Visite du crématorium du Père-Lachaise avec l’IFFPF

0
1607

C’était la semaine dernière, nous avions rendez-vous avec Pascal Ott, formateur à l’IFFPF – Institut Français de Formation des professions du funéraire et une dizaine de jeunes et de moins jeunes en formation dans l’école du Vœu Funéraire pour devenir des assistants funéraires. Nous avons visité le Crématorium du Père Lachaise, Jean-Paul Rocle, Chargé de mission cérémonies et ritualités auprès des Services Funéraires – Ville de Paris a assuré la visite, suivez le guide.

Une journée de détente dans un cimetière

Sous un soleil printanier, Pascal Ott et Kévin Roux, Assistant juridique Le Vœu, accompagnaient les stagiaires pour visiter le matin le cimetière du Père Lachaise, pour aller à la rencontre du patrimoine architectural et historique d’un des plus célèbres cimetière du monde, puis visiter le columbarium et enfin le crématorium, une journée de détente loin des salles de formation de Sceaux avant les examens mais aussi un moyen pédagogique pour montrer aux impétrants sur un même lieu deux siècles d’évolutions des pratiques funéraires, de l’inhumation à la crémation.

Pascal-Ott-et-Kévin-Roux-IFFPF-e1396949236267-168x300 Visite du crématorium du Père-Lachaise avec l'IFFPF
Pascal Ott et Kévin Roux, IFFPF

Une petite histoire du cimetière du Père-Lachaise

Napoléon Bonaparte, alors consul, décréta que « chaque citoyen a le droit d’être enterré quelle que soit sa race ou sa religion », et Le 21 mai 1804, le cimetière fut officiellement ouvert par une première inhumation : celle d’une petite fille de cinq ans, Adélaïde Paillard de Villeneuve.

Le cimetière est très visité pour de nombreuses raisons, d’innombrables personnalités, dont par exemple, Jim Morrison, une nature préservé au centre de Paris avec un grand jardin pittoresque, ombragé, aux allées serpentant sur la colline, entrecoupées d’escaliers ou des tombes construites par d’illustres sculpteurs et architectes qui font de ce lieu un véritable musée.

Lire aussi :  Des chouettes au cimetière, vol de cercueil...au menu du réveil funéraire du mardi 6 mars 2018

Une petite histoire du crématorium du Père Lachaise

Le crématorium du Père-Lachaise est composé du crématorium et d’un columbarium de 26000 cases, situé à l’intérieur du cimetière du Père-Lachaise. L’édifice a été construit par l’architecte Jean Camille Formigé entre 1887 et 1908 suite à une décision du Conseil municipal de Paris  de 1883. Il est inscrit au titre des monuments historiques depuis 1995.

La première crémation en France a lieu le 30 janvier 1889 au crématorium du Père-Lachaise et réalise cette année-là 49 crémations. La crémation restera longtemps une pratique marginale, il faudra attendre 1969 pour que l’Église catholique lève l’interdiction.

 Avec ses cinq appareils de crémation, le crématorium réalise environ 5 750 crémations en 2013, c’est aussi le premier crématorium en France équipé de deux systèmes de filtration, installés en 2007 et 2008 par Facultatieve Technologies, comme les fours, pour respecter la norme 2018 fixant de nouvelles valeurs maximales de rejets dans l’atmosphère, notamment pour les métaux lourds, les dioxines et furannes..

Le crématorium est géré depuis juin 1998 par les Services funéraires – Ville de Paris (SFVP). 17 salariés travaillent dans le crématorium, dont 6 maitres de cérémonie.

 Dans une salle en sous-sol, se trouve une œuvre de l’artiste français d’origine polonaise Paul Landowski, Le Retour éternel symbolisant dame nature accueillant le défunt. Le sculpteur est connu pour « le Christ de Corcovado » dominant la baie de Rio. Le dôme principal est décoré de vitraux de Carl Mauméjean installés dans les années 1920

Jean-Paul Rocle a guidé le groupe en répondant aux différentes questions, en insistant particulièrement sur les évolutions de la pratique funéraire et la recherche d’une nouvelle ritualité, avec la nécessité suite à la baisse de la pratique religieuse de mettre en place une cérémonie civile permettant d’accompagner le défunt avec respect. Personnalisation de la cérémonie avec des textes, des musiques, des photos, des vidéos, des objets symboliques, la retransmission vidéo de cérémonie, ou l’appropriation de l’urne par la famille, le cérémonial de remise de l’urne, la nécessité d’un rituel pour les jeunes enfants… Un parcours initiatique pour ceux qui ont découvert le funéraire il y a quelques semaines, une piqure de rappel pour ceux qui le connaissent déjà.

Lire aussi :  Réception de familles après les obsèques : un travail de deuil essentiel
Une-promotion-de-lIFFPF.-Photo-de-famille Visite du crématorium du Père-Lachaise avec l'IFFPF
Une promotion de l'IFFPF. Photo de famille

Bonne chance à LAUTRU Romuald, BOUCHEZ Cindy, CUPILLARD Florian, BRUNEAU Sophie, CHERIGUENE Farid (n’est pas sur la photo de groupe), DORMEUX Nathalie, SEBBAH Dominique (n’est pas sur la photo de groupe), DEZAN Séverine et BOUTIGNY Marie-Laure pour les examens et merci à Pascal Ott pour son aimable invitation.

Visite en Image:

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here