Thanatopraxie, évolutions législatives, Ecoutez-nous !

14
3625

La levée de l’interdiction des soins de conservation sur les corps atteints de VIH et d’hépatites B et C fait décidément couler beaucoup d’encre, ce qui est une image car à notre époque, c’est sur les réseaux sociaux que l’on s’exprime.

Les Thanatopracteurs eux-mêmes sont divisés sur la question et les arguments des uns et des autres se défendent.

En ce qui me concerne, je fais partie des plus nombreux : les « contre ». Je suis d’ailleurs co-auteure, avec Sébastien Boukhalo, de la pétition en ligne, que le SPTIS invite également à signer. Nous avons  uni nos forces pour rédiger une lettre ouverte à la Ministre de la santé.

Depuis que j’ai mis cette pétition en ligne, je suis prise à parti, non pas par mes confrères « pour », mais la plupart du temps par des personnes qui ne connaissent ni notre métier, ni les conditions dans lesquelles nous l’exerçons. C’est cette méconnaissance qui engendre les nombreux dialogues de sourds qui fleurissent ici ou là sur la toile.

Il me semble donc essentiel d’apporter quelques éclaircissements :

Nous ne sommes pas assimilés au personnel de santé mais à la pompe funèbre. Nous n’avons aucunement vocation à secourir des personnes vivantes, nous sommes dans un métier de service. De plus, les gestes que nous pratiquons sur les défunts, en particulier sur les cas spéciaux comme les corps autopsiés ou accidentés, pour ne citer que ces deux exemples, représentent une prise de risque bien plus importante.

Pour être claire, nous sommes parmi les rares, avec les médecins légistes et les agents des IML, à être réellement en contact direct avec le sang et les liquides biologiques et nos conditions de travail ne sont en aucun cas comparables à celles des soignants.

Nous sommes des sous-traitants des pompes funèbres, nous faisons, malgré nous, partie intégrante d’un système et d’une logique de commerce et de rentabilité ce qui, je le précise tout de suite, n’est pas un gros mot. Un Thanatopracteur indépendant est un chef d’entreprise.

On nous dit de prendre « toutes les précautions » pour éviter les accidents mais dans la réalité, cela ne dépend pas uniquement de nous. Sans parler de confort, certains locaux mortuaires ou funéraires ne répondent pas aux normes d’hygiène et de sécurité les plus élémentaires. Et nous sommes souvent pressés par le temps ou plutôt par nos clients qui eux-mêmes doivent gérer l’impatience des familles.

La pétition que nous avons lancée est une manière de donner un coup de projecteur sur nous, les invisibles, pour qu’on nous écoute et que les choses évoluent enfin.

En aucun cas nous ne souhaitons faire de discrimination. Les partisans de la levée de l’interdiction sont animés de bons sentiments et par la force des choses on nous en prête de mauvais. Il est temps de nous écouter et d’essayer de comprendre au lieu de se braquer bêtement.

Par Claire Sarazin

Thanatopraxie-300x239 Thanatopraxie, évolutions législatives, Ecoutez-nous !
Thanatopraxie

14 COMMENTAIRES

  1. Mais y’ a pas que vous, les Chauffeurs/Brancardiers « Polyvalent » qui sont encore plus « invisible » que vous sont aussi concernés.

    Claire Sarazin Manipuler un corps porteur d’une maladie transmissible ne représente aucun danger. Pour se contaminer, il faut être en contact avec le sang ou les liquides biologiques. Il n’y a que dans le cas d’une réquisition que le problème peut se poser mais pas plus qu’aujourd’hui.

    Robquin Nicolas et que faites vous des corps qui baignent dans le sang dans leurs housses?, des gants qui quand vous manipulés les défunts risques à chaque fois de craquer, des aiguilles/ crochets utilisées et risque de se planter…?

    Et franchement, les réquises c’est pas ce qu’il y a de pire, Le GHB qui soit disant n’apparait que sous forme liquide,( laissé moi rire) ne représentent dans l ‘ensemble qu ‘une petite partie du problème que vous soulevez à peine.
    Et encore, peut être ne savez vous pas comme bcp de personnes dans le funéraire, ce qu’est le GHB mais je pense que si…c’est encore un bon moyen de ne pas payer mieux les ouvriers du métier vous me direz car payer juste 1200/1300E pour faire ce que l ‘on nous demande de faire c’est trop abusé, je comprends qu’ils tente de recruté, en vain…

    • Comme je l’ai dit sur FB, Nicolas (Robquin) a parfaitement raison. Cette pétition concerne AUSSI les ambulanciers, toiletteurs, agents de funé et agents d’amphi qui font les toilettes.
      Un point de bouche « mal » fait, c’est à dire , une aiguille courbe passant au travers d’une veine du menton (ça peut arriver) fait que le point de bouche saigne. Si par mal chance le doigt est en sortie et que le PROFESSIONNEL se pique…. on en arrive à une situation « critique ».

      Comme je l’ai dit aussi, toujours sur FB, il m’est arrivée d’aider un collègue (pas de la même entreprise….ça s’appelle travailler en bonne intelligence je crois 😉 ) qui faisait une T2 sur un accidenté. Housse souillée, corps très très amoché, bref, situation critique là encore.

      Donc, oui, n’en déplaise à M Wilkins, NOUS sommes des professionnels (pas des militaires, donc non, je doute que nous ayons choisi ce travail pour rejoindre assez tôt nos patients) qui travaillons pour le bien des familles (dans mon cas, c’est plus pour le bien des défunts, mais bon) mais dans la limite du raisonnable.

      Comme je l’ai dit, encore et toujours sur FB, le problème n’est pas réellement de faire ou ne pas faire des soins sur corps contagieux, puisque ne vous en déplaise, nous en faisons déjà, depuis de nombreuses années. Le souci est , et je reprends l’expression d’un excellent collègue PROFESSIONNEL lui aussi, c’est le droit de retrait.
      Avec cette levée d’interdiction, c’est le libre arbitre du professionnel (thanato, agent de funé, ambulancier,agent d’amphi) qui disparaîtra.
      Je présume que bon nombre de thanatos agressifs à l’égard des débats (car oui, il y a des gens censés qui acceptent de débattre et d’écouter les points de vue de chacun, SANS JUGER), feront en sorte, si cette « motion » passe, le moment venu, de trouver une excuse pour ne pas faire les soins sur ces personnes .

      Enfin, bref.
      Il est important d’évaluer tout ce qu’il risque d’arriver si ce texte passe. Sans juger les petits confrères qui sont contre. Mais sans juger , non plus ceux qui sont pour.
      Ca n’est pas un jeu M Wilkins. C’est grave au point de voir, que pour une fois, des professionnels se concertent ensemble !

      • Bonsoir,

        Une petite précision tout de même. Sachez que dans la « théorie », une personne qui n’est pas thanatopracteur et qui effectue ce qui est couramment appelé un point de bouche n’est pas habilité à le faire. Maintenant, ça n’est pas un secret de polichinelle que c’est monnaie courante.

  2. GHB ?
    C’est l’acide gammahydroxybutyrique, un anesthésiant…Plus connu sous le nom de drogue du violeur. Peu utilisé à mon sens dans le funéraire, sauf peut-être dans certains cas particuliers et surement répréhensibles…

    Ou alors vous parlez du HBS, qui est l’antigène marqueur viral de l’hépatite ?

    • Evidemment qu’on n’en « use pas », c’est juste ce que secrete le corps quand il décede, oh c’est juste les hautes autorités qui nous ont affirmées qu’il n ‘apparait que sous forme liquide, donc si elles le disent, j vois pas pourquoi elles nous mentirai^^, à moins que,…on nous aurait menti?
      En tout cas j ‘ai été très décu de constater que même entre sois disant collegue on a jugé bon de virer mon 2eme commentaire qui décrivait précisemement les effets du GHB, quel dommage de ne pas en informé la plupart des pro qui touche à ces métiers, cela ferra comme l ‘amiantE…^^, mais c’est pas grave car ce message est toujours au gout du jour et est libre de circuler.

  3. Lorsque l’on voit ce qui s’écrit par des soi-disant professionnels. On peut se demander ce que certaines personnes font dans notre profession. A t-on oublié quelle est une des mission d’un thanatopracteur, protection de la salubrité publique. Bien sûr qu’il y a des risques liés à notre activité, l’important est d’en être conscient. On ne choisit pas d’être soldat si l’on a peur de se faire tuer. Eh bien, il en est de même lorsque l’on choisit d’être thanatopracteur, sinon on fait autre chose.
    Les soins ne devront être effectués qu’en milieu adapté. Il nous sera donc plus facile de respecter les règles d’hygiène qui s’imposent : protocole des précautions universelles dans notre méthode de travail ainsi que ce qui ce fait déjà, ou devrait ce faire, soit le port de l’EPI, être à jour de nos vaccins.
    Par contre il est nécessaire que les pouvoirs publics imposent des normes plus stricts aux funérariums (table fixe, douchette, supports de corps, repose-têtes, local à DASRI, etc.).
    Au jour d’aujourd’hui, nous effectuons des soins sur des défunts atteints de maladies transmissibles sans nécessairement le savoir, puisque le médecin qui signe le certificat de décès ne connais pas toujours le défunt (SAMU, etc.).
    Mais puisque la règlementation qui est inadaptée à nos besoins nous donne un FAUX SENS de sécurité, il y a une baisse de vigilance de la plupart des thanatopracteurs en activité, (comme preuve, regardez la photo qui accompagne la pétition, pas de tablier et un instrument posé sur le défunt), il est grand temps que certains raccrochent leur tablier, faudrait-il qu’ils en aient un. Et ce sont ces mêmes personnes qui vous demandent de signer une pétition car nous sommes trop exposés. HA HA !
    Alors, n’est-il pas plus sensé de savoir que vous êtes en train de faire un soin sur un défunt atteint d’une ou plusieurs pathologies contaminantes plutôt que de jouer à l’autruche et prétendre que le défunt ne présente aucun risque (ce qui est faux pour tous les défunts quels qui soient) car non atteint selon le certificat de décès, de l’une des maladies transmissibles énumérées sur ce dernier, et que vous êtes en train de traiter.
    Soyons sérieux, comportez-vous en vrai professionnel et ne signez pas cette pétition qui n’est autre qu’une farce.
    Vous avez choisi ce métier, personne ne vous y a contraint, alors faites ce que vous êtes sensé faire, aider les familles endeuillées et protéger la salubrité publique ou bien laisser ce noble métier à d’autres.
    SR Wilkins

    • J’en conclus que vous êtes pour la levée, Mr Wilkins. Et aussi que tous ceux qui ne sont pas de votre avis sont des soi disant professionnels.
      Tout en nuance…
      Oui, je sais que vous aimez les têtes brûlée, surtout quand il s’agit de les envoyer au casse pipe avec des « collectifs pour l’annulation du Diplôme », mais nous les trouillards sans tabliers qui sommes contre la levée, sommes quand même suffisamment nombreux pour que, sans nécessairement partager notre avis, on prenne la peine de nous écouter.
      Sinon, je ne me fatiguerai pas à reprendre point par point vos arguments. Je pense qu’il est inutile d’essayer de vous ridiculiser, vous le faites très bien tout seul.

    • En effet, nous avons choisi ce métier, et il s’avère justement que les évolutions de celui ci nous concernent. De ce fait, nous essayons de prendre la parole et de donner notre avis en tant que praticiens.

      Après j’entends bien, en effet, il est toujours plus simple de donner ce genre avis quand on est se range du coté de la thanatopraxie spéculative.

  4. oh je vois que Mr Wilkins est en forme ceci dit cette pétition n’est pas une farce mais la réalité des choses et respectez les opinions des autres comme je peux respecter les vôtres mais là vous agressez gratuitement une collègue .
    je suis aussi à l’origine de cette pétition alors attaquez vous aussi à moi …
    si vous respectez aussi bien les vivants que les défunts ben je n ‘ai juste à dire
    HA HA HA ….

    • Moi qui ne fuis pas la contradiction, bien au contraire, je trouve particulièrement pénible en revanche de tels déversements de bile. Je suis Thanatopracteur et le fait de ne pas porter de tablier lors d’un habillage ou de ne pas savoir faire tenir un instrument en suspension dans l’air lorsque je l’utilise pour lier des mains ne fait pas de moi une soi disant professionnelle.
      Cela n’a rien à voir bien-sûr avec le fait que j’ai ouvert une école moi aussi?
      Il faut toujours faire attention à mesurer ses propos, Mr Wilkins, ou alors au moins prendre la peine de balayer consciencieusement devant sa porte avant de l’ouvrir.

  5. quel bel exemple de respect nous donnez vous Mr WILKINS à l’égard de vos confreres!

    Respect…. vous avez dit respect? n’est ce donc pas la le béaba de notre profession?

    enfin, un bon intervenant est un intervenant debout! Nous ne sommes pas des « petits robots » et de ce fait, pas toujours à 100%, ni à l’abri « d’accident »…

  6. Je pense que le message de Serge Wilkins a le mérite d’être clair car son explication tient la route au moins au niveau de tous ces soins qui sont potentiellement dangereux. Les commentaires au sujet des autres collègues ne m’intéressent pas et je ne reviendrai pas dessus car on s’éloigne du débat initial, toutefois il faut reconnaître que les mesures de précautions différent d’un Thanato à un autre et ça on ne peut pas le nier mais il est aussi vrai qu’on peut bien prendre toutes les précautions nécessaires il n’en demeure pas moins que le risque existe réellement et tout laisse à penser que le législateur lèvera cette interdiction tôt ou tard donc comme le SPTIS l’avait proposé en son temps lors des différentes rencontres avec les cabinets ministériels , si la levée doit être faite elle doit pouvoir prendre en compte les avis de chacun en ne retenant pas la discrimination contre le thanatopracteur qui ne souhaite pas le faire, qu’elle protège le salarié du licenciement en cas de refus de faire ce soin sans que cela constitue une faute professionnelle susceptible de lui être préjudiciable à aucun titre et notamment pour des motifs de discrimination. À partir de là et avec ces conditions , tous les avis étaient respectés et respectables et chacun d’entre nous y trouvait son compte! Et c’est cette position que le sptis devait prochainement défendre …Ne pensez vous mieux pas qu’il soit souhaitable de faire une proposition consensuelle plutôt que de s’écharper en public ? C’est l’occasion ou jamais de se serrer les coudes et de faire preuve d’unicité non?

    • Il me semble bien que si écharpage il y a, il n’est pas de notre fait. Et il semble aussi que nombre de membres du SPTIS ont signé cette pétition.

  7. Je ne cite personne Claire, le temps est peut être venu de défendre massivement cette position qui a le mérite de satisfaire tout le monde et de laisser le libre choix au thanatopracteur , maintenant que quelques adhérents signent ce sondage n’est pas forcément révélateur d’une position officielle mais plutôt d’avis individuels qui se respectent d’ailleurs et il est normal que le SPTIS partage cette information puisqu’il est l’organe officiel de la thanatopraxie française . Cordialement RN

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here