Thanatopraxie, SafeBalm, retour d’expérience positive

1
1186

Depuis les débuts de la Thanatopraxie en France, nous Thanatopracteurs utilisons des fluides de conservation à base de formaldéhyde pour traiter les défunts qui nous sont confiés. L’enseignement des soins de conservation est basé sur l’injection artérielle qui vise à saturer le corps et le drainage des liquides biologiques. L’efficacité de cette méthode et de ces produits formolés n’est plus à démontrer et comme tous mes confrères, c’est de cette manière que j’ai appris à travailler.

La pratique des soins de conservation a pourtant bien évolué ces quinze dernières années, en particulier au niveau des règles d’hygiène et sécurité et des équipements de protection individuelle. Plus personne aujourd’hui n’ignore la dangerosité du formol, cancérigène et mutagène et le nombre de nos confrères touchés, tout comme moi, par le cancer suffit à nous la remémorer. Outre ses effets délétères sur la santé des Thanatopracteurs, le formaldéhyde, par son action « momifiante » sur les cadavres, ne permet pas la reprise du cycle naturel de décomposition, ce qui pourrait un jour poser d’autres problèmes, notamment au niveau de la reprise des concessions dans les cimetières. Pour achever ce portrait peu flatteur, il est également polluant et certains crématoriums équipés de fours de nouvelle génération refusent à présent de crématiser les corps embaumés au motif que le formol endommagerait les filtres.

Nous savons depuis des années maintenant que les fluides à base de formaldéhyde sont amenés à disparaître à très brève échéance et que nous devrons apprendre à nous en passer, sans quoi c’est la Thanatopraxie qui disparaîtra.

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

Plusieurs produits sans formol ont été mis au point et testés depuis une dizaine d’années et j’ai eu l’occasion de participer à certains essais qui n’ont malheureusement pas été totalement concluants. Avec le recul et à la lumière de ma nouvelle expérience, je comprends beaucoup mieux les raisons pour lesquelles ces tentatives ont échoué. La principale est selon moi, que nous ne maîtrisons que le formaldéhyde et que, quel que soit le produit ou la molécule que nous manipulons, nous l’utilisons comme du formol et en attendons les mêmes effets.

Un fluide d’embaumement sans formol est aujourd’hui disponible, il s’agit du safebalm. La curiosité m’a naturellement poussée à l’essayer malgré les nombreuses critiques dont il fait l’objet. Cette polémique m’a même certainement encouragée à me forger ma propre opinion. Afin de ne pas me lancer à l’aveuglette, je suis partie à Lyon pour y suivre une formation avec un Thanatopracteur qualifié pour l’utiliser.

A mon retour, j’ai démarré l’expérience en tenant compte de tous les conseils de mon formateur et en respectant à la lettre le protocole, les dosages et les conditions de stockage. Comme je l’ai fait pour les autres produits que j’ai testés, j’ai surveillé attentivement les corps que j’ai traités au safebalm, pendant toute la durée de leur exposition en salon.

 Je n’avais jusqu’à présent jamais donné mon avis sur le safebalm, pour une raison très simple : Je ne l’avais pas encore essayé depuis sa mise sur le marché. Je suis maintenant en mesure de le faire en toute objectivité. Je n’ai pas rencontré de problèmes particuliers avec les corps que j’ai traités au safebalm et n’ai eu aucun retour négatif émanant des familles. Ce produit a donc une efficacité. Est-il pour autant un substitut au formol ? Non, il n’en a ni les propriétés ni les effets. Il s’agit d’une molécule différente qui remplit d’autres exigences. Il n’est pas fixateur, agit dans la durée et assure une conservation temporaire, ce qui correspond au cahier des charges des futurs fluides de conservation.

Lire aussi :  Inscrivez-vous gratuitement au 1er Salon du Funéraire Grand Sud

Pour conclure, le safebalm n’est pas un produit miracle, son utilisation demande plus de précautions et fait davantage appel à la réflexion, son efficacité n’est pas comparable à celle du formol et son prix élevé ne facilite pas sa démocratisation auprès de tous les Thanatopracteurs mais il s’agit néanmoins d’un fluide intéressant qui a le mérite d’innover et d’amener une nouvelle approche des soins de conservation. Gardons présent à l’esprit qu’un jour prochain, nous devrons tous abandonner nos fluides formolés et sans doute revoir toute notre pratique de la Thanatopraxie si nous voulons continuer à exercer notre métier.

Par Claire Sarazin

Distributeurs Safebalm® en France
HYGECO, 20 boulevard de la Muette, CS 40064, 95142 GARGES LES GONESSE Cédex
+33 (0) 1 34 53 40 60

EIHF ISOFROID, ZA la Noyeraie 69490 SARCEY
+33 (0) 4 74 26 87 24

1 commentaire

  1. […] « Depuis les débuts de la Thanatopraxie en France, nous Thanatopracteurs utilisons des fluides de conservation à base de formaldéhyde pour traiter les défunts qui nous sont confiés. L’enseignement des soins de conservation est basé sur l’injection artérielle qui vise à saturer le corps et le drainage des liquides biologiques. L’efficacité de cette méthode et de ces produits formolés n’est plus à démontrer et comme tous mes confrères, c’est de cette manière que j’ai appris à travailler. » un compte-rendu exhaustif ici. […]

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.