Accueil Tags Thanatopracteur

Tag: thanatopracteur

Thanatopraxie : Rencontre avec Nicolas Delestre à Lille

0
Nicolas Delestre

Un proverbe allemand de 1876 dit : “La connaissance est le premier pas vers l’amélioration”. C’est convaincu par cette citation que, le 30 novembre dernier, je me suis rendu à la librairie Meura de Lille située au numéro 25 de la rue Valmy. Cette dernière, spécialisée dans les sciences humaines, recevait pour l’occasion, Nicolas Delestre.

Nicolas est bien connu des lecteurs de funéraire-info. Spécialiste avéré de l’histoire de la conservation des corps et directeur du site embaumement.com, ce dernier occupe depuis deux ans le poste de secrétaire général de l’Ecole Française de Thanatoplastie et a intégré à la même période l’équipe pédagogique d’AFITT où il enseigne sa matière aux étudiants en thanatopraxie.

“La petite histoire de l’embaumement en Europe au 19ème siècle” par Nicolas Delestre

Nicolas-Delestre-1-156x300 Thanatopraxie : Rencontre avec Nicolas Delestre à LilleLors de cette conférence lilloise, Nicolas est revenu sur ce qui a fait le succès de son dernier livre intitulé “La petite histoire de l’embaumement en Europe au 19ème siècle” paru aux éditions du Murmure.

Il nous a en effet tracé (ou retracé) le portrait de ceux qui ont, au fil des siècles, contribué à faire de la thanatopraxie ce qu’elle est aujourd’hui. Des origines de l’embaumement aux techniques contemporaines en passant par les techniques des Docteurs Tranchina et Sucquet sans oublier quelques méthodes plus controversées comme l’anthropo-taxidermie et/ou l’anthropoplastie galvanique  des docteurs Mayor et Variot.

C’est non sans une petite note d’humour que Nicolas a réussi à capter une assemblée composée de personnes étrangères au milieu du funéraire et de la thanatopraxie. Il faut avouer que lorsqu’on l’entend s’exprimer sur le sujet, on ressent la passion qui l’anime aussi bien quand il nous parle d’”El Negro”, l’Espagnol empaillé que des restes momifiés de la petite Rosalia Lombardo.

Enfin, un des éléments les plus marquant de cette soirée fut sans doute l’échange entre Nicolas et l’assemblée. De mon point de vue de professionnel, j’ai été surpris de voir à quel point l’art de l’embaumement (et son histoire) intéressent même un public de non initiés. Les questions ont été nombreuses, intéressantes et partagées, de quoi passer une excellente fin de séance riche et enrichissante.

Pour ceux et celles qui n’auront pas eu la chance de rencontrer Nicolas Delestre lors de sa tournée de conférences et dédicaces, sachez que la petite histoire de l’embaumement est encore disponible chez les libraires et revendeurs et que son prochain opus, “les imputrescibles”, sera en vente à partir de février prochain chez le même éditeur.

Mickaël CURTI

Cadeau de Noël! : La petite histoire de l’embaumement en Europe au 19ème siècle” par Nicolas Delestre en suivant ce lien

petite-histoire-de-l’embaumement-Nicolas-Delestre-e1513407605595-300x196 Thanatopraxie : Rencontre avec Nicolas Delestre à LilleCe sont des sources précieuses, pour les archéologues et les anthropologues funéraires, permettant ainsi de mieux connaître chaque civilisation. Mais dans la longue histoire du traitement réservé au « corps mort », de l’Antiquité à nos jours, l’embaumement y occupe une place centrale.

Thanatopraxie, Claire explique la vie (et la mort) à Guillaume

9

Comment, on parle de nous sur Funéraire info ? Attendez, je regarde (ici):

« Vous pensez que les thanatopracteurs sont de paisibles spécialistes du funéraire ? Erreur, grave erreur. Les thanatopracteurs sont des génies, des experts en tout. Du moins, c’est ce qu’ils sous-entendent, et à les en croire, s’ils ne sont pas maîtres du monde, c’est qu’ils sont trop occupés à faire tout le travail que nous, les incompétents, sommes incapables de faire. «

Ah ben oui, jusque là je suis d’accord, et donc ?

« Parce que, si on les écoutes, les thanatopracteurs peuvent apprendre la médecine aux médecins et le journalisme aux journalistes. »

Oui oui, et donc ?

«  Sans doute après avoir lu ce papier, ils voudront aussi m’expliquer la vie, mais je n’écoutais déjà pas mes professeurs à l’école, je ne vais pas commencer maintenant. »

La vie ? Heu… Non, mais les morts on connaît… Nous (lol).

« Parce que la lubie des thanatopracteurs, c’est d’êtres placés sous l’autorité du Ministère de la Santé, pour sortir du secteur funéraire et, enfin, « ne plus avoir affaire aux pompes funèbres » ces « escrocs qui se font du fric sur le dos des familles ».

Ah ouais d’accord, je vois, mais non en fait c’est pas ça l’histoire. Atta je t’explique :

Si certains d’entre nous ont réfléchi à cette option et ont même fait davantage qu’y réfléchir puisque nous avons à plusieurs reprises porté ce projet jusqu’au Ministère, sans succès hélas, c’est parce que ce serait le moyen de sortir le corps humain d’un circuit commercial dans lequel il n’a absolument pas sa place. Personne ne traite les pompes funèbres d’escrocs, nous sommes d’ailleurs quelques uns à porter les deux casquettes. La pompe funèbre est un commerce, tout à fait légal et honorable, mais elle a aussi une mission de service public, à savoir la prise en charge du corps. c’est là que ça commence à se compliquer. A partir du moment où l’opérateur funéraire applique une marge sur les soins de conservation, il rentabilise le corps humain, ce qui est aussi illégal qu’immoral. Ce sont ces foutues marges qui sont responsables du nivellement par le bas : la recherche des soins les plus rapides et les moins chers. Tant que cette pratique perdurera, nous n’en sortirons pas.

Alors, oui, tu vas me dire qu’on peut pratiquer des tarifs libres à condition d’avoir une habilitation de soins, si on a un contrat de sous-traitance avec une entreprise de Thanato ou si on a un Thanato en exercice au sein des effectifs… Sauf que moi, je n’ai jamais vu un des ces fameux contrats et que presque toutes les pf margent sur les soins. J’ai dit presque, attention. Il n’est pas question de mettre tout le monde dans le même panier. Mais le fait est qu’une infime minorité respecte la loi.

Nous voyons donc dans ce rattachement, non pas au Ministère de la santé, qui est déjà un de nos deux Ministères de tutelle avec celui de l’Intérieur, mais aux services de santé, ce qui n’a rien à voir. Nous ne demandons pas à être intégrés au personnel des hôpitaux, c’est interdit, mais simplement à proposer et à pratiquer les soins aux défunts dans les morgues, en amont de la prise en charge du corps par les pompes funèbres. Nous qui y avons réfléchi, nous n’y voyons que des avantages pour tout le monde. Le Thanatopracteur libéral sera rémunéré directement pour son travail, sans avoir à verser ni dîme ni gabelle à qui que ce soit, ce qui a l’air tout bête comme ça, mais qui pour nous représente un Graal inaccessible . Les soins seront moins chers pour les familles, vu que personne ne margera sur notre travail et la qualité des soins s’en ressentira forcément puisqu’une fois le Thanatopracteur sorti du circuit funéraire, le nivellement se fera logiquement par le haut. Et les pompes funèbres dans tout ça ? Et bien elles seront débarrassées de nous, c’est pas une bonne nouvelle ça ?

Non, blague à part, c’est contraignant de devoir entretenir tous ces magnifiques laboratoires super aux normes, là ils pourront enfin servir à entreposer tout et n’importe quoi . Tout ces trucs que les pompes funèbres entreposent… Heu… Où ça au fait ?

« Des éminents professeurs de la médecins, les thanatopracteurs en ont l’arrogance, du mois supposée. En revanche, ils n’ont pas le savoir et la parfaite connaissance de leur métier qu’ont leurs « homologues » médecins du leur. »

Oui oui, certes, les Thanatopracteurs ont souvent un ego surdimensionné, mais pour ce qui est de la parfaite connaissance de leur métier… Malheureusement, pour les raisons que j’ai évoqué plus haut, la qualité des soins s’est dégradée ces dernières années, mais il y a de bons professionnels qui connaissent vraiment leur métier et qui l’exercent dans les règles de l’art. Si si. Pourquoi nous comparer aux médecins ? C’est un autre métier, mais c’est un métier.

« Historiquement, déjà. Peut on dire que, sans les pompes funèbres, la thanatopraxie ne serait rien ? Oui, on peut même aller plus loin et expliquer que, sans les pompes funèbres, la thanatopraxie n’existerait même pas. On passera sur l’histoire de la thanatopraxie moderne, de Frédéric Ruysch à Jean-Nicolas Gannal, et sur l’explosion de la thanatopraxie aux Etats-Unis grâce à (ou à cause de) la guerre de Sécession, qui, tous, ont été créés pour répondre à des problématiques posées par la mort. Pas par la médecine, mais par la mort, et souvent le besoin de rapatrier les corps pour pourvoir aux obsèques.

Par la suite, ce sont les assistants et conseillers funéraires qui, inlassablement, ont proposé les soins de conservation aux familles, permettant à votre métier d’exister. N’oublions pas que les thanatopracteurs, avant la mise en place de l’examen national, étaient des porteurs qui avaient appris sur le tas. Et qui ont eu d’office le diplôme quand il a été instauré. »

Non, mais non, pas du tout. Il ne faut pas réécrire l’histoire. Notre mariage forcé avec les pompes funèbres ne date que de 1993. Tout le reste est faux aussi, « on » t’aura mal renseigné. Je t’invite à te documenter sur le sujet.

« Ensuite, l’air de rien, les thanatopracteurs sont en train de cracher dans la soupe, mordre la main qui les nourrit, et insulter copieusement leurs collègues des pompes funèbres. Lisez leurs post : ils sont juste en train d’expliquer, à longueur de journée, qu’ils sont trop bien pour être assimilés à de vulgaires croque morts. »

A titre personnel, j’aime bien l’idée d’appartenir à la famille des croques-morts. Ça ne me dérange pas le moins du monde. On ne crache pas dans la soupe, dans la logique des choses, les conseillers doivent proposer les soins aux familles, c’est leur travail et notre intervention leur facilite grandement la vie. D’ailleurs, puisqu’on en parle, les pompes funèbres n’ont aucun droit d’imposer un Thanatopracteur aux familles, c’est à ces dernières qu’appartient ce choix.

« Trop bien, donc, pour les conseillers funéraires qui décrochent leur téléphone pour leur donner du travail. Trop bien pour le directeur d’agence qui leur fait leur chèque de salaire. Trop bien pour leurs collègues porteurs qui les aident à disposer les corps dans les salons, et se retrouvent souvent en première ligne face aux familles quand le soin n’a pas tenu et que le thanato est injoignable.

Trop bien pour les thanatopracteurs qui font leur travail consciencieusement sans rien demander à personne. Trop bien aussi pour vos collègues thanatopracteurs salariés de pompes funèbres, qui font aussi office de conseiller funéraire, de Maître de Cérémonie, de porteurs, bref, qui partagent le quotidien de la pompe funèbres parce qu’ils SONT la pompe funèbre au même titre que n’importe quel autre salarié. Vous faites quoi d’eux ? Les fusiller pour trahison ?

Vous ne voulez plus faire partie du secteur funéraire ? On n’est pas assez bien pour vous ? D’accord. Alors, que les pompes funèbres cessent de vous appeler. Plus de boulot, plus de chèque de la part des pompes funèbres. Aucun acrimonie là dedans, au contraire, c’est juste de la bienveillance : nous ne voudrions pas vous obliger à accepter de l’argent sale, puisque c’est ainsi que vous le voyez. »

Vraiment, tous ces gens ne vendraient des soins que dans le but de nous faire gagner de l’argent ? Pardon, on n’avait pas encore vu ça sous cet angle. Pardon, merci… Mais quelle ingratitude ! Je suis confuse .

« Pour nourrir vos familles, vous pourrez toujours vous rabattre sur l’hôpital. Non, pas la thanatopraxie à l’hôpital, bien entendu : la plupart, ça ne les intéresse pas, ils considèrent que c’est le travail des pompes funèbres, et de toute façon, le budget se réduit, c’est général. Pourquoi embaucher un thanato quand les infirmières et aides-soignantes sont en sous-effectif, faute de crédit ?

Mais il n’empêche, la propreté est essentielle. Alors, peut être, avec votre expérience et vos qualifications, vous laissera-t-on passer la serpillière dans les couloirs du CHU. »

Ah et tu crois qu’on devrait commencer à la passer dans les labos des pompes pour s’entraîner ? Ce sera un peu notre Guyane à nous, on deviendra des nettoyeurs de l’extrême. Ça risque pas d’améliorer notre melon par contre…

« Bla bla bla. »

No comment.

« Ce qui est dommage, c’est que vous priverez les familles d’un service, certes dispensable, mais qui facilite la travail de deuil. Ce n’est pas grave, les pompes funèbres trouveront une autre solution. Gérer les emmerdes et trouver des solutions, c’est ce qu’ils ont toujours fait. »

Sans vouloir être désagréable… J’ai plus souvent tiré les Pompes funèbres de la mouise que l’inverse.

« Mais cela n’arrivera pas. Parce que, au final, ce sont juste vos égos boursouflés qui hurlent à la mort. Vous le savez bien : une pompe funèbre ne peut pas se passer de conseiller funéraire, ni de porteur, ni de maître de cérémonie, ni de marbrier. En revanche, elle peut se passer des thanatopracteurs, ce qui vous renvoie tout en bas de l’échelle. Et ça, vous ne le supportez pas, tout en sachant que si les pompes ne vous donnent pas de travail, personne d’autre ne voudra de vous, et peu importe le ministère auquel vous êtes rattachés. »

Heu… C’est probablement mon ego boursouflé qui parle, mais je demande à voir.

« Alors, puisque la bienveillance ne fonctionne pas, et que vous vous fichez du respect mutuel entre collègues exerçant dans la même corporation, je vais vous parler comme on est en droit de vous parler : retournez travailler, larbins, et en silence ! »

C’est vrai, il est temps de nous montrer qui commande. Non mais alors ! C’est ça le problème,  trop de bienveillance tue la bienveillance.

Claire Sarazin

 

La thanatopraxie est trop sérieuse pour être confiée aux thanatopracteurs

0
thanatopracteurs

Une société portugaise propose un produit à base de charbon et de l’argile qui se veut une alternative à la thanatopraxie. Dommage que cela ressembles plus à de la poudre de perlimpinpin qu’à une solution miracle : elle aurait eu le mérite de rabattre le caquet trop ouvert des thanatopracteurs.

Thanatopracteur polyvalent

Vous pensez que les thanatopracteurs sont de paisibles spécialistes du funéraire ? Erreur, grave erreur. Les thanatopracteurs sont des génies, des experts en tout. Du moins, c’est ce qu’ils sous-entendent, et à les en croire, s’ils ne sont pas maîtres du monde, c’est qu’ils sont trop occupés à faire tout le travail que nous, les incompétents, sommes incapables de faire.

Parce que, si on les écoutes, les thanatopracteurs peuvent apprendre la médecine aux médecins et le journalisme aux journalistes. Sans doute après avoir lu ce papier, ils voudront aussi m’expliquer la vie, mais je n’écoutais déjà pas mes professeurs à l’école, je ne vais pas commencer maintenant.

Docteur La Mort

Parce que la lubie des thanatopracteurs, c’est d’êtres placés sous l’autorité du Ministère de la Santé, pour sortir du secteur funéraire et, enfin, « ne plus avoir affaire aux pompes funèbres » ces « escrocs qui se font du fric sur le dos des familles ». Je cite.

Des éminents professeurs de la médecins, les thanatopracteurs en ont l’arrogance, du mois supposée. En revanche, ils n’ont pas le savoir et la parfaite connaissance de leur métier qu’ont leurs « homologues » médecins du leur.

Historiquement, déjà. Peut on dire que, sans les pompes funèbres, la thanatopraxie ne serait rien ? Oui, on peut même aller plus loin et expliquer que, sans les pompes funèbres, la thanatopraxie n’existerait même pas. On passera sur l’histoire de la thanatopraxie moderne, de Frédéric Ruysch à Jean-Nicolas Gannal, et sur l’explosion de la thanatopraxie aux Etats-Unis grâce à (ou à cause de) la guerre de Sécession, qui, tous, ont été créés pour répondre à des problématiques posées par la mort. Pas par la médecine, mais par la mort, et souvent le besoin de rapatrier les corps pour pourvoir aux obsèques.

Par la suite, ce sont les assistants et conseillers funéraires qui, inlassablement, ont proposé les soins de conservation aux familles, permettant à votre métier d’exister. N’oublions pas que les thanatopracteurs, avant la mise en place de l’examen national, étaient des porteurs qui avaient appris sur le tas. Et qui ont eu d’office le diplôme quand il a été instauré.

Quand les thanatopracteurs insultent les pompes funèbres

Ensuite, l’air de rien, les thanatopracteurs sont en train de cracher dans la soupe, mordre la main qui les nourrit, et insulter copieusement leurs collègues des pompes funèbres. Lisez leurs post : ils sont juste en train d’expliquer, à longueur de journée, qu’ils sont trop bien pour être assimilés à de vulgaires croque morts.

Trop bien, donc, pour les conseillers funéraires qui décrochent leur téléphone pour leur donner du travail. Trop bien pour le directeur d’agence qui leur fait leur chèque de salaire. Trop bien pour leurs collègues porteurs qui les aident à disposer les corps dans les salons, et se retrouvent souvent en première ligne face aux familles quand le soin n’a pas tenu et que le thanato est injoignable.

Trop bien pour les thanatopracteurs qui font leur travail consciencieusement sans rien demander à personne. Trop bien aussi pour vos collègues thanatopracteurs salariés de pompes funèbres, qui font aussi office de conseiller funéraire, de Maître de Cérémonie, de porteurs, bref, qui partagent le quotidien de la pompe funèbres parce qu’ils SONT la pompe funèbre au même titre que n’importe quel autre salarié. Vous faites quoi d’eux ? Les fusiller pour trahison ?

Vous ne voulez plus faire partie du secteur funéraire ? On n’est pas assez bien pour vous ? D’accord. Alors, que les pompes funèbres cessent de vous appeler. Plus de boulot, plus de chèque de la part des pompes funèbres. Aucun acrimonie là dedans, au contraire, c’est juste de la bienveillance : nous ne voudrions pas vous obliger à accepter de l’argent sale, puisque c’est ainsi que vous le voyez.

Pour nourrir vos familles, vous pourrez toujours vous rabattre sur l’hôpital. Non, pas la thanatopraxie à l’hôpital, bien entendu : la plupart, ça ne les intéresse pas, ils considèrent que c’est le travail des pompes funèbres, et de toute façon, le budget se réduit, c’est général. Pourquoi embaucher un thanato quand les infirmières et aides-soignantes sont en sous-effectif, faute de crédit ?

Mais il n’empêche, la propreté est essentielle. Alors, peut être, avec votre expérience et vos qualifications, vous laissera-t-on passer la serpillière dans les couloirs du CHU.

Et profs de journalisme

Ensuite, l’hallali a été sonné contre Sarah, l’autre jour, qui a eu le malheur d’écrire un article sur une société portugaise qui propose un sac biodégradable à base d’argile et de charbon pour freiner la décomposition.

Un modèle de journalisme : elle s’est rendue sur leur stand, a vu le produit, recueilli leurs propos, les a retranscrits avec ce qu’il fallait de neutralité et une pointe de réserve, pour contrebalancer le discours commercial qui lui avait été livré, et, au final, un papier qu’on peut résumer par « On l’a vu au salon. Voilà à quoi ça ressemble, voilà ce qu’ils prétendent, voilà de quoi remettre en doute leurs propos, faites vous votre opinion. »

Mais non, elle avait OSÉ parler de thanatopraxie, et surtout, d’un procédé qui pourrait concurrencer votre métier, sans être thanato elle-même. Rholala, vous vous rendez compte ?

Je ne voudrais pas vous inquiéter, mais… Les chroniqueurs judiciaires, dans votre journal, ils n’ont jamais tué personne ! Les journalistes sportifs n’ont jamais été champions du monde, pour la plupart d’entre eux, dans aucune catégorie ! Les journalistes qui analysent les actes et paroles d’Emmanuel Macron, ils n’ont jamais été eux-même présidents de la république ! Mais comment osent ils ? Et, j’ai vérifié : Emmanuel Macron lui-même n’a pas le diplôme de Président de la République. Pourtant, il conduit la France. Ca ne vous inquiète pas, ça ?

Heureusement que vous avez tout le temps de parcourir Facebook pour chercher et punir impitoyablement tout crime de lèse-thanatopracteur. D’ailleurs, comment faites vous ? Vous surfez sur Facebook pendant vos soins, au risque de vous laisser distraire ? Je ne sais pas. Mais je note que des professionnels aussi sollicités que vous ont quand même beaucoup de temps libre pour aller jouer au révolutionnaire et au taliban.

Au royaume des aveugles, les cons sont rois

Bref, il fallait que ce soit dit. Mesdames et messieurs les thanatopracteurs, vous êtes en train de saboter votre métier. Et à la rigueur, on s’en fiche, vous faites ce que vous voulez.

Ce qui est dommage, c’est que vous priverez les familles d’un service, certes dispensable, mais qui facilite la travail de deuil. Ce n’est pas grave, les pompes funèbres trouveront une autre solution. Gérer les emmerdes et trouver des solutions, c’est ce qu’ils ont toujours fait.

Mais cela n’arrivera pas. Parce que, au final, ce sont juste vos égos boursouflés qui hurlent à la mort. Vous le savez bien : une pompe funèbre ne peut pas se passer de conseiller funéraire, ni de porteur, ni de maître de cérémonie, ni de marbrier. En revanche, elle peut se passer des thanatopracteurs, ce qui vous renvoie tout en bas de l’échelle. Et ça, vous ne le supportez pas, tout en sachant que si les pompes ne vous donnent pas de travail, personne d’autre ne voudra de vous, et peu importe le ministère auquel vous êtes rattachés.

Alors, puisque la bienveillance ne fonctionne pas, et que vous vous fichez du respect mutuel entre collègues exerçant dans la même corporation, je vais vous parler comme on est en droit de vous parler : retournez travailler, larbins, et en silence !

Guillaume Bailly

 

Thanatopraxie : un dossier récapitulatif des décrets et arrêtés 2017

0
thanatopraxie dossier récapitulatif

Lorsqu’il se passe quelque chose dans le milieu de la thanatopraxie c’est exactement comme un tremblement de terre, où il faut impérativement activer l’alerte tsunami. Et cette année des secousses il y en a eu, soins à domicile, VIH, vaccination, hépatite, pacemaker. Comment éviter l’inondation ? En étant informé au mieux des décrets et arrêtés. C’est pourquoi à Funéraire Info, nous vous avons réalisé un dossier récapitulatif sur l’ensemble des décrets et arrêtés qui vous concernent.

Capture-d’écran-2017-12-05-à-16.41.54 Thanatopraxie : un dossier récapitulatif des décrets et arrêtés 2017Levée de l’interdiction de soins sur les défunts porteurs du VIH, soins à domicile encadrés, vaccination obligatoire, toutes les modifications sur votre profession sont à prendre en compte dès le 1er Janvier 2018, dans moins d’un mois donc. Force est de constater qu’un nombre certains de thanatopracteurs ne sont pas encore informé de ce que ça va changer dans leur quotidien. Et nous ne pouvons pas leur en vouloir, il y a eu beaucoup de modifications et – hormis dans la presse professionnelle – aucune information ne leurs a été délivrée de manière formelle.

Vous informez sur les décrets c’est aussi connaitre vos obligations et vos droits, car cela va engager non seulement votre responsabilité, mais aussi votre santé – je pense à la vaccination – et votre habilitation si vous ne respectez pas les lois. A Funéraire-Info, nous sommes là pour vous informer mais aussi vous donnez les outils pratiquent de la mise en place de ces décrets avec le compte rendu des soins à domicile que vous devrez rédiger à compter du 1er Janvier 2018 ou encore une lettre type pour informer vos clients.

Nous avons tenté de décrypter l’actualité avec vous cette année, la thanatopraxie entame des mutations profondes. Nous suivrons avec vous tout au long de l’année prochaine ces applications sur le terrain : les décrets sont ils réalisables ? Doit-il y avoir des ajustements ? Quels seront les impacts sur vous, les familles, les pompes funèbres ?

dossier thanatopraxie 

Pacemarker Medtronic , une dérogation prolongée pour l’obligation de retrait avant mise en bière

0
pacemaker Medtronic

Dans le monde de la thanatopraxie il s’est passé beaucoup de choses cette année. Et …personne n’en parle ou si peu ! En attendant un dossier complet sur les différents décrets et arrêtés (VIH, hépatite B, soins à domicile), nous vous parlons aujourd’hui des pacemakers de la marque Medtronic et de la prolongation de la dérogation à l’obligation de retrait de ce pacemaker avant la mise en bière.

La plupart du temps les décrets et arrêtés s’établissent lorsque dans la vie quotidienne il y a un problème. Et l’on peut faire l’analogie ici avec les pacemakers de Medtronic, si petits si jolis qui, s’ils facilitent la vie de leurs porteurs, en revanche ne facilitent pas du tout leur retrait. Un  arrêté a vu le jour suite au fait qu’une famille n’a pas pu procéder aux obsèques de leur proche car personne ne pouvait prendre la responsabilité de ce retrait et surtout personne ne savait comment faire. Ubuesque.

Arrêté du 22 septembre 2017 modifiant l’arrêté du 20 mars 2017 portant dérogation à l’obligation de retrait d’une prothèse fonctionnant au moyen d’une pile avant la mise en bière fixée par l’article R. 2213-15 du code général des collectivités territoriales

Le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur, et la ministre des solidarités et de la santé,
Vu le code général des collectivités territoriales, notamment ses articles R. 2213-15 et R. 2213-43 ;
Vu l’arrêté du 20 mars 2017 portant dérogation à l’obligation de retrait d’une prothèse fonctionnant au moyen d’une pile avant la mise en bière fixée par l’article R. 2213-15 du code général des collectivités territoriales ;
Vu l’avis du Haut Conseil de la santé publique en date du 22 septembre 2017 ;
Considérant les circonstances exceptionnelles constituées par l’impossibilité de faire procéder à l’inhumation ou la crémation de personnes décédées porteuses du dispositif médical implantable actif intracardiaque Micra commercialisé par la société Medtronic, sans procéder à son explantation ;
Considérant que cet acte ne revêt pas un caractère utile au plan de la santé publique et porte atteinte à l’intégrité physique des personnes décédées porteuses de ce dispositif ;
Considérant que des modifications règlementaires sont en cours d’élaboration permettant de ne plus procéder à l’extraction de certaines prothèses dont le dispositif médical implantable actif intracardiaque Micra commercialisé par la société Medtronic ;
Considérant au vu de ces éléments la nécessité de prolonger la dérogation à l’obligation de retrait d’une prothèse fonctionnant au moyen d’une pile avant la mise en bière fixée par l’article R. 2223-15 du code général des collectivités territoriales,

Article 1

A l’article 1er de l’arrêté du 20 mars 2017, le mot : « six » est remplacé par le mot : « dix ».

Tout ça pour ça vous allez me dire, et oui ce qui compte dans ce nouvel arrêté c’est le mot dix portant la dérogation un peu plus longtemps. Et l’arrêté du 20 mars vous le retrouverez ici. Dans lequel il était important de retenir qu’il s’agissait d’une: «  dérogation aux dispositions de l’article R. 2213-15 du code général des collectivités territoriales, il peut être procédé, pendant une durée de six mois après la publication du présent arrêté, à l’inhumation ou la crémation des personnes décédées porteuses d’un stimulateur cardiaque implantable Micra commercialisé par la société Medtronic sans explantation et récupération du dispositif avant la mise en bière. »

La dérogation est donc étendue jusqu’au 20 janvier 2018.

À qui la faute vous allez me demander ? En fait chez Medtronic c’est simple puisqu’on assure :  « Il peut être incinéré dans des crématoriums standards sans provoquer de bruits dérangeants […] ou de dommages », a expliqué Medtronic, précisant même que des tests montraient « que les risques n’existent plus ». Problème : ces tests ont été réalisés par un laboratoire américain qui n’a pas pris en compte la législation française. La dérogation permettra sans doute à la direction générale de la Santé d’effectuer sa propre expertise.

Donc pour l’instant c’est bon, donc pour l’instant ça va. Je précise que ce décret ne concerne que les pacemakers de la marque Medtronic. Comme je vous l’expliquais déjà au mois de mars après la sortie du dit décret, comment savoir si le défunt portait un stimulateur de la marque Medtronic ?

Un répit pour les thanatopracteurs qui ont bien d’autres responsabilités sur les valises. Comme je vous l’ai dit un dossier récapitulatif arrive bientôt, car toutes les nouvelles dispositions concernent janvier 2018 et, on y arrive très vite.

Atteinte à l’intégrité du cadavre après un soin de conservation ?

0
valise thanatopracteurs

Aïe aïe aïe, ça c’est le genre d’article sur lequel personne n’aime tomber. Et surtout pas vous, les entrepreneurs de pompes funèbres… et les thanatopracteurs. »Atteinte à l’intégrité du cadavre après un soin de conservation « ? Comment cela est-il possible?

Vous vous savez ce qu’est un acte de thanatopraxie, mais les familles, elles, l’ignorent la plupart du temps. Et parfois, cela a des conséquences désastreuses.

Myriam Vibien a perdu son fils de 23 ans dans un accident de voiture en juillet dernier à Peipin, dans le Sisteronais. Affaiblie et choquée, elle dénonce aujourd’hui un abus de faiblesse de la part des pompes funèbres en charge des obsèques de son fils. Pourquoi ? Un acte de thanatopraxie a été réalisé, et selon elle, sans son consentement, et surtout sans l’en avoir informée. Les mots utilisés sont criants et durs, dans l’article en référence que vous trouverez, l’on parle même « d’effraction du corps ». Elle lance aujourd’hui une pétition afin d’alerter les pouvoirs publics. Une demande prise au sérieux par le gouvernement.

De l’importance de l’information et des formations

On ne le répétera jamais assez, mais n’importe quel organisme de formation vous le dira : vendre un soin, cela s’apprend. Des modules consacrés à la thanatopraxie font partie de la formation de conseiller funéraire, comment cela a-t-il pu se produire ? Pour Cédric Ivanès, président du Syndicat professionnel des Thanatopracteurs Indépendants et Salariés, vendre un soin de conservation est très compliqué, car il est difficile d’expliquer clairement les choses aux familles sans avoir à rentrer dans des détails techniques.

La thanatopraxie : atteinte à l’intégrité du cadavre ?

Il existe trois techniques de soins mortuaires : la glace carbonique, les équipements réfrigérants et la thanatopraxie, explique l’article. Bon pour la glace carbonique, on repassera, je serai curieuse de voir où cela est encore pratiqué, et pour quelles raisons…

Le problème c’est que le décès d’un jeune personne est d’une brutalité sans nom, l’acte de thanatopraxie vient s’apposer à cette brutalité. Tout semble échapper à cette maman a qui il aurait fallu, avec beaucoup de tact expliquer ce qui allait se passer. Une mauvaise publicité pour le funéraire, pour la thanatopraxie et un travail de deuil qui va être difficile d’entamer.

 

Réveil funéraire du 2 novembre 2017 spécial Toussaint : les thanatopracteurs

0
Marie-Élizabeth Pierdet, Isabelle (nom d'emprunt ) , Nathalie Cassagne et Alexandre Douteau

Cette année encore, la période de la Toussaint a été l’occasion d’établir les portraits de ces thanatopracteurs qui font la profession. À quelques exceptions près, tous sont d’accord pour dire que, de leur profession, ils n’en parlent guère. Ce sont eux qui accompagnent les défunts en silence, au quotidien.

La mort reste un sujet délicat et tabou. Et les soins prodigués aux défunts une activité un peu mystérieuse. Pour Nicole Siegenthaler, directrice de l’entreprise de pompes funèbres Flühmann-Evard-Arrigo, à Neuchâtel, il s’agit d’une vocation héritée de son tout jeune âge. Ses interventions ont pour objectif de rendre leur dignité aux personnes décédées.

Dans le laboratoire des pompes funèbres Bihorel, à Aumale, Marie-Élizabeth Pierdet a ses habitudes. Mais elle intervient aussi parfois à domicile.  Ce sont eux qui le vivent. Les thanatopracteurs passent leur quotidien aux côtés des défunts pour que leurs proches gardent d’eux une image digne. Un métier méconnu qui allie compétences techniques et humanité.

La mort reste un sujet délicat et tabou. Et les soins prodigués aux défunts une activité un peu mystérieuse. Pour Nicole Siegenthaler, directrice de l’entreprise de pompes funèbres Flühmann-Evard-Arrigo, à Neuchâtel, il s’agit d’une vocation héritée de son tout jeune âge. Ses interventions ont pour objectif de rendre leur dignité aux personnes décédées.

Sous l’œil de son maître de stage, Ficria Khazzar, 38 ans, achève sa reconversion professionnelle en prodiguant ce soin. Le métier de thanatopracteur lui apporte beaucoup. « Je suis toujours en train de m’occuper des autres et c’est quelque chose que je retrouve dans cette profession. » Le métier est pourtant parfois difficile mais pas de quoi décourager la trentenaire.

Claire Sarazin, 43 ans, thanatopractrice depuis environ 18 ans. Le métier de thanatopracteur consiste à intervenir sur le corps des défunts, à la demande de la famille, pour une réalisation de soins d’hygiène et de conservation qui rendent à la personne décédée un aspect présentable.

Il y a 8 ans, Isabelle ( prénom d’emprunt )  a commencé à exercer le métier de thanatopracteur. Depuis, elle parcourt le pays de Ploërmel pour préparer les défunts. Elle raconte sa vocation, avec pudeur et respect.

Ce sont des artisans dont on parle rarement. Les thanatopracteurs travaillent chaque jour dans l’ombre à embellir les corps des défunts. Alexandre Douteau, 28 ans, est installé dans la Vienne depuis huit ans et travaille maintenant avec plusieurs collaborateurs.

De sa profession, Nathalie Cassagne ne parle presque jamais : elle est thanatopracteur. C’est elle qui réalise, à domicile ou en chambre funéraire, les soins destinés aux défunts.

 

Arrêté du 26 octobre 2017 : ouverture de l’examen d’accès au diplôme national de thanatopracteur 2017/18

1
valise thanatopracteurs
Arrêté du 26 octobre 2017 portant ouverture de l’examen d’accès au diplôme national de thanatopracteur pour la session 2017-2018

Par arrêté de la ministre des solidarités et de la santé en date du 26 octobre 2017, l’ouverture de l’examen d’accès au diplôme national de thanatopracteur est autorisée au titre de la session 2017-2018.

Les épreuves théoriques d’admissibilité auront lieu le lundi 22 janvier 2018.
Le jury national se réunira pour délibérer et fixer la liste des candidats reçus aux épreuves théoriques et autorisés à suivre la formation pratique pour l’obtention du diplôme national de thanatopracteur.

L’ouverture des inscriptions est fixée au jeudi 2 novembre 2017.
La clôture des inscriptions est fixée au jeudi 7 décembre 2017, terme de rigueur.
Les épreuves écrites obligatoires d’admissibilité auront lieu à la Maison des Examens, 7, rue Ernest-Renan, Arcueil (94110).

Les inscriptions sont enregistrées du jeudi 2 novembre 2017, à partir de 12 heures, au jeudi 7 décembre 2017, 17 heures, heure de Paris, à l’adresse internet suivante : https://ocean.siec.education.fr/ rubrique Autres ministères – Concours du ministère des solidarités et de la santé.

Les candidats peuvent modifier les données de leur dossier jusqu’à la date de clôture des inscriptions. Toute modification des données contenues dans le dossier doit faire l’objet d’une nouvelle validation ; la dernière manifestation de volonté du candidat est considérée comme seule valable.

En cas d’impossibilité de s’inscrire par internet, les candidats peuvent obtenir un dossier imprimé d’inscription, sur demande écrite. Cette demande est adressée par voie postale en recommandé simple au service interacadémique des examens et concours, chargé des inscriptions, à l’adresse suivante : SIEC Maison des examens, bureau DEC 4 CSP – thanatopracteur, 7, rue Ernest-Renan, 94749 Arcueil Cedex.

Les dossiers imprimés d’inscription dûment complétés sont renvoyés obligatoirement par voie postale et en recommandé simple au service chargé des inscriptions, à la même adresse, au plus tard le jeudi 7 décembre 2017 avant minuit, le cachet de la poste faisant foi. Aucun dossier posté hors délai n’est pris en compte.

Pour être admis à concourir, les candidats doivent obligatoirement joindre à leur demande d’inscription un document établi par leur centre de formation attestant qu’ils ont suivi et achevé la totalité de la formation théorique définie à l’article D. 2223-122 du code général des collectivités territoriales. Cette attestation doit être transmise par voie postale au service interacadémique des examens et concours, à l’adresse précitée, au plus tard le vendredi 5 janvier 2018 à minuit, terme de rigueur, le cachet de la poste faisant foi.

Thanatopracteurs et soins à domicile : lettres pour informer vos clients

1
soins à domicile

Je suis en train de réaliser un dossier pour faire le point sur cette année, riche en décrets et lois concernant le monde de la thanatopraxie. Des soins à domicile à la levée des soins concernant les défunts porteurs du VIH, en passant par l’obligation de la vaccination contre l’hépatite B, pas simple de s’y retrouver.

En attendant, une des choses à rappeler c’est que les soins à domicile sont nouvellement encadrés par des dispositions qui changent le paysage de cette procédure. Lieux adaptés, conditions des soins à domicile légiférées, beaucoup de choses sont à savoir et elles vont être mises en place à partir du 1er Janvier 2018.

Le problème c’est que les pompes funèbres sont souvent peu informées concernant les nouvelles réglementations en thanatopraxie. Et il est fort à parier que ça sera le cas ici encore. La plupart des thanatopracteurs ont pris leurs dispositions depuis la parution des décrets en informant directement leurs clients. Pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait, nous vous fournissons deux modèles de lettre type pour faciliter votre échange, l’un est un modèle à personnaliser, l’autre est une notice d’information à imprimer. ( à la fin de l’article)

Je vous laisse lire, relire, et vous imprégner totalement du décret aux deux liens ci après : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2017/5/10/AFSP1703920A/jo/texte

https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/5/10/AFSP1703905D/jo/texte

À retenir concernant les soins à domicile :

  • Les soins à domicile ne seront possible QUE lorsque le décès est survenu au domicile du défunt, dans un délai de 36 heures après le décès (délai qui peut être prorogé de 12 heures pour tenir compte de circonstances particulières), et lorsque le domicile répond à des exigences minimales de configuration de la pièce où sont réalisés ces soins.
  • « Les soins de conservation ne peuvent être réalisés à domicile que dans une pièce répondant aux exigences suivantes :
    1° La surface au sol utilisable de la pièce est d’au moins dix mètres carrés ;
    2° La pièce est isolée du reste du logement par une porte. Cette pièce n’est pas accessible pendant la durée du soin ;
    3° La pièce comporte au moins une ouverture donnant à l’air libre permettant d’assurer une ventilation naturelle suffisante durant toute la durée du soin. Cette ventilation est prolongée après la réalisation du soin. Le thanatopracteur informe la famille de cette obligation de ventilation de la pièce où le soin a été réalisé ;
    Le revêtement du sol et des murs de la pièce doit pouvoir être lavé et désinfecté en totalité après la réalisation du soin de conservation ou être protégé par tout moyen imperméable garantissant la protection du revêtement du sol et des murs. Le moyen imperméable utilisé est à usage unique et est éliminé comme un déchet d’activité de soins à risque infectieux ;
    5° Un éclairage adapté à la réalisation des soins de conservation par le thanatopracteur. »
  • Les éléments suivants sont nécessaires à la réalisation des soins de conservation :
    1° Un support pour la réalisation du soin de conservation, lit médicalisé ou table de soin. Ce support est installé dans la pièce où le soin de conservation est réalisé pour permettre la libre circulation du thanatopracteur sur tous les côtés du support. Il est réglable en hauteur ;
    Une housse imperméable, telle que prévue à l’article R.2213-15 du code général des collectivités territoriales, disposée entre le support prévu au 1° et le corps du défunt et éliminée comme un déchet d’activité de soins à risque infectieux ;
    3° Un ou des dispositifs d’occultation visuelle de nature à garantir la réalisation du soin de conservation hors de la vue des personnes présentes à domicile, du voisinage et des personnes extérieures, sans faire obstacle à l’aération de la pièce prévue au 3° de l’article 5 du présent arrêté ;
    4° Des emballages à usage unique destinés à collecter les déchets d’activités de soins à risques infectieux et assimilés mentionnés à l’article R.1335-6 du code de la santé publique ;
    5° Le cas échéant, un ou plusieurs dispositifs d’éclairage d’appoint ;
    6° Tout moyen imperméable garantissant la protection du revêtement du sol et des murs ;
    7° Le matériel nécessaire au nettoyage et à la désinfection du support mentionné au 1° du présent article, des revêtements des sols et des murs de la pièce dans laquelle le soin de conservation est réalisé.
  • A l’issue du soin de conservation, le thanatopracteur rédige un compte-rendu d’intervention, dont le contenu et le modèle sont fixés en annexe du présent arrêté, et l’adresse à la régie, l’entreprise ou l’association et leurs établissements, habilités conformément à l’article L. 2223-23 du code général des collectivités territoriales, qui l’emploie pour la réalisation du soin de conservation.  
  • Les soins de conservation réalisés à domicile font l’objet d’une traçabilité par la régie, l’entreprise ou l’association et leurs établissements, habilités conformément à l’article L. 2223-23 du code général des collectivités territoriales. A cet effet la régie, l’entreprise ou l’association et leurs établissements conservent, pour chaque soin de conservation facturé, les documents suivants :
    1° La déclaration préalable du soin de conservation prévue à l’article R.2213-2-2 du code général des collectivités territoriales ;
    2° La vérification préalable prévue à l’article 9 du présent arrêté ;
    3° Le compte-rendu d’intervention prévu à l’article 7 du présent arrêté ;
    4° L’expression écrite des dernières volontés de la personne décédée ou une demande de toute personne qui a qualité pour pourvoir aux funérailles prévue à l’article R. 2213-2-2 du code général des collectivités territoriales.
    La régie, l’entreprise ou l’association et leurs établissements, habilités conformément à l’article L. 2223-23, conserve ces documents pendant une durée de cinq ans, sur tout support et par tout moyen, et la tient à disposition du préfet du département lui ayant délivré l’habilitation et des agents mentionnés au 1° de l’article L. 511-6 du code de la consommation.

    Le problème c’est que les pompes funèbres sont souvent peu informées concernant les nouvelles réglementations en thanatopraxie. Et il est fort à parier que ça sera le cas ici encore. La plupart des thanatopracteurs ont pris leurs dispositions depuis la parution des décrets en informant directement leurs clients. Pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait, nous vous fournissons deux modèles de lettre type pour faciliter votre échange, l’un est un modèle à personnaliser, l’autre est une notice d’information à imprimer. 

    Vous les retrouverez en téléchargement libre ici :

    Note d’information 1

Soins de conservation, la thanatopraxie au cœur de la polémique

0
Gantes de boxe soins de conservation thanatopracteurs séropositifs

La levée d’interdiction de soin funéraire sur les défunts séropositifs ou atteints d’hépatites se retrouve sur le devant de la scène. La levée de boucliers des associations contre la pétition du SPTIS a médiatisé cette querelle, donnant au funéraire un éclairage particulier. Revue de presse spéciale.

La pétition du SPTIS est ici : www.change.org/p/ministère-de-la-santé-contre-la-levee-de-l-interdiction-des-soins-pour-les-defunts-porteurs-du-vih-d-hepatites

La lettre ouverte de AIDES et des associations : www.aides.org/communique/lettre-ouverte-29-aout-2017

Dans Funéraire Info

AIDES envisage des testing dans les pompes funèbres, interview d’Enzo Poultreniez

Une lettre ouverte a été adressée à Cedric Ivanes, président du SPTIS, par 20 associations et collectifs de lutte contre le VIH/sida et les hépatites virales, contestant point par point les arguments avancés. Enzo Poultreniez, responsable Plaidoyers et Revendications de l’association AIDES, répond à nos questions. C’est à lire ici

Levée de l’interdiction des soins, pétition… Jean-Luc Romero répond à nos questions

Jean-Luc Romero, président d’Elus Locaux Contre le SIDA, a répondu à nos questions, sur la levée de l’interdiction des soins, et sur la pétition du SPTIS s’y oppose, soulignant qu’il existe d’autres problèmes bien plus préoccupants… C’est à lire ici.

Dans Seronet.Info

Soins funéraires : Un syndicat entretient la polémique

La parution, cet été, d’un arrêté mettant fin à l’interdiction des soins pour les personnes défuntes porteuses du VIH et d’hépatites virales semblait mettre un point final à cette discrimination dénoncée depuis des années par les associations de lutte contre le sida et les hépatites virales et à la polémique entretenue par un syndicat de professionnels du soin funéraire. Il n’en est rien, celui-ci vient de lancer une pétition demandant au gouvernement d’annuler cet arrêté qui entrera en vigueur au 1er janvier 2018. Une vingtaine d’associations et de collectifs qui défendent la fin de cette interdiction viennent d’interpeller le président de ce syndicat dans une lettre ouverte qui dénonce une « série de mensonges, contre-vérités et de stigmatisations » dans le texte de la pétition. Un article à lire ici.

Dans Le Figaro

Querelle sur les soins des défunts séropositifs

Le syndicat des thanatopracteurs a lancé une pétition pour s’opposer à l’arrêté autorisant les soins de conservation pour les défunts porteurs du VIH. En cause, les risques de contamination. Un article à lire ici (payant).

Dans Le Point

Soins funéraires : les virus de la discorde

Un syndicat de thanatopracteurs s’oppose à la levée de l’interdiction des soins aux porteurs du VIH ou d’une hépatite virale. Riposte des associations. C’est à lire ici.

Sur France Info

Soins funéraires pour les séropositifs : des associations dénoncent les « stigmatisations » des thanatopracteurs

Pour les thanatopracteurs, réaliser des soins sur des séropositifs malades peut-être dangereux. Les associations de lutte contre le sida dénoncent une atteinte au droit des séropositifs. Un article à lire ici.

Sur RTL

Pourquoi les soins funéraires aux personnes séropositives font-ils polémique ?

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a levé l’interdiction des soins funéraires qui visait les personnes atteintes du VIH, une décision dénoncée par le principal syndicat des thanatopracteurs. Un article à lire ici.

Sur BFMTV

La colère d’Act Up contre des thanatopracteurs qui refusent de prendre en charge des séropositifs

Certains spécialistes de la conservation des corps – les thanatopracteurs – ne veulent plus s’occuper des cadavres de personnes séropositives, par crainte de contamination. Mikaël Zenouda, le président de l’association Act-Up Paris, dénonce une position archaïque qui n’a pas de sens, selon lui. Un article à lire ici.

Dans 20 Minutes

Virus du sida: Des thanatopracteurs s’opposent aux soins funéraires pour les défunts séropositifs

Les thanatopracteurs se mobilisent contre un arrêté du ministère de la Santé, publié au Journal Officiel le 20 juillet, qui lève l’interdiction des soins funéraires sur les personnes mortes porteuses du VIH. La mesure, qui doit prendre effet le 1er janvier 2018, vient annuler des textes de 1986 et 1988 qui défendaient de prodiguer des soins de conservation aux personnes décédées séropositives et atteintes d’hépatites, par crainte de contamination. Un article à lire ici.

Dans Top Santé

Des thanatopracteurs contre l’autorisation des soins funéraires sur les séropositifs

Une pétition réclamant le retrait de l’arrêté ministériel levant l’interdiction des soins funéraires sur les personnes mortes porteuses du VIH a été lancée par un syndicat de thanatopracteurs. Un article à lire ici.

Sur Pourquoi Docteur

VIH : les thanatopracteurs opposés à la levée de l’interdiction de soins funéraires

Le syndicat des thanatopracteurs conteste le bien-fondé de la levée des soins de conservation pour les personnes atteintes du sida. Un article à lire ici.

Dans La Charente Libre

COLÈRE D’ACT UP ET AIDES CONTRE DES THANATOPRACTEURS QUI REFUSENT DE PRENDRE EN CHARGE DES SÉROPOSITIFS

Certains spécialistes de la conservation des corps – les thanatopracteurs – ne veulent plus s’occuper des cadavres de personnes séropositives, par crainte de contamination. Un article à lire ici.

Dans France Soir

LES THANATOPRACTEURS S’OPPOSENT À LA LEVÉE D’INTERDICTION DE SOINS FUNÉRAIRES DES MORTS DU SIDA

Le ministère de la Santé a pris un arrêté en juillet dernier pour autoriser les malades du VIH à bénéficier de soins funéraires à leur mort. Arrêté accueilli avec joie par différentes associations, mais vigoureusement combattu par les thanatopracteurs, qui pratiquent ces soins funéraires. Une pétition a été mise en ligne. Un article à lire ici.

Sur Jim.fr

Soins funéraires et VIH: la polémique renaît de ses cendres

Le 20 juillet est paru au Journal officiel un arrêté attendu de longues date par les associations de lutte contre le Sida : il procède au retrait du VIH de la liste des affections empêchant l’accès à des soins funéraires de conservation. Cependant, dès la publication du décret, les syndicats de thanatopracteur avaient fait part de leur désapprobation. Le président du Syndicat professionnel des thanatopracteurs indépendants et salariés (SPTIS) ne cachait ainsi pas sa volonté d’étudier les voies de recours contre cet arrêté.  Un article à lire ici.

Sur les réseaux

19,213FansJ'aime
63FollowersSuivre
519FollowersSuivre
35AbonnésSouscrire