«Vers des obsèques sans religion ?», une conférence de la fondation PFG

0
609

Ce mardi 22 octobre 2013, à Paris, se tenait à Paris une conférence sur une étude menée par les PFG en juin 2013, auprès des agences du réseau afin de mesurer le taux d’obsèques civiles par secteur. 821 agences ont répondu à cette enquête (soit 91% des agences concernées par des obsèques en juin) et cela concerne 7.560 convois. Cette étude est à rapprocher de la précédente, menée en avril 2008, tentant d’observer les mêmes comportements.

Pour cette conférence, 150 personnes étaient présentes dans la salle, des anonymes, des membres d’associations dans l’accompagnement du deuil, des hommes et des femmes laïcs organisant des cérémonies et des professionnels du secteur funéraire…

Jean Ruellan, directeur de la communication et du marketing d’OGF et administrateur de la fondation PFG a fait une présentation de l’étude, expliquant la méthodologie et comparant avec les données recueillies en 2008, puis Nicolas de Brémond d’Ars, prêtre et sociologue au centre d’études interdisciplinaires des faits religieux a commenté les résultats,. Il a été suivi par Elisabeth Marshall, rédactrice en chef de la vie qui publiait aujourd’hui une analyse de cette étude dans ses colonnes.

OGF-300x224 «Vers des obsèques sans religion ?», une conférence de la fondation PFG
Une conférence de la fondation OGF

Ce qu’il faut en retenir !

  • 70% des obsèques sont religieuses en France (versus 75% en 2008).
  • Forte augmentation des obsèques civiles lorsque la crémation est choisie (53% en 2013 versus 47% en 2008).
  • 62% des convois religieux de tradition catholique sont célébrés à l’église par un prêtre (versus 73% en 2008).

66% en Inhumation et 50% en crémation (versus 77% et 61% en 2008).

Augmentation des célébrations à l’église par des laïcs plus importante en crémation surtout dans les régions Sud-Ouest, Rhône-Alpes et Nord-Normandie.

Il faut noter aussi que la part de funérailles religieuses dépasse amplement celle de nos concitoyens qui se disent croyants (60 %) et la proportion de ceux se déclarant chrétiens pratiquants réguliers (5 %)

Un autre enseignement est le suivant

Lire aussi :  PFG, première marque du funéraire pour les Français

65% des convois religieux de tradition catholique sont célébrés par un prêtre (versus 77% en 2008), et quand les cérémonies ont lieu en dehors de l’église, elles se font par des laïcs à 69 %. Chiffres à rapprocher de la diminution du nombre de prêtres qui aurait été divisé par deux en 15 ans.

Les obsèques civiles et la crémation. C’est un autre enseignement établi par cette étude, ils sont passés de 25 % à 30 % en seulement cinq ans, le taux de crémation ayant augmenté dans les mêmes proportions en 5 ans, passant de 28% à 32 % environ.

Je vous laisse découvrir l’étude sur le site de la vie et le très bon article qui l’accompagne.

Le micro a été ensuite tendu à l’assistance pour poser des questions ou témoigner de son expérience de laïc à disposition des familles endeuillées.

Il fallait noter aussi la présence du père Jean-Marie Humeau, du Vice-Président de la CPFM, de Tanguy Chatel et de Damien Le Guay qui a assuré la conclusion de la manifestation.

Manifestement, on ne peut prétendre que la religion est absente aujourd’hui des funérailles, ordre établi, pari de Pascal, biais de l’étude où le paramètre âge du défunt et sexe n’est pas présent, les français aujourd’hui se souviennent de leurs baptêmes au moment de leur départ … Une analyse plus approfondie est décidément nécessaire et Monsieur Ruellan nous a promis de nous communiquer l’étude complète. Comme l’étude est réalisée tous les cinq ans, comptez sur nous en en 2018 pour évoquer la troisième étude qui paraîtra sur ce sujet.

Lire aussi :  Pourquoi le prix des cercueils va augmenter ?

Il faut noter aussi que cette étude de la fondation OGF confirme le sondage commandé par les Services Funéraires de la Ville de Paris à Ipsos publié récemment ou nous pouvions découvrir que les Français restent attachés aux rites qui accompagnent les obsèques, imaginant toujours le plus souvent une cérémonie religieuse (à 53% pour un proche, 51% pour leurs propres obsèques), même si cette préférence pour le rite religieux a tendance à reculer.

Un cocktail a suivi la manifestation pour poursuivre les échanges, se connaitre, et un grand merci à Céline et aux PFG pour l’organisation de cette matinée !

Et je pose la dernière question, chez vous c’est comment ? Pourquoi ne pas lancer une étude nationale sur ce sujet  pour connaitre et faire remonter la réalité du terrain ?

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.