Vent frais du matin : attention, chagrin

1
399

Quelques 74 millions de décès intervenus entre 1985 et 2012 dans 13 pays, et passés à la loupe : la revue scientifique britannique « The Lancet » publie une étude montrant que les températures modérées « tuent » davantage que les extrêmes, froid ou chaud.

La température intervient en moyenne dans 7,7 % des morts (3% en Thaïlande, 11% en Italie). Entrepreneurs des pompes funèbres, la météo est votre amie.

Bien entendu, on garde  encore en tête les 15.000 morts de la canicule estivale de 2003. Pourtant, constatent les médecins de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, les grandes chaleurs ne déciment pas plus les populations. Les grands froids non plus, même s’ils sont vingt fois plus actifs.

En prenant en compte les niveaux d’humidité, de pollution atmosphérique, et en observant les causes de décès dans des pays géographiquement dispersés, les auteurs concluent que le petit vent frais est bien plus mortel. Pas trop froid, pas trop chaud, il rôde l’air de rien et distille ses méfaits sournois sur les personnes âgées vulnérables et les malades chroniques. Problèmes respiratoires et conséquences cardiovasculaires sont pointés du doigt.

L’étude publiée ce jeudi par « The Lancet » conforte, notamment, un travail de scientifiques belges présenté en 2013 lors qu’un congrès de cardiologie. Leurs résultats montrent que les petites chutes de températures, pas très importantes mais brutales, amènent le danger. Une baisse de 10 degrés correspond ainsi à une hausse de 7% d’hospitalisation. L’explication : l’organisme se défend contre cette variation du thermomètre afin de préserver la température du corps. Les vaisseaux sanguins périphériques se resserrent, augmentant la pression dans les artères. La machine s’emballe, le cœur bat plus vite, le sang devint plus visqueux, et le risque de formation d’un caillot croît chez le sujet à risque.

1 commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.