de soi va compter et non plus cette image faussée que l’on a essayé en vain de se donner durant nos années de vie.

L’objectif est de montrer comment une profession dite de l’ombre pour la société est en réalité les coulisses d’un véritable art qui bouscule et dérange les mœurs pour faire entrer le corps dans une nouvelle approche de la vie, une nouvelle approche de la mort un nouveau contrôle de l’autre et de soi.

Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

0

Comme chaque vendredi, je vous fais partager la sélection des meilleurs tweets de la semaine. Humour en perspective pour finir la semaine.

Dog-sitter à rayer de la liste des jobs.

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.43.21 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Exécution publique

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.44.25 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Sondage du jour sur Twitter

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.44.34 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Nuit trop courte

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.45.09 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Appel surtaxé

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.45.20 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Confession santé publique

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.46.17 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Fin orgasmique

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.46.48 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Célébrité post-mortem

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.48.17 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Question de persévérance

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.49.09 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Conseil pratique pour vos placements en Suisse

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.50.44 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Soirées trop agitées, réveil tout décalqué

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.52.52 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Les calculs à la française

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.53.25 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

C’est mathématiques

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.54.42 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Blagounette

Capture-d’écran-2016-09-16-à-10.55.53 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Tu sais à qui tu as affaire ?

Capture-d’écran-2016-09-16-à-11.00.55 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Ben oui pourquoi ? Question philosophique, vous avez une heure

Capture-d’écran-2016-09-16-à-11.03.48 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Logique de l’au-delà

Capture-d’écran-2016-09-16-à-11.03.57 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Vive la rentrée hein -_-

Capture-d’écran-2016-09-16-à-11.04.25 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Épicurien

Capture-d’écran-2016-09-16-à-11.05.11 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Nouvelle expression

Capture-d’écran-2016-09-16-à-11.05.52 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

Wesh wesh. Hygiène morbide.

Capture-d’écran-2016-09-16-à-11.06.30 Ça tweet ! Ambiance mortelle sur la Twittosphère

 

 

Emportée par le cancer, elle a annoncé son décès sur Facebook

0
L'annonce de décès sur Facebook

Emportée par un cancer dimanche, l’ancienne chef de cabinet de Laurent Beauvais, l’ex-président de la Région Basse-Normandie, Claudette Peyron a choisi d’annoncer elle-même en publiant un texte sur sa page Facebook, son décès le lundi 25 juillet.

Après son décès dimanche 24 juillet 2016, elle a partagé sur le réseau social Facebook, un émouvant témoignage publié lundi 25 juillet de sa lutte contre le cancer, à Caen, dans le Calvados. La sexagénaire a annoncé à ses proches dans ce texte post mortem, son décès et raconte son combat contre la maladie.

Claudette Peyron, celle qui a été vaincue par le cancer, l’alien, le crabe, le squatter comme elle l’a dénommé, est décédée dimanche. « Je suis morte hier. Un dernier hommage me sera rendu au crématorium de Caen à 9 heures le mercredi 27 juillet » posta-t-elle sur sa page Facebook.

Claudette Peyron qui était elle-même engagée dans la lutte contre le cancer, surtout contre le cancer du sein, dont elle était ambassadrice de la Rochambelle, a fait passer dans ce dernier message émouvant un appel à l’aide pour la lutte contre cette maladie qu’elle avait tant méprisée. Elle a invité tout un chacun pour aider la recherche médicale, à verser au Centre de lutte contre le cancer François-Baclesse, qui se trouve à Caen.

Laurent Beauvais, l’ancien président de la Région Basse-Normandie a été très affecté par le décès de Claudette Peyron. C’était une personne douée, exceptionnelle et d’une très grande force de caractère. Dans un cadre familial formidable, elle a vécu avec une grande lucidité sa maladie commenta-t-il. L’ancien président s’est confié d’être plein de chagrin, car il a perdu une amie. Claudette a mené contre la maladie, un combat lucide, courageux et avec humour et elle mordait la vie à pleines dents disait-il.

C’est au crématorium de Caen, ce mercredi 27 juillet 2016 à 9 h qu’un dernier hommage lui sera rendu.

Insémination artificielle : une femme veut un enfant de son mari mort

0

Nicola l’Italien aimait Mariana l’Espagnole. Mais en juillet 2015, l’homme est mort à Paris d’une leucémie. Rentrée dans son pays, la veuve veut aujourd’hui un enfant de son mari mort, qui a fait congeler son sperme en France dès 2013, pendant sa maladie. Il s’y trouve toujours. Une insémination post-mortem interdite chez nous. Procès.

Mariana n’a pas beaucoup de temps. En Espagne, où la pratique est autorisée, elle ne l’est que dans l’année qui suit le décès de l’homme, qui en a exprimé le souhait. Elle doit donc avoir récupéré les échantillons avant le 10 juillet prochain. Elle demande donc ce vendredi à notre Conseil d’Etat qu’on les lui remette. L’insémination n’interviendrait pas en France. C’est là son dernier recours, une précédente demande ayant déjà été rejetée devant de tribunal administratif. La loi chez nous réserve cette pratique médicale aux couples vivants.

La jeune femme avance qu’ils avaient un projet d’enfant du vivant de Nicola. Ce dernier avait fait congeler son sperme avant de prendre un traitement qui risquait de le rendre stérile. S’en était suivi une rémission, avant qu’en 2015 une rechute ne l’emporte à 30 ans. Il voulait cette insémination, raconte sa veuve, mais la mort a interrompu le projet, peu avant un rendez-vous chez le notaire. Les échantillons sont préservées à l’hôpital parisien Tenon.

Aujourd’hui, le Conseil d’Etat doit entendre les conclusions du rapporteur public, devant le même tribunal qui a eu à juger de l’affaire de la fin de vie de Vincent Lambert. La décision sera annoncée ultérieurement, mais Mariana aura déjà une tendance.

Elle sait sans doute qu’avant elle, d’autres femmes ont tenté de récupérer les paillettes de leur défunt mari, sans succès. La jeune femme met en avant le respect de la Convention européenne des droits de l’homme, et notamment son droit à la vie privée et familiale. Elle espère que le désir d’enfant du couple manifesté avant le décès, et les dispositions prises pour préserver le sperme malgré la maladie, suffiront à démontrer l’antériorité du projet. La mort, barrière juridique, n’ayant rien changé à ce désir et à la possibilité de l’accomplir.

Si le Conseil d’Etat rejetait cette requête, Mariana aurait un recours européen. Mais qui n’aboutirait sans doute pas avant juillet, délai requis par l’Espagne pour l’insémination.

EIHF-ISOFROID au Salon Funéraire Paris 2015

0
EIHF ISOFROID

EIHF-ISOFROID,  entreprise adhérente à la CSNAF, a construit sa réputation depuis quarante ans sur la qualité de ses équipements post-mortem et ses fluides de thanatopraxie. Didier Belluard revient sur l’édition 2015 du Salon Funéraire.

Funéraire-Info : Pouvez-vous nous raconter votre Salon Funéraire Paris 2015 en quelques lignes (votre stand, contacts avec les exposants et visiteurs, ambiance générale, animations) ?
EIHF ISOFROID : Déçu en bien. Fréquentation en baisse dû à moins d’étrangers et à moins de Thanatopracteurs. Rendement équivalent à l’édition 2013 car moins de « badauds » et plus de clients avec des projets précis. Ambiance correcte et toute en retenue. Pas eu le temps de voir les animations des autres car tout le temps occupé ce qui est plutôt bon signe.
F.I. : Souhaitez-vous faire passer un message concernant cette édition aux organisateurs du salon ou avez-vous des suggestions ?
EIHF ISOFROID : Tous mes remerciements à REED et à la CSNAF pour l’organisation
F.I. : Quels sont les stands qui vous ont le plus marqué et pourquoi ?
EIHF ISOFROID : Le Funématon de la société Funémarket – concept très original
F.I. :Serez-vous présent en 2017 ?
EIHF ISOFROID: oui bien sûr
F.I. :Pour 2017, le Bourget ou Villepinte ?
EIHF ISOFROID:Le Bourget

Visite du stand EIHF-ISOFROID à Funéraire Paris 2015 en images!

Pour aller plus loin :

EIHF-ISOFROID-logo EIHF-ISOFROID au Salon Funéraire Paris 2015
• Nom de l’entreprise : EIHF ISOFROID
• Nom du dirigeant : Didier BELLUARD
• Adresse courriel de la société :contact[at]eihf-isofroid.com
• Adresse de l’entreprise: ZA La Noyeraie 69490 Sarcey France
• Site internet : http://www.eihf-isofroid.eu/
• Profil Facebook : isofroid
• Numéro du Stand: E58